04/03/2010 03:18:49
Italie-Cameroun, encore des questions
Poussifs, les champions du monde en titre ont concédé le nul face au Cameroun (0-0).
Jamais le Cameroun n’avait disposé de l’Italie. Ce n’est pas le match plus qu’amical de Monaco, ce mercredi, qui a changé quoi que ce soit aux statistiques. Lippi et Le Guen ont encore du pain sur la planche.
Afrik.com
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Pour son 700e match officiel, la Squadra Azzurra avait décidé d’innover. Marcello Lippi, le boss des Italiens, avait opté pour une défense à trois Bonucci-Cannavaro-Chiellini, tant par nécessité (Buffon, Zambrotta blessés, Nesta à la retraite, Grosso hors de forme) que par envie.

Et force est de constater que face au trident offensif des Lions Indomptables, cette défense remaniée a tenu le choc. Mieux, c’est Chiellini qui, dès la 14e minute de jeu, fait lever le stade le premier. Sur un cafouillage de Hamidou Souleymanou, suppléant d’un Kameni coupable d’un CAN plutôt mièvre, le défenseur de la Juve ouvre le score, fêtant là son troisième but sous le maillot bleu... jusqu’à que Saïd Enjimi, l’arbitre de cette rencontre, ne le ramène à la réalité pour ce hors-jeu évident bien que signalé tardivement par son assesseur.

De nombreux changements

La première période est d’ailleurs à l’avantage d’Italiens plus incisifs dans un stade Louis-II à moitié vide mais entièrement acquis à la cause des Transalpins. Seul Samuel Eto’o soulève quelques vivas lorsque l’Intériste contrôle superbement un ballon aérien avant d’effacer son vis-à-vis. Mais c’est bel et bien Souleymanou, le portier de Kayserispor, qui s’impose comme l’homme providentiel en s’interposant coup sur coup devant Di Natale (27e, 32e). Dominés par des Italiens bien en place, les Lions Indomptables subissent. Pire, ils ne rugissent plus et Samuel Eto’o est obligé de reculer pour venir cherche le ballon, quand ce n’est pas pour contrer les offensives des champions du monde en titre.

Après une première mi-temps bien terne, la seconde période, relativement équilibrée, s’est révélée plus enthousiasmante. Ce changement s’explique par le nombre de... changements. A la pause, Lippi et Le Guen ont fait entrer pas moins de sept nouveaux joueurs, quatre côté italien, trois côté camerounais.

Défense OK, attaque KO

En perdant en liant et en organisation, le jeu s’est ouvert, offrant plus d’espaces et donc plus d’occasions. Mais, au final, aucun des deux derniers rempart n’a été véritablement mis à contribution.

Bref, ce match de préparation n’aura pas appris grand chose à deux coaches en quête de réponses. Seules certitudes pour les Lions Indomptables, Souleymanou, du haut de ses 36 ans, est apparu comme une solution crédible à Kameni tandis qu’Abouna décrochait sa première cape. Du côté de la Squadra, Borriello, pourtant en réussite avec Milan, n’aura rien montré, pas plus que Cossu, guère en vue pour sa première sélection.

Malgré tous ces changements, on a retrouvé les Lions de la CAN, qui sont certes talentueux mais qui manquent cruellement de cohésion. Inquiétant à une centaine de jours de la Coupe du monde.

- Italie-Cameroun 0-0 (0-0)
Mercredi 3 mars 2010. Stade Louis II. 10 752 spectateurs.
Arbitre : M. Enjimi.
Avertissements : Chiellini (24e), Pirlo (35e), Bonucci (89e) pour l’Italie ; Eyong (24e) pour le Cameroun.
ITALIE : Marchetti – Bonucci, Cannavaro (cap., Cassani, 82e), Chiellini – Maggio, Pirlo (Marchisio, 46e), De Rossi (Gattuso, 46e), Criscito (Montolivo, 46e) – Cossu, Borriello (Pazzini, 46e), Di Natale (Quagliarella, 60e). Entraîneur : M. Lippi
CAMEROUN : Souleymanou – Mbia (Abouna, 74e), Nkoulou, Bassong (Nounkeu, 46e), Assou-Ekotto – Eyong (Somen, 46e), Song (Makoun, 58e), Mandjeck – Emana (Matip, 46e), Eto’o (cap.), Kouemaha (Webo, 74e). Entraîneur : P. Le Guen

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE