12/07/2009 15:48:56
La FIFA met hors jeu la religion
Faut-il interdire aux joueurs de se prosterner ou de faire le signe de croix après avoir marqué un but ? Le président de la fédération danoise de football, qui n’a pas aimé la joie très religieuse des joueurs brésiliens après leur victoire en Coupe intercontinentale, le pense... Des religieux saoudiens pensent comme lui…
M. Sadoune
Top Actus
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La Fédération internationale de football n’aurait pas aimé la joie exprimée avec une grande ferveur religieuse par les joueurs brésiliens après leur victoire sur les Etats-Unis en finale de la Coupe intercontinentale 2009 en Afrique du Sud. La longue scène des joueurs et des dirigeants brésiliens en cercle dans le rond central faisant des louanges à Jésus a choqué le président de la fédération danoise de football qui aurait saisi la FIFA. Celle-ci aurait envoyé un courrier aux Brésiliens pour leur demander de modérer quelque peu l’expression de leur foi religieuse sur les stades. Certains affirment que la Fédération internationale de football aurait adressé un «sévère avertissement» à l’équipe du Brésil et qu’elle s’apprêterait à «légiférer» pour interdire les signes religieux ostentatoires sur les terrains de football. Sur le site officiel de la FIFA on ne trouve pas la moindre trace d’un tel avertissement.

Par contre, la protestation du responsable de la fédération danoise, Jim Stjerne Hansen, est bien réelle. Le responsable danois a trouvé que l’expression de ferveur religieuse des Brésiliens a duré trop longtemps. «Un tel niveau de confusion entre la religion et le sport n’est absolument pas acceptable... Nous ne laisserons pas les considérations politiques et religieuses investir les stades». Les joueurs brésiliens sont-ils vraiment fautifs ? Il faut d’abord relever que jusqu’à présent les signes religieux effectués par les joueurs après avoir marqué un but – signe de croix ou prosternation pour les joueurs musulmans – ne suscitent pas de réactions négatives.

Les Brésiliens et la FIFA

Les spectateurs du monde entier seraient-ils plus tolérants en acceptant qu’une joie forte puisse être exprimée par des signes de remerciements à Dieu ? Jusqu’à la protestation danoise, précédée en février dernier par une fatwa de religieux saoudiens, la chose allait de soi.

On peut d’ailleurs noter qu’au sens strict, rien dans la réglementation de la FIFA n’interdit de faire un signe à connotation religieuse. Par contre, les joueurs brésiliens pourraient être en délicatesse avec le règlement pour avoir exhibé des T-shirts portant la mention «J’aime Jésus»… En matière de mention, le règlement est très clair. «Les joueurs ne sont pas autorisés à porter sous leur maillot des vêtements affichant des slogans ou de la publicité. L’équipement de base obligatoire ne doit présenter aucune inscription politique, religieuse ou personnelle». Un autre article précise que les «organisateurs de la compétition doivent sanctionner les joueurs levant leur maillot pour laisser apparaître des slogans ou de la publicité. Les organisateurs de la compétition ou la FIFA sanctionneront l’équipe du joueur dont l’équipement de base comportera des messages politiques, religieux ou personnels». On ne sait pas si la FIFA escompte sanctionner les Brésiliens pour les T-shirts mentionnant leur amour à Jésus, mais c’est bien la seule chose, en l’état actuel du règlement, qui pourrait être reprochée aux joueurs brésiliens. A moins que la FIFA n’édicte une nouvelle règle précisant clairement que faire le signe de croix ou se prosterner sont interdits sur le terrain.

Religieux saoudiens contre Al Azhar

Le plus piquant est que le président de la fédération de football du Danemark est pratiquement sur le même registre que les religieux saoudiens qui n’aiment pas trop que les joueurs musulmans se prosternent dans le stade. La prosternation serait «la yadjouz» au motif qu’elle serait préjudiciable à l’Islam. L’auteur de cette fatwa émise en février dernier est le Dr Salah Ben Mekbal Al-Osseïmi, de l’association du Fiqh en Arabie saoudite. Il a estimé qu’un tel geste est en soi répréhensible. Il considère que la prosternation pourrait être perçue, dans le cas par exemple où le joueur musulman évolue dans un championnat européen, comme une «provocation» par le public. La fatwa saoudienne a été vivement contestée par un religieux d’Al Azhar, le Dr Gouda Abdelghani Bassiouni, qui estime légitime au plan religieux que des joueurs puissent se prosterner pour remercier Allah. «Le joueur qui marque un but considère que cela était ‘un bienfait’ dont il remercie le seigneur… La prosternation des joueurs de football rentre dans l’application de la religion et n’est donc pas une chose répréhensible». La polémique a-t-elle un sens ? Dans les stades, le bon sens et la tolérance ont jusqu’ici prévalu… Mais certains estiment peut-être que le football est une religion qui ne supporte pas la concurrence…

M. Sadoune

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE