26/01/2011 01:33:41
Et si la Macédoine n'était pas un bon repas pour les Lions!
"C'est encore quel pays ca?... " Les supporters des Lions indomptables s'interrogent sur l'identité de cet adversaire dont le parcours footballistique n'est pas aussi reluisant.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

"C'est encore quel pays ça ?", demande interloqué un fan des Lions Indomptables à son ami qui vient de lui annoncer que la Macédoine sera l'adversaire du Cameroun le 09 février prochain à Skopje en match amical comptant pour la préparation des Lions Indomptables pour les éliminatoires de la coupe d'Afrique des nations (Can) dont la phase finale est prévue en 2012 au Gabon et en Guinée Equatoriale. Ce jeune étudiant à l'université de Yaoundé I  est surpris non seulement du choix porté sur ce pays encore " mal connue " du public camerounais, mais surtout du poids que pèse véritablement l'équipe nationale de la Macédoine , au point d'affronter celle du Cameroun.

Telle une hantise, ces interrogations alimentent de plus en plus les conversations de plusieurs Camerounais dans les quartiers, les marchés, les bureaux et même dans les ménages. On ne parle plus que de cette Macédoine dont beaucoup, pour s'en moquer, font déjà le rapprochement avec cette recette de salade qui fait la joie de certains gourmets. En fait, ces supporters des Lions qui attendent de voir une équipe nationale conquérante et prête à remporter haut la main le match du 26 mars 2011 contre le Sénégal, ont de la peine à réaliser que la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) ait au bout du compte jeté son dévolu sur la Macédoine pour préparer un match d'un tel acabit. Pour ceux-ci, c'est un adversaire de seconde zone.

La Macédoine ne s'est jamais qualifiée pour une phase finale d'une Coupe du monde ou pour un Euro. Cette formation qui débute sa carrière avec quatre victoires à l'occasion de ses quatre premiers matches officiels  n'est pas aussi bardée de lauriers que le Cameroun. (Quatre fois champion d'Afrique avec six participations au Mondial). Même si depuis lors, le football macédonien a continué de progresser de façon positive, notamment avec ce succès 3-2 face à  la République d'Irlande en 1997 et une victoire écrasante 11-1 contre le Liechtenstein l'année précédente, cela, estiment les fans, ne fait pas d'elle une machine de guerre. Malgré les grands sélectionneurs étrangers qui se sont succédés à la tête de l'équipe ; à l'instar du Serbe Slobodan Santra et le Slovène Sreko Katanec, après les efforts d'Andon Don_evski, Gjoko Hadievski, Nikola Ilievski, Dragan Kanatlarovski et Boban Babunski.

Les Camerounais restent dubitatifs quant au palmarès de l'équipe que dirige aujourd'hui le technicien macédonien Mirsad Jonuz. C'est d'ailleurs lui qui était aux commandes lorsque la Fsm a fêté les 100 ans du football de Macédoine lors d'un match amical face à l'Espagne en août 2009 (victoire de l'Espagne 3-2). Incriminés, les responsables de la Fécafoot soutiennent que ce choix n'a pas été fantaisiste comme pourraient l'imaginer certains fans. Car " il fallait tenir compte du facteur disponibilité de l'adversaire étant donné que les sparring-partners se font rares en cette période Fifa. Après le regroupement de Vichy, l'encadrement technique s'est sans doute dit qu'il ne fallait pas que cette deuxième période Fifa soit blanche. En tant qu'organe technique, nous avons trouvé un adversaire aux Lions en fonction de certains critères bien définis ", explique Junior Binyam, chef du département communication à la Fécafoot. Le Cameroun, précise-t-il, pour cette rencontre, ne prend en charge que ses titres de transport. D'après les termes du contrat, la Macédoine va totalement prendre en charge la délégation camerounaise à partir de Paris.

Bon à savoir sur la Macédoine

La République de Macédoine est issue de la partition de l'ancienne Yougoslavie, dont elle était une république fédérée sous le nom de République socialiste de Macédoine. Pour affirmer son identité et sa cohésion face à l'irrédentisme bulgare ou albanais, elle choisit de conserver le nom de " Macédoine " et la définition de Krste Petkov Misirkov de sa langue majoritaire " macédonienne "; pour symbole national, face au lion bulgare et à l'aigle albanais, elle adopta brièvement en 1992 un drapeau portant l'étoile de Vergina, symbole associé à Alexandre le Grand. Géographiquement, la république représente 38 % de la superficie et 44 % de la population de la région géographique et historique connue sous le nom de Macédoine, le reste étant divisé entre ses voisins grecs (un peu plus de la moitié du total) et bulgares (moins d'un dixième).

Le premier club de football de Macédoine a été le FK Vardar, créé à Skopje en 1912. Dix ans plus tard sont apparus le FK Belasica GC et le FK Bregalnica tip. Pendant la Seconde guerre mondiale, des équipes de Macédoniens jouaient contre des équipes de soldats allemands et contre la Bulgarie , mais le pays n'a pas eu officiellement d'équipe nationale avant son indépendance en 1991. Avant 1991, de nombreux Macédoniens jouaient en équipe nationale pour la Yougoslavie , notamment Kiril Simonovski-Dina, Dragan Vidinic, Metodija Spasovski, Andon Donevski, Darko Panev et Ilija Najdoski. En 1945, le football a été représenté pour la première fois à l'association omnisports de Skopje - la relation allait durer jusqu'à la création de l'Union de football de Macédoine en août 1948. Cette fédération a été membre de la Fédération yougoslave de football, plus importante, jusqu'en 1991 - date de l'indépendance de la Macédoine et de la création de l'Union de football de Macédoine (Fsm). Le premier championnat national a été organisé en 1992/93 et 18 clubs y ont participé. Vardar a remporté le premier titre de champion de Macédoine et a réalisé un doublé en gagnant aussi la Coupe de Macédoine.

En 1994, la Macédoine devient membre de la Fifa et de l'Uefa, s'intégrant ainsi davantage dans la famille du football mondial. Le pays rejoint également la Fédération de football des Balkans et peut ainsi participer aux tournois des moins de 16 ans ainsi que des moins de 18 ans organisés dans la région. En 1995, le Vardar et le FK Sileks participent tous deux à des compétitions européennes, et Sileks a atteint le second tour de la Coupe des vainqueurs de coupe européenne, avant de se faire battre par le VfL Borussia Mönchengladbach.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE