03/07/2009 17:31:34
Classement FIFA : Le Cameroun détrné par la Cte d'Ivoire
C’est ce qui ressort du nouveau classement mondial publié par la Fifa.
Lindovi Ndjio
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Selon le plus récent classement mondial FIFA/Coca-Cola rendu public ce 1er juillet, le Brésil retrouve sa première place avec 1672 points.

En retrouvant une place qu’il a perdue depuis août 2007, le Brésil reprend arrache la tête à l’Espagne qui, avec 1590 points, recule d’un pas. Ces deux pays bénéficient ainsi des derniers exploits réalisés, notamment avec le sacre du Brésil à la coupe des confédérations et l’Espagne qui en est sortie aux demi finales. Loin derrière le duo de tête se trouvent les Pays-Bas (3e, moins 1), l’Italie (4e, inchangé) et l’Allemagne (5e, moins 2), suivis par la Russie qui réalise un bond en avant (6e, plus 3), dépassant l’Angleterre (7e, moins 1) et l’Argentine (8e, moins 1) et obtenant par là même son meilleur classement depuis le mois d’août 1997.

Pour ce qui est de l’Afrique, le Cameroun rétrogradé à la 29ème position avec 803 points. Soit 52 de moins pour hit places de perdues. Le pays des Lions indomptables du Cameroun cède ainsi son fauteuil de leader en Afrique. Au profit de la Côte d’ivoire remonte au 18ème rang mondial, avec 874 points, soit 129 de plus pour un gain de 20 places. L’autre remontée spectaculaire est celle du Gabon. Le pays de feu Omar Bongo discute la 30ème place avec le Costa Rica. Devenant ainsi la 3ème puissance footballistique du continent noir. Le Gabon surclasse de gros poids lourds du football continental tels le Nigeria et le Ghana (respectivement 34ème et 35ème mondial). Ou même encore le champion d’Afrique en titre, l’Egypte qui vient en 38ème position.
Au contraire des autres pays d’Afrique qui sont restés plus ou moins stables en milieu de tableau des 50 meilleures nations de football (+1 pour le Ghana et -4 pour le Nigeria), le Cameroun, lui perd 52 points. Ce qui lui vaut par ailleurs 8 places en moins. Le pays de Roger Milla paie ainsi pour son manque de vision et les querelles de chiffonniers qui ont fini par l’emporter sur l’essentiel. Avec notamment l’interminable guerre entre le ministère en charge du sport et la fédération camerounaise de football (Fécafoot) qui se disputent le leadership et la préséance sur l’équipe nationale, et la récurrente question du choix des entraîneurs.

Une guéguerre qui a déjà valu aux Lions indomptables leur non qualification pour la coupe du monde 2006. Et le même syndrome guette encore Rigobert Song et ses coéquipiers, en difficultés sur le chemin de la qualification de la coupe du monde 2010, la première en terre africaine. Ce qui booste le moral des équipes telles le Gabon dont la stabilité d’un certain Alain Giresse a permis de bâtir une équipe homogène et conquérante. Au point que les Panthère du Gabon peuvent se targuer de réduire au néant des «sommités» du ballon rond continental comme le Maroc (2-1) battu en première journée des éliminatoires couplées Can/coupe du monde, puis le Togo, autre puissance montante par 3-0. Au moment où le Cameroun peine à obtenir un nul. Avec pourtant en son sein l’un des meilleurs buteurs du monde en la personne de Samuel Eto’o Fils. Si la venue d’un nouveau ministre des sports n’apporte pas plutôt un souffle nouveau à cette guerre d’avantages, elle pourrait être une occasion de taire les divergences entre ces deux instances incontournables du football.

Lindovi Ndjio

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE