26/05/2011 01:07:35
Petite Reine: Le Cameroun suspendu du calendrier de l'Uci
La sanction fait suite aux nombreux manquements qui ont émaillé le dernier Tour du Cameroun en février 2011.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est le deuil ! La pédale du cyclisme camerounais vient de lâcher. La chaîne aussi. Bref, toute la mécanique est grippée. Et il fallait bien s y attendre. Car pour avoir pris goût à briller par l’amateurisme et le manque de sérieux, lors de toutes les éditions du Tour cycliste du Cameroun, les sanctions de l’instance mondiale du cyclisme devaient finir par tomber. C’est désormais chose faite.  Le Tour 2011 du Cameroun a été exclu de compétitions inscrites au calendrier de l’Africa Tour de l’Union cycliste international (Uci).

La nouvelle est tombée comme un couperet dans la soirée du mardi 24 mai 2011. C’est dire à quel point la massue n’a eu aucun état d’âme avant de s’abattre sur le Cameroun qui s’est illustré ces trois dernières années dans un florilège de mauvaise organisation des deux compétitions  nationales (Tour du Cameroun et Grand prix Chantal Biya).

Lesquelles sont pourtant qualifiées de compétitions de souveraineté. La première et la plus flagrante des raisons de cette suspension est claire : « les manquements observés lors du récent Tour cycliste qui a connu une victoire des Burkinabés.  L’Uci exige entre autres au Cameroun de présenter un cahier de charge en bon et due forme pour espérer organiser à nouveau une compétition d’un tel acabit».

Interrogé hier mercredi 25 mai 2011 par nos confrères de la Cameroon radio and télevision (Crtv), le secrétaire général de Fédération camerounaise de cyclisme (Fecacylisme) tentait de minimiser l’ampleur de cette sanction qui a laissé plusieurs cyclistes dans le désarroi. Mathurin Nkoulou estime qu’il n’y a pas lieu d’en faire un drame car explique-t-il, un délai de grâce  qui court jusqu’au 1er juin a été accordé au Cameroun. « En effet, cette suspension fait suite à certains petits problèmes qui auraient émaillé l’organisation du dernier Tour du Cameroun. Ces injonctions suspendent momentanément l’inscription du Cameroun sur le calendrier Uci/Africa Tour. Nous ne pensons pas déjà que cela soit une situation totalement alarmante. Les griefs sont assez nombreux. Vous comprendrez qu’il y’a des récriminations qui peuvent se justifier et d’autres qui ne sont pas fondées du tout. L’Uci nous a posés un certain nombre de conditions. En fait, il s’agit d’une clarification point par point. Nous parviendrons certainement à trouver un point d’équilibre avec l’Uci pour que ce problème soit finalement réglé », a-t-il confié.

Au regard du délai relativement court qui a été accordé, on se demande bien si les responsables de la Fecacyclisme et du ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep) seront à mesure de désamorcer cette bombe qui pourrait dans le pire des cas sonner la mort certaine du cyclisme camerounais. Dans la foulée, des sources dignes de foi annoncent que Jean Philippe Duracka est parti du Cameroun vendredi 20 mai 2011 pour la France. « Il n'est plus en bon terme avec ton ami le président de la Fecacyclisme François Njele parce que les vélos présentés au grand public il y a un mois par ce dernier sont en effet des dons: six gracieusement offerts par l'Union cycliste internationale et six autres par les écuries qui viennent au Cameroun », révèle la source. Où est donc passé l'argent alloué pour l’achat de cet important matériel ? Nous y reviendrons.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE