05/01/2011 00:41:37
Joueurs bannis:impuissance ou silence complice du gouvernement ?
Rendu à deux mois et demi du match contre le Sénégal comptant pour les éliminatoires de la Can 2012, l'équipe nationale est loin d'avoir retrouvé ses véritables marques. Ses vieux démons continuent de la hanter. Ceci sous le regard médusé des responsables chargés du football au Cameroun.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Où en est-on avec l'affaire des bannis de l'équipe nationale ? Huit mois après la débâcle des Lions Indomptables au Mondial sud-africain, cette question taraude encore les esprits de bons nombres de Camerounais. En face, c'est le black out. Car personne ne peut (ou ne veut) véritablement y apporter une réponse. Tous les espoirs qu'on avait placé en la mission dépêchée en Europe dans le but de ramener ces joueurs devenus « indésirables » dans le Onze national sont partis en fumée. Roger Milla qui était l'une des pièces maîtresse de cette délégation s'est montré consterné après ce qu'il a entendu une fois sur les lieux. « J'ai discuté avec Alexandre Song, Samuel Eto'o et Achille Emana. J'ai eu la chance de retrouver Rigobert Song à Paris. Mais sincèrement, à entendre ce que ces gars là m'ont dit, là bas (...) Ceux qui commandent ce football dans notre pays... Il y a eu des réunions qui se sont tenus à Paris et ailleurs ; pour dire aux joueurs que si Roger Milla vient là, ne le saluez pas. C'est lui le fauteur de trouble.  Il va vous tuer, etc... Je ne peux pas trahir tout le monde. Mais le moment venu, je le ferai», avait-il confié dans une émission à Radio Reine deux semaines après son retour d'Europe.

Des révélations troublantes qui semblaient incriminer les dirigeants du football camerounais. Lesquels n'ont pas trouvé normal de s'exprimer sur la question. Ne fusse que pour évacuer cette incertitude qui plane en permanence dans la tête des camerounais. Une attitude qui cache mal la volonté de ces dirigeants d'en découdre une fois pour toute avec cette affaire. Pendant ce temps, le peuple continue d'attendre, revendiquant à cor et à cri le retour de ces joueurs pourtant très talentueux en club. Comme si cela ne suffisait pas, le fameux épisode continue avec son lot de rebondissements. Plus une semaine ne se passe sans qu'un nouvel ingrédient ne vienne pimenter l'histoire. La récente actualité c'est la sortie médiatique d'Achille Emana, le  sociétaire du Bétis Séville qui a accordé une interview au journal en ligne français Sofoot.com. Laquelle a été reprise en boucle par les médias locaux. Réagissant au sujet de son avenir avec la sélection nationale, l'ancien Toulousain n'est pas passé par quatre chemins : « Il m'est très difficile d'envisager de porter de nouveau le maillot des Lions indomptables tout simplement parce que rien n'a changé depuis la coupe du monde. Alex Song, Kameni et moi avons été désignés publiquement comme les seuls coupables de l'élimination. J'ai demandé des explications mais on ne m'en a jamais donné (...) On m'a manqué de respect. Je ne reviendrai pas en sélection tant que je n'aurai pas reçu d'excuses publiques », arguait-il.

 

Accusés, levez-vous !

Le Lion Indomptable a également pointé un doigt accusateur sur les dirigeants du football camerounais en reconnaissant que « les supporters du Cameroun me veulent, mais ceux qui sont à la tête de la sélection, non. Le capitaine Rigobert Song est parti et normalement je devrais être le deuxième capitaine après Eto'o. Ils devraient me respecter pour les dix années que j'ai consacrées à la sélection mais ils n'ont pas les couilles de me donner des explications : ce sont des menteurs et des voleurs », s'est-il grossièrement exprimé.

Se sentant directement concernés, les responsables de la Fecafoot ont alors décidé de lui servir une demande d'explication. Une copie de ladite demande apprend-t-on, a même été envoyée à la Fifa, à la Caf, à la Fédération espagnole de football et à son club, le Bétis Séville. Achille Emana n'a jusqu'ici pas répondu à la demande. Au courant de la semaine passée, Michel Zoah a convoqué le joueur au même titre que certains de ses coéquipiers dans son cabinet. Mais ce dernier qui a sans doute deviné ce qui allait constituer le menu de cette rencontre,  a tout de suite refusé la proposition du ministre des Sports. En effet, indique certaines sources, Emana voulait rencontrer le ministre en tête à tête sans les autres joueurs mais surtout pour parler des problèmes de la coupe du monde.

Que peut Eto'o ?

Selon des informations relayées par le site en ligne Camfoot.com, Michel Zoah, très courroucé, a décidé d'appeler le joueur au téléphone. Il aurait dit à Emana qu'il ferait mieux de briller plutôt dans les stades en Espagne que dans les journaux. Il lui aurait par ailleurs avoué avoir discuté avec Javier Clemente qui lui a certifié qu'il n'était même pas parmi les dix meilleurs joueurs de la deuxième division espagnole. Ces mêmes sources indiquent que le patron des sports  a rappelé à Achille Emana que le seul moyen pour lui de revenir dans la tanière des Lions indomptables est de briller en club.

S'appuyant sur le droit d'aînesse, le capitaine des Lions Indomptables a lui aussi exprimé son désir de voir revenir dans la tanière ces « bannis ». Mais souligne-t-il avec le cœur pur. Samuel Eto'o annonce qu'il ne fera pas de cadeaux à tous ceux qui mettront du désordre au sein de l'équipe nationale. C'est pourquoi « moi en tant que grand frère, leader de cette équipe, je prends mes engagements devant vous pour dire que les intrigues des uns et des autres, nous ne le voulons plus. On n'a pas besoin de conflit, on n'a pas besoin de se tuer, il y a rien entre nous, nous sommes tous fils d'une même mère», a-t-il indiqué dimanche dernier aux Hommes de médias. Jusqu'où ira Eto'o dans cette démarche ? Sera-t-il capable de faire revenir ces « récalcitrants » ? De quel droit le fera-t-il ? Il est trop tôt pour le savoir. Le plus urgent c'est d'avoir une équipe camerounaise soudée, unie et conquérante pour affronter le Sénégal le 26 mars prochain à Dakar.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE