08/05/2009 18:19:20
Communauté urbaine Douala: Le régisseur aux arręts
Il est accusé d’extorsion de fonds  et arnaque des commerçants, pour près de 120 millions F Cfa.
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Yaouba Sidiki est, depuis mardi soir, un des pensionnaires des cellules de la police judiciaire de Douala, à  Bonanjo. L’interpellation de e regisseur du marché central s’est faite à la suite d’une dénonciation des commerçants et autres sauveteurs installés le long de l’allée du carrefour Anatole, à la poste de New bell.

A la police judiciaire où une enquête est ouverte, La Nouvelle Expression a appris que c’est lors d’une réunion avec le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala que ces commerçants ont étalé au grand jour les exigences de leur régisseur. Selon eux, Yaouba Sidiki a imposé le paiement individuel de 1, 120 millions francs Cfa pour ceux qui voulaient être locataires de boutique, et 1,200 million F Cfa pour les propriétaires de boutiques encore en construction.

En plus, il aurait exigé de chaque commerçant de verser 65 000 francs pour des frais de quittance de ces trois derniers mois. Les enquêteurs  se pencheraient surtout sur la piste d’un réseau dont les complices seraient tapis  tant à la Communauté urbaine que parmi les gestionnaires des marchés et l’administration départementale.

Yaouba Sidiki était en fait chargé du recasement des commerçants qui avaient été déguerpis pour permettre l’exécution des travaux sur le tronçon poste de New Bell - carrefour Anatole. Ces commerçants, environ 500, occupaient des hangars en bois et les longs des murs tant du lycée de New Bell que de la poste. La Communauté urbaine  entreprend de les recaser dans de sortes de petit stands construits en matériaux provisoires. Selon des sources à la Cud, chaque boutique doit revenir au commerçant à 360 mille francs Cfa. Le régisseur sur le terrain et, selon des commerçants, a plutôt exigé un peu plus d’un million. Ils ont boudé ; puis environ une centaine de commerçants a entrepris de verser de l’argent à Yaouba Sidiki.

Mais, leurs clameurs sont montés jusqu’au préfet du Wouri. Bernard Okalia Bilai aurait interpellé le délégué du gouvernement. Fritz Ntoné Ntoné s’est penché sur la question. Il a convoqué des réunions au cours desquelles des dénonciations sont faites. L’opération de recasement des commerçants s’avère être de l’arnaque. Des proches du délégué du gouvernement certifient que  Yaouba Sidiki aurait tenté, après ces assises, de calmer la foudre de Fritz Ntoné Ntoné avec des sacs d’argent évalués à 35 millions de francs Cfa. Ntoné Ntoné aurait exigé un face à face avec le régisseur. Entre temps, il a fait appel à Vincent Minkoa Nga, le chef de la division de la police judiciaire pour le Littoral, dont les éléments ont fait le reste.

Dans le marché, la nouvelle de l’arrestation du régisseur a fait jubiler plus d’un, ils espèrent être remboursés une fois l’enquête bouclée et la responsabilité de Yaouba Sidiki établie 

C.Y.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE