05/08/2010 05:13:32
France: Les 23 pourraient rater plus que Norvège
Ce matin, la mission d’information chargée de faire la lumière sur la grève de l’entraînement des Bleus, le 20 juin en Afrique du Sud, mettra la dernière main à son rapport avant de le transmettre dans la foulée à Fernand Duchaussoy, le président de la Fédération (FFF).
Le parisien
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est un document de quatre pages environ qui détaille les auditions (18 joueurs et 7 membres du staff, Escalettes compris) et avance les conclusions de cette commission composée de Laurent Davenas, Jacques Riolacci et Patrick Braouezec et coordonnée par Jean Lapeyre, directeur général adjoint de la FFF chargé des affaires juridiques.

Des intérêts divergents La mission n’a pas distingué de responsabilités individuelles dans les événements du « bus de la honte », si ce n’est celle de la perte totale de contrôle de Raymond Domenech, qui n’était pas visé par cette enquête. Dans ses conclusions, elle préconise une sanction collective pour les 23 joueurs officiellement convoqués pour le Mondial. Sur ce point précis, elle colle parfaitement à la décision de Laurent Blanc, qui se privera d’eux mercredi prochain lors de Norvège - France en amical.
Les trois « sages », qui ne voient pas comment on pourrait leur infliger des travaux d’intérêt général avec des joueurs évoluant pour la plupart à l’étranger, se positionnent pour un ou plusieurs matchs de suspension en équipe de France pour les mutins.
C’est ce que laisse transpirer leur synthèse.
Le conseil fédéral, qui recevra la mission demain, osera-t-il, dès lors, transmettre le dossier à la commission de discipline de la FFF, dont la réunion est prévue le 17 août ? Si cette dernière choisit de punir les Bleus, l’appel n’est pas suspensif et la sanction devra s’appliquer pour le ou les matchs de septembre. Laurent Blanc, en ne retenant pas les 23 pour la Norvège, voulait, lui, que les choses en restent là. « Il y a un vrai conflit entre deux énormes intérêts, explique un proche du dossier. D’un côté, la restauration de l’image de l’équipe de France et de la Fédération. De l’autre, l’enjeu sportif de la qualification pour l’Euro 2012. Duchaussoy va passer son premier vrai test. »

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE