15/08/2019 05:09:13
Cameroun- Atanga Nji en danger : Les secrets du ministre de l'Administration territoriale sur la place publique vendredi

Ce sera la principale articulation d'un important rendez-vous que prend sur les réseaux sociaux Martin Tajo, un activiste anti-régime Biya basé en Allemagne, pour ce vendredi 16 août 2019 à partir de 18:00 TU.

Oscarine Mbezele Mvondo
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille



Ce sera la principale articulation d'un important rendez-vous que prend sur les réseaux sociaux Martin Tajo, un activiste anti-régime Biya basé en Allemagne, pour ce vendredi 16 août 2019 à partir de 18:00 TU.

Pour ce rendez-vous sur la plateforme @Martin Tajo officiel (La MTO TV)  qui s'annonce comme le théâtre des révélations des secrets d'alcôve de l'un des  ministres les plus controversés du Cameroun ces 30 dernières années en raison de son pédigrée, Martin Tajo sera assisté pendant le live par l'activiste Emmanuel Kemta connu également comme le "Caporal Grillé", celui-là-même qui a donné le coup d'envoi de  la chasse à Paul Biya à l'ôtel Intercontinental, longtemps avant le hold-up électoral de 2018 qui a engendré la Brigade Anti-Sardinards et d'autres chasses au dictateur camerounais à travers le monde.

A cette occasion, si l'on en croit une annonce faite par Martin Tajo, outre le passé de hors-la-loi du ministre de l'Administration territoriale et Secrétaire Permanent du Conseil National de Sécurité du Cameroun et son background académique que certains de ses collègues-mêmes jugent sous cape « très minable », et que ses détracteurs disent influer sur ses faits, gestes et propos, plus proches de ceux d'un forcené que d'un homme politiques.

 « ATTENTION, LE MOMENT EST ARRIVÉ⚠️ », prévient l'activiste qui annonce le déballage sur les relations et autres pratiques peu louables de Atanga Nji, du temps où celui-ci fricotait avec le plus tristement célèbre escroc international que le Cameroun ait produit,  Koagne Donatien (un triste personnage présenté par le dictionnaire en ligne Wikipedia comme « un homme d'affaires controversé réputé 'feyman' international, faussaire et multiplicateur de billets de dollar… connu pour avoir escroqué plusieurs personnalités parmi lesquelles des présidents de république… » qui fonctionnait avec le soutien insoupçonné des autorités camerounaises et françaises (Cf. https://www.liberation.fr/histoires/1998/11/14/koagne-l-homme-qui-multipliait-les-dollars-ce-camerounais-qui-escroquait-des-chefs-d-etat-est-detenu_251000).

Au risque de gâcher la surprise, il n'est pas superflu de relever que c'est à l'époque (fin des années 1980-début des années 1990) où Koagne Donatien fréquentait les salons huppés de la capitale camerounaise, se faisant même recevoir en grandes pompes à la présidence de la République, que Atanga Nji s'offrit le luxe d'offrir en mondovision, un certain 18 août 1988 des dizaines de millions à un Etat camerounais en panne de liquidités. Il le fit alors sous la casquette d'homme d'affaires alors qu'on ne lui connaissait pas le moindre investissement au Cameroun. Certains parlèrent de blanchiment par "l'homme d'affaires" Atanga Nji, de l'argent extorqué par son feyman de mentor. Même accusation quand il créa une banque, la Highland Corporation Bank, qui fonctionna  longtemps sans agrément, et qui est depuis tombée en faillite, après avoir ruiné de nombreux épargnants, dit-on.

Il se raconte même que c'est l'une des raisons de l'un des nombreux séjours en prison de ce proche collaborateurs de Paul Biya qui fut convoqué le 18 novembre 2014 par le Tribunal Criminel Spécial (TCS) dans le cadre d'une enquête relative au soupçon de détournement par ses soins d'une somme de 713 millions au détriment de la société publique Cameroon Postal Services (Campost). Fort de la protection dont il jouit de la part du chef de l'Etat à qui il a rendu et continue de rendre de nombreux services –parmi lesquels figureraient- l'élimination physique des opposants, Atanga Nji à l'époque ministre chargé des missions à la présidence (chargé des courses) aurait refusé purement et simplement de déférer à la convocation arguant que la justice ne pouvait le convoquer alors qu'il était en fonction (une invention personnelle, les ministres ne jouissant pas d'une telle immunité au Cameroun), alors que quelques mois plutôt, un de ses coplus capé protocolairement, en la personne du ministre des Enseignements secondaires, Louis Bapès Bapès, avait été interpellé et mis sous mandat de détention provisoire par le juge d'instruction  du même TCS pour une affaire de soupçon de détournement de deniers publics. 

Oscarine Mbezele Mvondo


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE