08/05/2009 17:55:27
Opération Épervier : Forjindam devant la barre
Le procès de l'ex-Dg du Chantier naval s'ouvre ce vendredi à Douala.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Il aura fallu un an, après l'incarcération de Zacchaeus Forjindam à la prison centrale de New-Bell à Douala, pour que l'ancien Directeur général du Chantier naval et industriel du Cameroun (Cnic) puisse enfin obtenir la possibilité de défendre sa cause devant les juges. Poursuivi pour détournement de deniers publics, il est en effet attendu au Tribunal de grande instance du Wouri ce vendredi, 08 mai 2009, où l'affaire vient d'être enrôlée pour la toute première fois.

Zacchaeus Forjindam à qui le ministère public impute la distraction d'une somme estimée à 85 millions Fcfa environ, sera donc probablement la "vedette" de la chambre criminelle du Tgi ce matin. L'ex-Dg sera aux côtés six co-accusés, dont la bien connue Mme Njoh Moudio Rose, ex-Directrice Administrative et des Ressources humaines du Cnic. En plus du crime de détournement de deniers publics pour lequel il est principalement poursuivi, Zacchaeus Forjindam devra également répondre des faits de "complicité d'intérêt dans un acte", qui remontent eux aussi à l'époque où il officiait comme Dg du Cnic.

Ce qu'il conviendrait d'appeler désormais "l'affaire Chantier naval" a, on se souvient, été mise en branle à la suite d'une mission du Contrôle supérieur de l'Etat au sein de cette institution à Douala. Le 28 décembre 2007, Zacchaeus Forjindam avait en effet été entendu par les éléments de la division régionale de la police judiciaire à Douala. A cette date-là, des sources concordantes indiquaient déjà que le parquet du Tgi du Wouri avait compulsé un volumineux dossier à charge contre le suspect, à la suite d'un audit commandé par les actionnaires du Cnic. Lequel audit avait révélé, entre autres dérives, un important trou financier de "plusieurs dizaines de millions de francs Cfa" des caisses du Cnic.

85 millions Fcfa

C'est d'ailleurs à la suite de ces manquements managériaux que le conseil d'administration du Cnic avait procédé à la nomination de Antoine Bikoro au poste de directeur général adjoint du Cnic, un poste resté vacant de longues années durant. En provenance de la Société nationale des hydrocarbures où il assurait les fonctions de Directeur Administratif et Financier, le nouveau "numéro 2" du Cnic, spécialement chargé de la gestion financière, apparaissait dès lors comme le probable successeur de Zacchaeus Forjindam à la tête de l'institution ; notamment au cas où les démêlées judiciaires du Dg venaient à se compliquer. Ce qui sera d'ailleurs confirmé avec l'interpellation suivie de la détention provisoire le 08 mai 2008 de Zacchaeus Forjindam & Cie à New-Bell. La veille déjà, le Dg et ses co-accusés avaient été démis de leurs fonctions au terme d'un conseil d'administration extraordinaire...

Après 12 mois de réclusion préventive, Zacchaeus Forjindam affronte donc, dès ce jour, les juges du Tgi du Wouri. Un procès qui s'annonce aussi populaire que ceux ayant impliqués les autres cibles de l'opération dite Epervier à Douala et Yaoundé. Ce, d'autant plus que l'ancien Dg du Cnic bénéficie, depuis le déclenchement de ses déboires, des soutiens multiformes aussi bien des militants de base de son parti politique, le Rdpc, que des patriarches et des chefs traditionnels de la région du Nord-ouest dont il est ressortissant.

Eugène Dipanda

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE