14/04/2009 05:55:41
Marseille, pour le meilleur ou pour le pire
En prenant la tête de la Ligue 1 à sept journées de la fin, après la douche froide ukrainienne en Coupe de l'UEFA, l'Olympique de Marseille a confirmé qu'il était capable du meilleur comme du pire et que sa fin de saison pourrait se jouer sur un coup de dés.
AFP
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Comme contre Nantes lors de la 29e journée, les Marseillais ont en effet montré deux visages dimanche au Vélodrome contre Grenoble: une première période insipide, une seconde endiablée.

Au final, le coaching de Gerets, qui a fait jouer son équipe plus haut après la pause, couplé à la rage de vaincre de ses joueurs, ont permis d'obtenir un score flatteur (4-1). Autre bonne surprise, les deux buts sur coups de pied arrêtés, jusqu'alors un point faible de l'OM.

Reste, pourtant, le sentiment que les Olympiens marchent encore sur un fil, même s'ils ont gagné en assurance et en maîtrise depuis le début de l'année, et que leur fin de saison, pour l'heure ouverte à tous les espoirs, peut finir en apothéose ou en cauchemar.

Certes, l'OM a l'excuse de la fatigue: à jouer sur deux tableaux, hexagonal et européen, même les meilleurs s'émoussent, à l'instar de l'attaquant Mamadou Niang, brouillon en première mi-temps dimanche et sorti à la pause au profit de Sylvain Wiltord.

"Parfois, il faut savoir accepter qu'un joueur puisse être plus fatigué que les autres", a admis Gerets après le match, rappelant les efforts déployés par le Sénégalais à Donetsk, restés vains.

Mais l'alternance des matches n'explique pas tout: "En seconde période, les joueurs auraient dû être plus fatigués mais quand tu joues bien, tu ne sens plus la fatigue. Si tout le monde s'aide sur le terrain, comme on l'a fait en seconde période, c'est plus facile", a poursuivi l'entraîneur belge.

En d'autres termes, les consignes n'ont pas été respectées en début de match et l'OM aurait pu le payer cash. Un scénario que les Marseillais ne pourront pas se permettre jeudi, en quart de finale retour de Coupe de l'UEFA contre le Shakhtar Donetsk, s'ils veulent rattraper les deux buts encaissés en Ukraine à l'aller (2-0).

Le latéral nigérian Taye Taiwo qui en seconde période dimanche a marqué son premier doublé -dont un fabuleux coup franc- sous les couleurs olympiennes, après une première mi-temps qui est loin d'avoir enthousiasmé Gerets, est conscient qu'il ne faudra pas mettre aussi longtemps à se réveiller jeudi.

"Dans les vingt premières minutes, on va aller les chercher pour marquer", a-t-il assuré lors de la conférence de presse d'après match.

De même, il ne faudra pas se laisser aller en fin de rencontre contre les Ukrainiens, comme ce fut le cas contre Grenoble qui a réduit le score dans le temps additionnel, au grand dam de Gerets.

"On n'a pas le droit de prendre un but comme on a pris. Si on fait un match comme ça jeudi et qu'on prend un but à la fin (un but éliminatoire, ndlr), on sera tous dégoûtés", a reconnu le défenseur brésilien Vitorino Hilton, auteur contre Grenoble de son premier but pour l'OM.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE