06/06/2011 04:02:11
Ngaoundr : des supporters veulent la tte d'Eto'o
Courroucés par le pénalty manqué du capitaine des Lions Indomptables, des fans de l’équipe nationale à Ngaoundéré ont mutuellement entonné « Eto’o must go !»
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Courroucés par le pénalty manqué du capitaine des Lions Indomptables, des fans de l’équipe nationale à Ngaoundéré ont mutuellement entonné « Eto’o must go !»

Pour une meute de fans du quartier Plateau à Ngaoundéré, Eto’o a manqué l’immanquable et il ne mérite plus de porter les couleurs nationales et le brassard de capitaine. « Eto’o must go (ndlr :Eto’o doit partir) fin de citation. Qu’il prenne ses pieds et qu’il rentre protéger ses biens parce qu’il n’est pas de Camerounais que les autres. Wome  est un Camerounais et il est un Camerounais. Wome a raté le penalty contre l’Egypte, Eto’o vient de rater contre le Sénégal. Les comptes doivent être équitablement faits. Il n’y a pas d’union sacrée depuis le mondial sud-africain. On a digéré depuis, et c’en est de trop. Eto’o doit partir ; tout simplement », assène Jonathan O.

Pamphlet quasi-similaire chez Rigobert Mbanlong.  Ce jeune footballeur en herbe est convaincu de ce que la malédiction de l’équipe nationale « a commencé depuis le jour où Paul le Guen a confié le brassard de capitaine à Samuel Eto’o. Depuis il n’a fait que créer la discorde et les querelles dans la tanière des Lions. Il se prend pour le centre du monde  et pour un super joueur. A cause de lui Song Bilong et Emana ont été écartés de l’équipe nationale et ça fait un grand vide. Qu’il parte et qu’il aille continuer à gagner des trophées pour les Blancs. Je dis aussi et sans hésitation Eto’o must go ! » Tempête-t-il.

Patient Bedo, le moins courroucé de la bande, y a pourtant cru jusqu’au coup du sifflet final de l’arbitre. Avant de se lâcher, « Moi je suis déçu. J’étais le fan numéro un d’Eto’o et là je ne le suis plus depuis sa bourde. Pour que je lui pardonne, il faut qu’on se qualifie et comme je sais que c’est impossible, qu’on me  tourne la page de Samuel Eto’o très rapidement ».

Après la rencontre cruciale Cameroun-Sénégal comptant pour la qualification à la phase finale de Can 2012, l’ambiance et autres tapages d’avant-match ont cédé la place au « deuil ». Jusqu’à hier dimanche, la tristesse était perceptible sur les visages à travers la ville de Ngaoundéré : les couleurs nationales disposées par ont été emportées. Contrairement à la veille, pas un seul maillot frappé du dossard de Samuel Eto’o n’a été aperçu. Le divorce entre les supporters des Lions Indomptables et le capitaine des Lions semble être consommé.

Salomon KANKILI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE