18/04/2019 01:14:48
Cameroun : Cabral Libii très bien Placé pour remplacer Paul Biya, son Modèle. Paris convaincu ?

Cabral Libii est l'homme qui rêvait de passer d'une pierre sous un arbre a 200 000Fcfa/mois a un grand bureau sous un autre arbre blanc et plus grand, celui-là, à plus de 4000 000 000 Fcfa/an. Un rêve noir  qui rappelle à beaucoup de Camerounais l'arrivée de Paul Biya au pouvoir, mais un rêve que caresse avec une douceur certaine la France car Cabral Libii a démontré qu'il a le potentiel pour battre Paul Biya dans une servitude prévaricatrice et esclavagiste.

Par Douala Ngando
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille



Cabral Libii est l'homme qui rêvait de passer d'une pierre sous un arbre a 200 000Fcfa/mois a un grand bureau sous un autre arbre blanc et plus grand, celui-là, à plus de 4000 000 000 Fcfa/an. Un rêve noir  qui rappelle à beaucoup de Camerounais l'arrivée de Paul Biya au pouvoir, mais un rêve que caresse avec une douceur certaine la France car Cabral Libii a démontré qu'il a le potentiel pour battre Paul Biya dans une servitude prévaricatrice et esclavagiste.

La France réalise tous ses rêves au Cameroun. Elle a réussi à installer au Cameroun, grâce à Paul Biya, une colonie d'une servitude aussi nuisible que dans les années 1900. Les populations sont plus libres dans les anciennes colonies Françaises qu'au Cameroun qui n'a jamais été une colonie Française : Les Camerounais ont perdu littéralement la boussole. Cette situation conforte les Camerounais sur le fait que tous les rêves sont permis au Cameroun. D'ailleurs ils le disent eux-mêmes « Impossible n'est pas Camerounais », la preuve ils sont devenus KO debout. C'est cette ambiance de « tous les rêves sont permis » qui a poussé un éminent juriste à caresser le rêve de passer d'un arbre de 200 000 Fcfa/mois à un arbre blanc de 4000 000 000 Fcfa/an.
On pensait que ce rêve aurait duré le temps d'une distraction ou d'une élection pendant laquelle les Camerounais pensent que Mr Libii a trahi le peuple en se plaçant en plein soutien, a peine déguisé, au régime en place. Mais Cabral Libii, ce brillant juriste a bien cerné le contexte Camerounais qui se caractérise par la recherche par Paris d'un autre manitou de la servitude qui serait d'une efficacité aussi mortifère que Paul Biya. Alors, il caresse son rêve qui transcende dans sa dernière sortie où Cabral Libii s'est livré à une opération de charme vis-à-vis de Paris, en rappelant à souhait sa capacité à subir des humiliations, à se gaver de la fortune publique ou à s'attaquer aux différents corps qui composent le tissus social (citoyens, journalistes et parti politique etc…).
Il faut admettre que ce jeune Camerounais a raison de rêver car vu de la France, il présente des caractéristiques similaires sinon favorables aux performances de Paul Biya que Paris considère maintenant comme arrivé en fin de parcours. Examinons quelques-uns de ces atouts de Cabral Libii :

-    Le jeune âge de Cabral Libii (39 ans).
39 ans est aussi l'âge autour duquel Paul Biya est arrivé dans les rênes du pouvoir. Un atout qui a permis à la France d'être tranquille pendant près d'un demi-siècle. 50 ans c'est le temps de tranquillité dont pourrait jouir de Paris si elle succombait au charme de Cabral Libii.

-    Condition sanitaire.
Mr Cabral Libii déclare qu'il a été longtemps maladif suite à une naissance sous un arbre. Un événement prémonitoire (voir plus loin) qui a laissé à toute la famille des souvenirs douloureux mais qui reste unique car en Afrique, naitre sous un arbre est une bénédiction. En effet, être maladif est un atout hautement qualificatif pour la France qui tient comme principe le contrôle de la respiration du locataire de Etoudi. Une situation qui justifiera sa délocalisation à Genève ou à l'hôpital Américain de Paris.

-    L'humiliation du Cameroun comme paravent.
Tous les Camerounais et le monde entier savent à quel point le Cameroun a été humilié et a multiples reprises dans tous les domaines sous le régime Biya. La candidature au poste de magistrature suprême d'un homme, qui a pour bureau une simple pierre sous un manguier, est une humiliation supplémentaire que le régime de son modèle a infligée au Cameroun. Cette absence de dignité, de sensibilité à la honte est un caractère primordial pour pouvoir martyriser le Cameroun et les Camerounais. C'est encore un indice très prisé par Paris.

-    Vivre au frais de l´état.
Le fait le plus marquant de la gouvernance calamiteuse de Paul Biya est son appropriation de la fortune publique du Cameroun avec une confusion flagrante de son budget personnel avec le budget de l'état. Paul Biya a servi la colonie Camerounaise avant de choisir de se servir lui-même. Cabral Libii, lui, a commencé par se servir, en ponctionnant l'état Camerounais des 200 000 Fcfa/mois sans aucun service rendu. Un signal fort qui séduit vraiment la France pour une personne qui prétend combattre les prévaricateurs de la fortune publique.

-    Connaissance du droit.
Les Camerounais sont sonnés car ils n'avaient jamais imaginé que Paul Biya, avec ses connaissances de droit, pouvait les mener dans le vase bouseux dans lequel ils barbotent aujourd'hui. Cabral Libii affiche toutes les connaissances d'un juriste capable d'éditer, sous la houlette de la France, des lois qui vont attacher les Camerounais comme un fagot de bois pendant 50 ans.

-    Une Paresse légendaire.

Il est connu au Cameroun que les membres du sérail, dans leur conversation, parlent du « Roi Fainéant » pour ne pas nommer Paul Biya. Un petit nom qui est d'ailleurs utilisé par les medias étrangers (principalement en France). Monsieur Cabral Libii, avec ses connaissances, peut créer une activité de conseil qui pourrait lui rapporter au bas mots 2 millions de Fcfa/mois. Le problème c'est que le bonhomme est paresseux, un caractère que recherche la France pour noyauter le Cameroun car pour la France, le Cameroun ne doit pas se développer.

-    L'art de l'esquive et de la diversion.
Quand les Camerounais demandent à Paul Biya le multipartisme, il crée 300 partis politiques sans aucune liberté de se réunir ou de manifester. Ils demandent la déclaration des biens, Paul Biya lance l'opération épervier. Cabral Libii présente des signes très prometteurs de diversions et d'esquives. Les membres de 11 millions de Citoyens demandent une assemblée générale, Cabral leur balance un compte de campagne sur Facebook dont lui seul détient les tenants et les aboutissants.

-    Un potentiel dictatorial sans pareil.
La dernière sortie de Cabral Libii aura certainement satisfait un jury de Français qui s'inquièterait de la capacité de ce jeune à imposer démocratiquement des inepties aux différents corps constituant la société Camerounaise. Il n'est pas encore à Etoudi mais les menaces vibrantes, qu'a lancées Cabral Libii, dans sa dernière sortie, vis-à-vis des citoyens, des journalistes et des partis politiques, mettent ces derniers directement devant les portes de Kondengui.

Voilà, après cette bonne publicité pour Cabral Libii ou ce puissant lobbying auprès de la France, il ne nous reste plus qu'à souhaiter à Cabral de retrouver Etoudi, qui ressemble à se méprendre à un grand arbre blanc, d'où il pourra avoir à sa disposition un bureau au lieu d'une pierre, un grand arbre blanc au lieu d'un petit arbre défleuri et 4 milliards de Fcfa/an au lieu de 200 000 franc/mois.
Eh bien si malgré tous ces efforts, les Camerounais lui barraient la voie en refusant un Paul Biya 2, alors il faudra puiser dans nos ressources pour sauver le soldat Cabral en lui proposant quelques pistes plus ou moins efficaces pour satisfaire son désir d'accéder rapidement à l'argent. En cinq points, Cabral pourrait:

1-    prendre une carte du parti RDPC et bénéficier de quelques bonus avant l'extinction de ce parti de la flamme qui vit probablement ses dernières heures de gloire.

2-    Abandonner le modèle Paul Biya et suivre le Modèle Tchiroma 1.0 ou le modèle Momo (Tchiroma 2.0). Ce modèle consiste à créer un micro parti qui va s'associer au RDPC pour bénéficier de certain poste par proclamation et d'un budget pour faire les louanges de Paul Biya.


3-    Abandonner la paresse et l'oisiveté en créant son propre cabinet de conseil juridique ou de communication, qui pourra lui permettre de servir les Camerounais en gagnant beaucoup d'argent. Et croyez-moi Cabral en a les moyens. D'ailleurs il l'a lui-même dit « il est parmi les quelques Camerounais qui peuvent donner des conseils, des conférences, des cours pour gagner beaucoup d'argent.

4-    Utiliser son génie pour mériter ses 200 000 Fcfa/mois, en supposant qu'il préfère cette fonction à l'université. S'il n'a pas de génie, il peut s'inspirer de tous les jeunes, sans piston, qui sortent des écoles, y compris des médecins qui doivent acheter eux mêmes du matériel pour s'installer à leur compte. Ainsi il pourra louer un bureau à 50 000 Fcfa, près de l'Université et l'utiliser pour aider ses jeunes concitoyens qui peuvent profiter de l'expérience de cet esprit brillant.


5-   
Sauver son honneur et sa dignité, en abandonnant ces 200 000 Fcfa/mois, une fois pour toute au lieu de se perdre en conjectures pour justifier un salaire de misère qu'il ne mérite aucunement pas. Il aurait dû saisir l'occasion que lui avait tendue le recteur de l'université de Yaoundé II quand le professeur Adolphe Minkoa She l'avait sommé de rejoindre au plus tard le 18 mars 2019 son poste de travail faute de quoi il serait considéré comme démissionnaire. Au lieu de cela Cabral Libii avait écourté son séjour européen pour retrouver l'Université, assis sous son arbre. Il profitera de l'occasion pour faire circuler sur la toile des photos de lui sous son arbre, lui qui est né sous un arbre.

Comment donc sauver le soldat Cabral Libii ? Voilà une question, comme vous pouvez le constater, qui ne relève pas du souhait des pauvres Camerounais, mais qui dépend entièrement de la volonté personnelle de Monsieur Cabral Libii. Mais à en juger par ses agissements il ne fait pas de doute que la France est sa seule option sinon comment comprendre qu'il n'ait pas saisi cette occasion que lui donné le doyen de l'université pour renoncer à cette humiliation ( ces 200 000 Fcfa/mois sans travail) qui est un marqueur fort retentissant de l'acceptation de l'humiliation ou d'un manque de dignité, d'une paresse caractérisée et enfin d'un désir ardent de s'approprier la fortune de l'état sans aucune gêne. C'est lamentable !

Il reste quand même un espoir car, en dernier ressort, et en toute solidarité avec ce concitoyen qui est né sous un arbre, il est souhaitable, pour des raisons évidentes, que cet éminent juriste ne travaille plus sous son arbre qui s'est transformé en monument de l'humiliation. La force de nos souhaits est telle que nous nous réservons le droit de solliciter l'aide du grand frère Blaise Essama pour détruire cette pierre et cet arbre tout en nous excusant auprès de dame nature. Pour Rappel, Blaise Essama est spécialisé dans la destruction de tout monument qui humilie notre nation et dans la valorisation des symboles qui dignifient notre nation.

Par Douala Ngando


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE