24/02/2011 04:16:45
Inter Milan 0-1 Bayern Munich: Gomez crucifie les Nerazzurri!
La qualification de l'Inter Milan est très mal engagée. Non seulement il faudra marquer deux buts à Munich, mais il faudra également éviter de concéder autant d'occasion que ce mercredi soir.
Spacefoot
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Analyse du jeu
Malgré une première bonne occasion pour les Nerazzurri d'entrée de jeu, le match mit un certain temps avant de tenir ses promesses. Ranocchia reprit en effet au point de pénalty  un coup-franc excentré de Sneijder, mais le ballon rasa le but bavarois (2è).
 
Le Bayern domine sans partage
 
Dès lors les spectateurs de San Siro assistèrent à un premier quart d'heure de grande intensité physique, mais sans occasions franches. Petit à petit, le Bayern développait et son jeu, et ce furent les locaux qui courraient après un ballon presque insaisissable.
 
Les joueurs de Luis Van Gaal étaient même les plus incisifs à l'approche des buts, et Luis Gustavo fit passer des frissons au portier milanais sur deux frappes de mule de trente mètres (20è,21è).
 
L'Inter jouait en contre, et Eto'o ne ménageait pas ses efforts, esseulé aux avant-postes. Au terme d'une action de classe côté droit, le Camerounais se joua de la défense bavaroise, pénétra les seize mètres, avant de délivrer un caviar à Cambiasso devant le but. Hélas, la frappe de l'Argentin à bout portant fut repoussé par un Kraft des grands soirs (22è).
 
La plus belle occasion des visiteurs survint peu après par le fameux duo Robbery. Robben prit son aile droite et adressa un centre rentrant précis. Franck Ribéry arriva à point nommé de la tête, mais la barre repoussa la tentative du Français (24è)!
 
Les Munichois appuyaient de plus en plus leurs actions, et Julio Cesar ne dut son salut qu'à un excès de précipitation de Gomez, seul au point de penalty, qui envoya le cuir dans les nuages (28è).
 
L'Inter tente de réagir
 
Vexés, les protégés de Leonardo tentèrent de se ressaisir dans le dernier quart d'heure de la première période, et Eto'o faillit bien ouvrir le score à son tour. Le buteur nerazzurro exécuta une merveille de contrôle orienté dans la surface de réparation, avant d'enchaîner une frappe instantanée du gauche, mais Kraft s'opposa à la tentative, au prix d'un étonnant réflexe sur sa ligne (33è).
 
Les Milanais étaient mieux dans la partie, et Sneijder arma un missile des vingt-cinq mètres, mais sans pouvoir ajuster la mire (45è). Maicon imita le Néerlandais dans les secondes suivantes, au terme d'un superbe déboulé côté droit, mais sans pouvoir attraper le cadre également (45è+1).
 
Les Nerazzurri subissent de nouveau
 
Les coéquipiers de Ribéry revinrent sur la pelouse après la pause avec les mêmes intentions, jouer pour marquer. Robben se signala ainsi d'entrée, sur un nouveau centre rentrant de l'aile droite. Le portier interiste fut alors tout heureux de voir passer la tête décroisée de Müller au ras de ses buts (47è).
 
Le Néerlandais troqua son costume de passeur pour porter le danger individuellement peu après. Le vice-champion du monde 2010 fixa toute la défense milanaise, s'excentra, et parvint à armer une frappe du droit somptueuse qui alla s'écraser sur le poteau de Julio Cesar (53è)!
 
Les joueurs de Leonardo s'en remettaient comme souvent au talent d'Eto'o pour sortir la tête hors de l'eau. Le Camerounais gratifia San Siro d'un superbe amorti poitrine, avant d'obliger Kraft à s'employer sur une reprise cadrée (57è).
 
Les Bavarois repondirent du tac au tac, et Robben alla défier le portier brésilien de l'Inter, d'une frappe à peine trop enlevée (58è). Schweinsteiger imita son coéquipier après l'heure de jeu, mais le gardien local capta sans problème (63è).
 
Domination stérile du Bayern
 
A force de tenter, les joueurs de Van Gaal s'épuisaient sans pouvoir concrétiser et commencèrent à ressentir le poids de leurs efforts à l'entame de la dernière demi-heure. Les occasions se raréfiaient alors, même si le Bayern possédait le ballon à 56% depuis le début du match.
 
L'Inter finit plus fort
 
Kharja, à peine entré à la place de Ranocchia blessé, tenta d'apporter un vent de fraîcheur en prenant le couloir droit. Le centre tendu à ras de terre du Marocain obligea alors  Kraft à une superbe manchette (80è).
 
Dès lors, les Nerazzurri commencèrent à profiter de l'usure mentale et physique de leurs adversaires pour poser quelques banderilles. Sneijder arma un coup-franc aux vingt-cinq mètres, dévié par le haut du mur (84è). Sur le corner qui suivit, Ranocchia fut à tout près de délivrer tout un stade, mais le coup de tête de l'Italien trouva les gants de Kraft sur sa ligne (85è).
 
Les Milanais poussaient afin d'arracher la décision, et multipliaient les situations dangereuses. Un nouveau coup-franc de Sneijder fut mal renvoyé par l'arrière-garde munichoise, mais le cadre se déroba sur la reprise instantanée d'Eto'o (87è).
 
Gomez douche San Siro (0-1)
 
Finalement, alors que le Bayern semblait avoir baissé le pied, une des dernières contre-attaques allemandes permit aux coéquipiers de Lahm de concrétiser au tableau d'affichage. Arjen Robben fixa la défense interiste et déclencha une frappe soudaine, repoussée maladroitement par Julio Cesar. Gomez n'en demandait pas autant, et vint glisser le ballon dans le but vide (90è,0-1)!

Adversaire

Hormis Olic, opéré du genou, Van Gaal pouvait aligner une équipe au complet. Alors que les observateurs s'attendaient à voir un Bayern évoluant en contre, la physionomie de la partie montra exactement le contraire. Tentant de procéder par attaques placées, les Bavarois eurent la possession de la balle durant pratiquement  toute la rencontre.
 
S'épuisant face à une équipe de l'Inter qui les attendait, les coéquipiers de Ribéry faillirent tomber dans le piège en fin de match en concédant plusieurs  situations chaudes devant le but, mais Kraft veillait. Le portier allemand a même réalisé une partie de très haute volée.
 
Si les supporters attendaient les frappes de Schweinsteiger, le métronome allemand fut relativement discret dans ce domaine, et étonnamment Luis Gustavo montra qu'il n'avait rien à envier à son coéquipier à des distances relativement lointaines.
 
Enfin Arjen Robben a confirmé qu'il était ce que Messi est au Barça, ou Ronaldo au Real Madrid...indispensable. Que ce soit dans ses prises de balle, ses centres ou ses tirs, le Néerlandais a fait tourner en bourrique Chivu. Le gaucher est à l'origine directe du but de Gomez, qui a inscrit son 7ème but en Ligue des Champions cette saison.
Ambiance au club
L'Inter a donné le bâton pour se faire battre en attendant son adversaire dans sa moitié de terrain. Giuseppe Meazza avait sorti ses habits de lumière pour ce choc, et prit un gros coup sur la tête à l'ultime minute.
 
Les prochains jours seront déterminants afin de constater une réaction interiste en championnat, car si l'histoire de la Coupe d'Europe a montré qu'un exploit était toujours possible sur une confrontation aller-retour, les Nerazzurri ont subi une grosse désillusion, et la conservation du trophée semble fortement compromise.

Pronostic(s)

La qualification de l'Inter Milan est très mal engagée. Non seulement il faudra marquer deux buts à Munich, mais il faudra également éviter de concéder autant d'occasion que ce mercredi soir.
 
Sauf blessures, le match retour ne sera qu'une formalité pour le Bayern.
 
Pronostic: Bayern Munich 2-0 Inter Milan

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE