10/03/2010 15:31:34
Les deux ctés de Zlatan Ibrahimovic
C’était à prévoir. À la première mauvaise séquence de Zlatan Ibrahimovic, les comparaisons avec Samuel Eto’o allaient resurgir. L’attaquant suédois ne marque plus, détonne dans le système barcelonais et s’est même fait expulser samedi à Almeria. La presse espagnole s’interroge.
Cyberpresse.ca
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

http://blogues.cyberpresse.ca/soccer/files/2010/03/Zlatan08003.JPG

D’abord, les chiffres. Ibrahimovic a inscrit quatre buts lors de ses cinq premiers matchs, douze lors des quatre premiers mois mais seulement trois en janvier, février et mars. Et un seul petit but lors des dix dernières rencontres.

À pareille date l’an dernier, Samuel Eto’o avait inscrit 11 buts de plus (23) et cette saison, Lionel Messi, en est déjà à 19 réalisations. Toutes compétitions confondues, «Ibra» a un total de buts identique à celui de Pedro, qui a pourtant débuté neuf matchs de moins. Au niveau collectif, le Barça possède deux points de plus par rapport à 2008-2009 mais a marqué 13 buts en moins.

La différence de niveau entre le Zlatan des premiers mois et celui des dernières semaines intrigue. On peut lire dans El Periodico:

   

«Lors des quatre premiers mois, il semblait qu’Ibrahimovic avait compris le langage guardioliste. Ce fut un incroyable processus d’intégration. Chaque partie, un but. Et chaque but, le premier du match. [...] Le rendement de l’attaquant suédois a baissé, de beaucoup, tout d’un coup. Sans explication apparente, sans motifs raisonnables. Avec le passage de 2009 à 2010, le meilleur d’Ibrahimovic s’est envolé.»

En plus de cette «baisse de productivité», la mauvaise attitude du Suédois est également pointée du doigt.

    «Bien que l’action (ayant menée au rouge) est discutable, l’expulsion n’était qu’une question de temps en raison de son attitude lors de quelques parties, peut-on lire sur Eurosport Espagne. Guardiola a dû le remplacer à quelques occasions – par exemple contre l’Espanyol – pour éviter qu’il soit expulsé à cause d’altercations avec les défenseurs adverses et de protestations auprès de l’arbitre…»

Retour dans les colonnes d’El Periodico:

    «Le pire d’Ibrahimovic a été aperçu samedi à Almeria. En plus de mal jouer, on a vu le manque de cohésion avec ses compagnons. Alves a effectué des centres imprécis. Maxwell, dans son unique incursion dans la moitié adverse, n’a pas été en mesure de trouver son ami. C’est un manque évident de communication parce qu’Ibra, à l’heure de jeu, est retourné au vestiaire sans jamais avoir été dangereux.»

Pour l’instant et malgré ce bilan mitigé, le Suédois garde la confiance de ses patrons. Du président Joan Laporta notamment.

    «Je ne regrette pas d’avoir recruté Zlatan. C’est un grand joueur, du niveau du Barça, il a des inspirations de génie. Et bien qu’il soit en période d’adaptation, je suis sûr qu’il va nous procurer de grandes joies.»


On verra. Il apporte une dimension plus physique et plus aérienne à l’attaque barcelonaise mais je reste convaincu qu’Eto’o était plus adéquat.

Ligue des Champions


Ce n’est que le 17 mars que le Barça affrontera Stuttgart lors du match retour des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Quatre équipes lancent le bal mardi soir, soit Arsenal devant Porto et la Fiorentina devant le Bayern Munich.

Arsenal a été défait au Portugal 2-1 après un match calamiteux de son gardien Lukas Fabianski. Pour ce duel, les Gunners devront se débrouiller sans leur maître à jouer Cesc Fabregas.

Pas de problème, Arsène Wenger mise sur Samir Nasri qui aura un rôle plus axial que d’habitude. Et oui, Nicklas Bendtner devrait être aligné d’entrée. Lisez le début de la chronique de Tony Cascarino.

Tout comme Porto, le Bayern se déplace à Florence avec un but d’avance. À l’aller, les Bavarois l’avaient emporté de justesse (2-1) avec un but très litigieux de Miro Klose.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE