05/11/2009 15:51:28
Cameroun sollicite l'OIPC-Interpol
Le Cameroun sollicite l'appui et l'expertise de l'Organisation internationale de police criminelle (OIPC) – Interpol pour créer une unité d'investigation des délits financiers liés à la corruption
Xinhuanet
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le Cameroun sollicite l'appui et l'expertise de l'Organisation internationale de police criminelle (OIPC) – Interpol pour créer une unité d'investigation des délits financiers liés à la corruption, a déclaré à la presse mercredi à Yaoundé le secrétaire général de cette organisation, Ronald Noble, après une rencontre avec le président camerounais Paul Biya.

Présent dans la capitale camerounaise dans le cadre d'une réunion du Comité des chefs de police d'Afrique centrale (CCPAC), tenue du 2 au 5 novembre en collaboration avec l'OIPC-Interpol, M. Noble a évoqué le phénomène de corruption qui mine le Cameroun et que tente de maîtriser le président Biya par la création d' organismes spécialisés et des arrestations de responsables gouvernementaux. Outre une Agence nationale d'investigation financière (ANIF) avec une existence plutôt discrète, et une Commission anti-corruption (CONAC), qui marque en ce moment son fonctionnement par des campagnes de sensibilisation, le pays a mis en place au cours des dernières années une Cour des comptes auprès de la Cour suprême de justice.

D'anciens membres du gouvernement font officiellement l'objet de procès en justice pour détournements de deniers publics : l' ancien secrétaire général de la présidence Jean-Marie Atangana Mebara, et les ex-ministres des Finances Polycarpe Abah Abah et de la Santé publique Urbain Olanguena Awono. A vocation sous- régionale pour l'ensemble des pays de l'Afrique centrale, l'unité d'investigation voulue par le président Biya devra permettre le rapatriement des fonds publics détournés et déposés dans des banques étrangères, a indiqué le secrétaire général de l'OIPC- Interpol.

Elle sera logée, a-t-il précisé, au sein du bureau sous- régional de l'OIPC-Interpol pour l'Afrique centrale ouvert en mai à Yaoundé et qui sera inauguré jeudi, a annoncé mercredi le délégué général à la Sûreté nationale du Cameroun, Emmanuel Edou.

« Cet argent doit être récupéré pour aider à améliorer les systèmes de santé et scolaires », a souligné Ronald Noble. Selon lui, le chef de l'Etat camerounais s'est engagé à reconnaître les passeports Interpol, pour faciliter les déplacements au Cameroun des responsables de cette organisation. Il s'est proposé, a révélé M. Noble, d'amener à en faire autant ses homologues de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), qui se réuniront dans les prochains jours à Bangui en République centrafricaine (RCA).

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE