22/03/2011 01:52:05
Can 2012: Le pessimisme dans le camp camerounais
De nombreux observateurs vendent à vil prix la peau des “ Lions ” du Cameroun dans son match avec leurs homologues de la Téranga le 26 mars 2011. Le capitaine Samuel Eto’o fils dont la courbe de progression est ascendante saura conduire les siens au bon résultat.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

De nombreux observateurs vendent à vil prix la peau des “ Lions ” du Cameroun dans son match avec leurs homologues de la Téranga le 26 mars 2011. Le capitaine Samuel Eto’o fils dont la courbe de progression est ascendante saura conduire les siens au bon résultat.

L’inquiétude dans le camp camerounais se justifie à l'analyse des migmacs enregistré ces derniers jours. On observe la tergiversation dans la prise des décisions. On a l’impression que le bateau des Lions indomptables dispose à sa commande des capitaines qui n’arrivent pas à accorder leur violon. La logique voudrait qu’une embarcation ne dispose que d’un seul patron, principal décideur. Bien que le moment ne soit pas indiqué pour analyser, de fond en comble, les raisons profondes de la publication tardive et la retouche de la liste des joueurs convoqués pour le regroupement avant la rencontre de Dakar, il serait inopportun de ne pas en dire un mot.

Assou Ekotto ne mérite pas ça...

Après le légendaire capitaine Song Bahanag et à la lecture de toutes les prestations de Assou Ekotto à la dernière coupe du monde Fifa 2010 en Afrique du Sud, ce joueur de Tottenham a démontré sur le terrain, avec brio et sans tricherie, qu’il est un vrai patriote. Sobre, efficace, engagé et honnête dans le jeu, ce talent confirmé et expérimenté, de surcroît en forme constante, ne mérite pas le rôle de sapeur pompier.

On aura beau brandir des justifications, mais rien ne justifie techniquement sa mise à l’écart. Confiné dans les seconds rôles, Assou Ekotto a un gros cœur et un mental fort. Seuls des conseillers toxiques peuvent le décourager à défendre les couleurs nationales à Dakar. L’enfant prodige jouera pour la patrie et non pour ceux qui se servent des victoires, synonymes de poursuite de la compétition et des missions, pour arrondir leurs comptes bancaires. Aussi, devons-nous militer pour que les joueurs aient moins de pression. Les dirigeants ne sont pas pour autant des saints.

Eto’o fils : le poids des responsabilités

Au soir du 26 mars 2011, les langues vont se délier. Les supporters des Lions indomptables espèrent que le capitaine Samuel Eto’o fils fera la différence. Sans vouloir justifier l’injustifiable, cette demande peut trouver satisfaction dans un groupe homogène et cohérent. Puisqu’il s’agit d’une sélection nationale, les calculs deviennent compliqués. Albert Roger Milla, talent confirmé hors pair, joua dans une sélection nationale dont l’ossature était celle d’une équipe structurée et conquérante appelée Canon sportif de Yaoundé.

La sélection nationale actuelle souffre de manque de regroupement régulier. En revanche, les joueurs dépensent d’énormes énergies et éprouvent des difficultés à mettre les qualités individuelles au profit du collectif. Ceci pourrait expliquer la domination prévisible des Lions de la Téranga dont on raconte des petites histoires croustillantes à prendre très au sérieux. Une ligne offensive remuante, percutante et réaliste. Un milieu de terrain perspicace et une défense haute. Notre Eto’o fils dont le sens du but n’est plus à démontrer aura besoin d’un groupe soudé pour le rapprocher de la surface de vérité. Partir de loin le fatiguera et n’apportera aucune solution aux attentes. Dans son club,  Inter Fc de Milan, tout comme à Barcelone, il dispose d’un bon arsenal collectif pour réaliser des performances enviables.

Sénégal-Cameroun, la partie n’est pas encore gagnée. Pour l'avenir,  les encadreurs nationaux, Javier Clemente et Omam Biyick, gagneraient à asseoir l’ossature de l’équipe nationale fanion sur celle des Lions “ A ” prime de Doumbé Bosso qui ont, non seulement fait bonne figure au dernier championnat africain des nations disputé au Soudan, mais jouent pour la plupart dans l’équipe des Astres Fc de Douala.
 
Fernant NENKAM

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE