18/01/2010 15:19:30
Samuel Eto'o Fils: Je suis d'attaque pour le reste de la compétition
Honore Foimoukom
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Au lendemain de la défaite des Lions Indomptables 0 but contre 1 face aux Panthères du Gabon, on vous a vu, vos collègues et vous, très relaxes et dans une ambiance bon enfant aux entraînements, comme si rien ne s’était passé ?
En tant que capitaine du groupe, je veille à ce que l’ambiance soit très bonne au sein des Lions Indomptables. Nous positivons toujours. Il n’est pas question de se morfondre dès la première difficulté. Depuis onze ans que je suis dans cette équipe nationale, c’est cet esprit qui nous anime. Nous l’avons hérité de ceux qui nous y ont précédés. Nous le transmettons régulièrement à ceux qui y arrivent. Il y a actuellement beaucoup de jeunes dans cette équipe nationale, qui se donnent à fond. C’est de notre devoir de leur inculquer cet esprit de gagneur, même quand on est en difficulté. Je veille à tout çà, sous la supervision de l’entraîneur national Paul Le Guen.

Parlant justement de cette défaite-là face aux Gabonais, qu’est-ce qui n’a pas marché ? On a eu l’impression que Eto’o ne jouait pas en pointe où il fait souvent des merveilles...

Les Lions Lions Indomptables ont un grand entraîneur, Paul Le Guen. Il fut un grand footballeur international. Il est actuellement un grand entraîneur qui sait ce qu’il fait. Sur le terrain je joue où il me positionne. Depuis notre premier match sous son ère, contre l’Autriche en août 2009, tout se passe bien au poste où il me positionne sur le stade. Il faut quand même reconnaître que nous nous sommes créés beaucoup d’occasions contre les Panthères du Gabon. Mais, c’était pour nous un jour sans. Contre le Gabon, nous aurions pu revenir au score et remporter le match même par 4 buts à 1 que cela n’aurait surpris personne. Pour ce qui est enfin des postes sur le stade, l’essentiel pour nous c’est le collectif. Je jouerais partout où l’entraîneur me demandera de jouer ; en espérant qu’il ne me demandera pas de jouer au poste de Carlos (gardien de buts) qui est très complexe. Par ailleurs, pour ce qui est enfin du match contre le Gabon, j’avais une petite douleur au plat du pied droit. Maintenant, ça va très bien et je suis d’attaque pour le reste de la compétition.      

Pourquoi est-ce que les Lions Indomptables attendent toujours d’être dos au mur avant de réagir ? Ce fut déjà le cas à la CAN 2008 au Ghana…

C’est un constat réel. Peut-être que nous sommes nés comme ça. Peut-être nous aimons montrer toute l’étendue de nos talents quand nous sommes en difficulté, sous la pression. Bon, il faut dire que ce n’est pas aisé d’être sous la pression, d’attendre toujours d’être en difficulté avant de réagir. Cependant, il faut reconnaître que dans le cadre du match contre le Gabon, nous n’avions pas la chance de notre côté. Nous espérons être plus réalistes dans les prochaines rencontres.

Avant le démarrage de cette CAN 2010, vous aviez un défi personnel, celui de mettre la barre très haut en matière de buts inscrits. Pensez-vous toujours à cela ?

Evidemment ! Il me reste encore plusieurs matches dans cette CAN 2010. J’espère marquer plusieurs buts, dans la perspective du record des buts inscrits à la CAN. Vous savez, mon job c’est de mettre des ballons dedans si je suis en très bonne situation. Et, de mettre mes coéquipiers en position idéale, de leur servir de bons ballons pouvant leur permettre d’inscrire des buts pour le bien de l’équipe. Car, il faut le dire, le collectif est le plus important. Et la victoire finale de l’équipe est ce que chacun recherche, quel que soit celui qui a marqué des buts ou a été passeur décisif.

Honore Foimoukom

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE