26/08/2010 12:16:39
Roger Milla: Les joueurs vont souffrir
Roger Milla est présenté comme la terreur des coach des Lions indomptables. Avec le recrutement d’un nouvel entraîneur qu’il dit bien connaitre, le héros du Mondial 1990 met en garde les joueurs contre les écarts de comportement déplorés lors du récent Mondial sud-africain.
footafrica365.fr
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Roger Milla, quel commentaire vous inspire le recrutement de Javier Clemente pour succéder à Paul Le Guen à la barre des Lions indomptables?
Ma réaction est comme celle de tous les Camerounais, je suis ravi qu’on n’ait trouvé un entraîneur de cette trempe pour notre sélection nationale. C’est un homme de métier, quelqu’un que j’ai connu, en Europe. Maintenant, on va voir, une fois qu’il sera arrivé, comment il travaille. J’espère qu’il ne va pas nous tromper comme quelques uns de ses prédécesseurs nous ont trompé. Nous comptons sur lui et nous espérons qu’avec ses adjoints François Omam Biyik et Jacques Songo’o, ils feront vraiment le travail que beaucoup de Camerounais attendent, à savoir permettre à notre équipe nationale de retrouver son meilleur niveau. Il a quand même eu de très bons résultats durant sa carrière. J’espère tout simplement que il n’a pas perdu ses reflexes.

Que pensez-vous des nominations de François Omam-Biyik et Jacques Songo’o ? Cela doit vous faire plaisir de voir des anciennes gloires camerounaises appelées aux responsabilités...
Je suis content parce qu’on commence à comprendre que les anciens footballeurs peuvent faire quelques choses. Il faut leur donner cette possibilité. Je pense qu’on aurait dû même confier tout le staff aux techniciens camerounais. Il faut qu’on apprenne à les mettre à l’épreuve et qu’on arrête de douter d’eux. Maintenant qu’on leur a confié des postes, ils ont l’obligation de bien travailler pour que dans l’avenir qu’on ne doute plus des techniciens camerounais. 

Reste que des critiques font remarquer que François Omam-Biyik manque d’expérience…
Écoutez, Omam n’est qu’adjoint, il n’est pas entraîneur principal. C’est vrai qu’il n’a dirigé que des jeunes, mais il va apprendre sous le règne de Javier Clemente. Petit à petit, il va acquérir l‘expérience qui, selon vous, lui fait défaut. 

On sait, qu’avant la nomination de Clemente, vous avez été reçu par le ministre des Sports et de l’éducation physique. En avez-vous parlé? Avez-vous joué un rôle dans son recrutement ?
Pas du tout. On n’en a pas parlé. On a parlé d’autre chose. Vous savez, j’ai toujours dit que je ne parle pas du sélectionneur si je ne suis pas sollicité et impliqué dans le dossier. Mais, par contre, je le critiquerais  s’il ne fait pas correctement son travail. Là, c’est mon devoir, de Camerounais d’abord, d’ancien joueur de cette sélection ensuite et d’ambassadeur itinérant, enfin. Moi je ne discute pas des compétences des entraîneurs, mais j’interviens par rapport à la discipline qu’ils doiventt apporter à notre équipe, par rapport à la poigne qu’il peuvent lui apporter. 

A propos de discipline et même de relations entre l’entraîneur et les joueurs, on sait par exemple qu’avec le capitaine Samuel Eto’o, le nouvel entraîneur a eu un antécédent, et on présente Javier Clemente comme un raciste. Quel est votre avis là-dessus ?
Je pense que si c’était un raciste il n’accepterait pas venir entrainer une équipe en Afrique noire. C’est un entraîneur rigoureux, dur.C’est normal parce qu’il a besoin de résultats, de joueurs disciplinés et bosseurs. Et si vraiment il n’a pas changé de mentalité, je pense que les joueurs vont souffrir. Quand je dis souffrir, c’est par rapport au travail et à l’esprit de groupe. Je le dis encore : s’il n’a pas changé de caractère, je crois que la discipline sera de retour dans la tanière des Lions et qu’on ne regrettera pas ce choix. 

On vous a vu souvent remonter contre les sélectionneurs des Lions. Vous avez été contre Otto Pfister, ensuite c’était Paul Le Guen. Maintenant, avec Clemente, vous allez vous calmer un peu ?
Non, je n’ai jamais été contre les sélectionneurs. J’apporte mon point de vue par rapport à leur travail. Vous ne m’avez jamais entendu parler de Otto Pfister, durant ses premiers moment au Cameroun. On n’avait aucun problème. Il m’a sorti de mes gonds quand, sous le coup de critiques après la CAN 2008, il est arrivée au ministère des Sports et s’est mis à insulter tout le monde au Cameroun durant une réunion. Je ne peux tolérer que quelqu’un qu’on paie avec l’argent du contribuable insulte le chef de l’Etat et le peuple camerounais. Pareil pour Paul Le Guen avec qui je n’avais également aucun problème. On se connait depuis quinze ans. Il a été un bon joueur, je sais qu’il est aussi un bon entraîneur. Mais avec les Lions, il n’a pas fait ce qu’il devait faire. Je ne pouvais rester indifférent. Pour moi, il a été la plus grosse déception de tous les techniciens qui ont dirigé le Cameroun. Parce qu’il était venu avec les mauvaises intentions, il a finalement gâché sa propre carrière.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE