31/05/2011 01:41:40
Mabouka Massoussi: J'ai une place dans la tanire des Lions Indomptables
L’ancien pensionnaire de Les Astres de Douala de la Mtn Elite One, vient de boucler une première saison sportive en Slovaquie  au sein de Msk Zilina. Itinéraire d’une virtuose.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’ancien pensionnaire de Les Astres de Douala de la Mtn Elite One, vient de boucler une première saison sportive en Slovaquie  au sein de Msk Zilina. Itinéraire d’une virtuose.

L’évocation du nom Ernest Olivier Mabouka Massoussi ne laisse pas indifférents, les observateurs avertis du football camerounais. Ce footballeur talentueux après avoir roulé sa bosse dans nombre de clubs à l’instar de Les Astres qu’il quitte en décembre 2010, a paraphé son premier contrat professionnel dès la fin des tests concluants au sein du Msk Zilina, club de première division du championnat d’élite de la Slovaquie. En tout, une vingtaine de matchs, une honorable troisième place au podium du championnat, synonyme d’un accessit  glané pour le tournoi Uefa Europa league 2011-2012. Dans le même registre, Mabouka Massoussi et ses coéquipiers ont été malheureux finalistes de la coupe nationale de Slovaquie avec la désignation du Camerounais comme homme du match. Une distinction qui s’ajoute à celle de meilleur joueur étranger du championnat slovaque 2010-2011.

Mabouka Massoussi aurait pu jouer des matchs de la champion’s league européenne, si les lourdeurs des procédures administratives à la fédération camerounaise de football n’avaient contribué à sa disqualification pour cette compétition.  Diantre! Qu’est-ce qui peut  justifier une telle performance chez un néophyte dans l’univers alambiqué du football professionnel? Ernest Olivier Mabouka Massoussi qui a rencontré la presse sportive nationale à Douala où il séjourne à la faveur de quelques jours de congé, est sans ambages: «Il a fallu que je travaille dur aux entraînements et d’envoyer au banc de touche, ma doublure au poste d’arrière droit, de surcroît, capitaine de l’équipe. Pour mériter la confiance du coach, il m’a fallu cravacher dur», explique-t-il lors de la rencontre qu’il a eue avec les hommes de médias, samedi 28 mai 2011dans la capitale économique du Cameroun. Tout travail bien accompli méritant une récompense, Mabouka Massoussi vient de renouveler son contrat avec Msk Zilina avant de ralier la terre de ses ancêtres.

Néo professionnel

Son manager, Hyppolite Zouzouho, ne tarit pas d’éloges à son endroit. «Mabouka a retrouvé la plénitude de ses potentialités techniques et physiques, malgré le fait qu’il débarque en Slovaquie en plein hiver» explique-t-il. En réalité, Ernest Olivier Mabouka Massoussi n’a pas évolué sur du velours. Il lui a fallu batailler pour s’adapter à son nouvel environnement. Les difficultés liées au climat, à la langue slovaque, les habitudes culinaires qui n’ont aucune commune mesure avec son traditionnel ndolé ou beignet haricot…, n’ont pas été des moindres. Un esprit de gagneur qui ne le quitte plus. D’ailleurs, notre néo professionnel, au regard de son talent et de ses performances, estiment qu’il est au top et mérite de porter les couleurs du Cameroun. On se souvient qu’il avait été retenu dans la tanière des Lions Indomptables le 3 mars 2010, dans le cadre du match amical que le Cameroun a disputé avec l’Italie. Depuis lors, il n’a plus retrouvé le capitaine Eto’o Fils et sa bande.

Le joueur croit savoir pourtant qu’il est fort probable que le staff technique des Lions Indomptables n’ait pas de ses nouvelles, lui qui évolue désormais dans un championnat très peu médiatisé. Les conditions quelque peu controversées de son départ du Cameroun ne lui ont certainement pas rendu service. Le footballeur avait été annoncé en Belgique, en Angleterre et même en Allemagne. Finalement, Mabouka Massoussi a mis le cap sur la Côte d’Ivoire d’où il partira avant de déposer ses valises en Slovaquie. A présent que le jeune prodige est devant les projecteurs de l’actualité, il ne reste plus qu’à attendre de l’encadrement technique des Lions Indomptables son éventuelle convocation dans la tanière. Le fils de Kottoh Berthe et de feu Massoussi Félix, 23 ans sonnés, le mérite bien ! 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE