17/05/2011 00:17:43
Agonie: Vers la mort du catch au Cameroun
En panne de promotion et secouée par de multiples crises sur le plan national, la discipline qui a pourtant fait les beaux jours du sport camerounais se meurt. C’est l’histoire d’une fédération malade. Pis, une fédération dont la mort est proche...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est l’histoire d’une fédération malade. Pis, une fédération dont la mort est proche. Le diagnostic montre qu’elle souffre de plusieurs maux. Manque de communication, guerre de leadership, crise d’incompréhension entre les membres du bureau national, manque criard d’infrastructures sportives et de financements, dysfonctionnement total au niveau de ses démembrements régionaux. C’est une fédération dans laquelle on ne parle que de tensions à la trésorerie, d’éclatement et d’appel à la démission. Une fédération où certains membres s’autoproclament entraîneurs nationaux ou directeurs techniques nationaux (Dtn) même sans avoir l’expérience et les compétences requises. Oubliée, minimisée et abandonnée par la tutelle qui ne lui a jamais donné de quitus pour l’organisation d’une quelconque compétition internationale, la fédération camerounaise de catch (Fécacatch) est à l’agonie. Bref, la liste des maux est loin d’être exhaustive. A l’heure où on célèbre la résurrection du mouvement sportif au Cameroun, les adeptes, les fans et les promoteurs du catch en larmes, se préparent à l’inhumer, faute de mieux.

La réunion de crise qui s’est tenue samedi 14 mai 2011 à Yaoundé intervenait donc dans un contexte où tout le monde en avait marre. Où tout le monde brûlait d’envie de cracher les vérités qu’on a longtemps cachées ; en laissant le mal ronger jusqu’à la racine. Malgré tout cela, le conclave de samedi 14 mai 2011 a quand même accouché de quelques bonnes résolutions capables de permettre aux quelques rares férus de cette discipline d’accorder leurs violons pour repartir sur de nouvelles bases aux fins de sauver le catch du naufrage.

Désormais, Elisabeth Marie Edoa Zanga, jusque là vice présidente de la Fécacatch assurera la transition à la tête de cette fédération jusqu’à la fin du mandat qui s’achève en décembre 2012. Innocent Yossa, le président, ayant personnellement cédé son fauteuil à celle-ci. A la tête de cette fédération depuis une quinzaine d’années, celui qui se réclame être l’un de ses membres fondateurs estime qu’il s’est suffisamment battu pour la relève et la survie de cette discipline au Cameroun. « Je suis fatigué. C’est pourquoi je cède mes pouvoirs à madame la vice-présidente, jusqu’à la fin du mandat. Elle est entièrement disponible et vous saurez compter sur sa riche expérience pour avancer», a déclaré Innocent Yossa.

Alors que celle à qui il remettait les pouvoirs venait d’indiquer à l’assistance que «M. le président nous fait comprendre qu’il démissionne de ses fonctions». Une interprétation que le concerné a nié sans toutefois exprimer clairement le fond de sa pensée. «Ce n’est pas ce que je dis ; vous le dites à ma place. Peut-être ne m’avez-vous pas bien compris. Je reste le président de la Fecacatch. Mais je ne serai plus trop présent. Néanmoins je compte donner quatre champions d’Afrique de catch au Cameroun avant de tirer ma révérence», a-t-il expliqué. Langage de sourd ? En fait Innocent Yossa a voulu faire savoir à l’assistance qu’il restera à la tête de la fédération, seulement à titre honorifique, pendant qu’Edoa Zanga va s’occuper de la gestion des affaires courantes.

3 millions Fcfa

A l’origine de l’éclipse du président de la Fécacatch , les subventions remises aux fédérations il y a quelques mois par le ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep). Sans en informer les membres du bureau ou encore les présidents de ligues, Innocent Yossa a payé des dettes que la fédération a contractées à la banque par le passé, et a entrepris avec le même argent de lancer la saison 2011. Courroucés par cette attitude égocentrique du président, les catcheurs et leurs clubs ont refusé de s’engager, tant qu’on ne sait pas ce que sont devenus les trois millions.  Acculé de toutes parts, l’accusé a fait l’état de la caisse séance tenante et présenté le calendrier de la saison. Une réunion de travail est d’ailleurs prévue demain mercredi 18 mai 2011 au domicile de Super Makia. Au cours de cette concertation, la date de lancement de la saison  sera annoncée ; on l’espère, pour éviter la mort complète du catch camerounais.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE