10/05/2009 21:03:57
Dispute : Amadou Ali et Marafa s'engueulent devant Inoni
L’enlèvement de Liman Oumaté au cœur de la dispute en plein conseil de cabinet
-
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Selon nos sources à Yaoundé, le conseil de cabinet qui s’est tenu vendredi, 8 mai dans les services du Premier ministre, a connu des moments très chauds. Le vice-Premier ministre, ministre de la Justice a été pris à partie par les ministres en charge des questions de sécurité, à propos de son implication dans l’enlèvement du supposé rebelle Liman Oumaté.


Selon nos sources, les ministres ont dit leur indignation sur la manière dont Amadou Ali et Cavaye Yeguié Djibril, le président de l’Assemblée nationale ont géré l’affaire Oumaté, qui n’était pourtant pas de leur ressort.
Mais particulièrement, Marafa Hamidou Yaya, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, s’est montré virulent vis-à-vis du ministre de la Justice. Les deux hommes se seraient échangé des noms d’oiseaux que la décence ne nous permet pas de reproduire ici; on retient cependant que la succession de Paul Biya ou tout au moins le positionnement sur l’échiquier politique actuel était le principal mobile de cette querelle de chiffonniers entre ministres du gouvernement, devant leurs collègues ébahis.


Originaire de l’Extrême-nord, dans la localité de Kolofata, Amadou Ali est Kanuri. Son ethnie est à cheval entre le Cameroun et le Nigeria. Certains de ses détracteurs ne manquent d’ailleurs pas de dire qu’il est Nigérian. Amadou Ali est un véritable baron du régime Biya. Il a été, entre autres responsabilités occupées au sommet, responsable de la gendarmerie nationale, secrétaire générale de la présidence de la république, ministre de la Défense et aujourd’hui ministre de la Justice. Homme nébuleux, ont lui prête des intentions présidentielles, malgré son cursus douteux. Ses agissements, notamment sa volonté d’hégémonie dans le grand nord, trahissent cependant la discrétion qu’il veut le plus souvent afficher.


Marafa Hamidou Yaya est peulh, originaire de Garoua. Il a, comme Amadou Ali, occupé les fonctions de Secrétaire général de la présidence, après avoir été secrétaire d’État aux Finances. Homme suffisant et parfois arrogant, on lui prête aussi des ambitions présidentielles. Certains l’ont même cité à maintes reprises comme membre de la fameuse nébuleuse G11, dont l’ambition serait de prendre le pouvoir en 2001.


La querelle des deux barons devant le Premier ministre, Inoni Éphraïm, vient confirmer une bataille sourde entre élites politiques du Rdpc en général et originaires du Nord en particulier. A deux ans de la fin du énième mandat de Paul Biya, les luttes s’intensifient et la moindre initiative est analysée dans tous les sens. Au sein du Rdpc, on analyse l’acharnement de Ali et Cavaye à arrêter Liman Oumate, comme un message à Biya. Non seulement on lui montre l’efficacité dont on est capable mais en sourdine, on laisse comprendre qu’on est aussi capable de mettre le feu à tout moment.


Cela irrite bon nombre de personnes du sérail. La tension est encore montée depuis la dernière interview de Guerandi Mbara à Cameroonvoice. Comme si le régime sentait venir sa chute, ses piliers se regardent avec suspicion désormais.

Ernest Effa

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE