14/07/2009 15:05:47
Stage manqué : Les Lionceaux paient le prix des tralalas
A presque deux mois du rendez-vous en Egypte, les Camerounais rongent leur frein.
Edouard TAMBA
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les vingt-cinq Lionceaux convoqués pour le stage préparatoire du prochain Mondial des moins de vingt ans devront encore prendre leur mal en patience. La prochaine mise au vert de ces derniers est annoncée pour le 20 juillet prochain à Yaoundé. Il s’agit, selon le programme réactualisé par le coach Alain Wabo, d’un premier stage qui se déroulera jusqu’au 3 août prochain. Joint au téléphone, il préfère ne pas se prononcer sur le nombre de joueurs qui passeront à la trappe. « Il faut que je les vois d’abord jouer (...) C’est un stage de détection », explique Alain Wabo. Les mêmes joueurs prendront ensuite part à un second stage, toujours à Yaoundé, du 20 août au 1er septembre 2009. « Ces stages doivent être ponctués par des matches amicaux avec des équipes de renommée locale », prévoit le coach.

Ce nouveau programme est la conséquence du stage manqué en Allemagne. Il était prévu que les Lionceaux s’y retrouvent du 6 au 20 juillet. Mais les partenaires allemands à l’organisation du stage ont saisi la partie camerounaise à la veille du départ du groupe pour tout annuler. D’après un des vice-présidents de la Fédération camerounaise de football, « la partie allemande a fait savoir au Cameroun qu’elle n’arrive pas à trouver des équipes pour les matchs amicaux contre les Lionceaux ». Pour Francis Mveng, il s’agit là de la raison officielle de l’annulation du stage. Quoique circulent d’autres supputations selon lesquelles les Lionceaux paieraient les frais du départ d’Otto Pfister de l’encadrement de l’équipe nationale A et de la direction technique nationale (Dtn) de football.

D’après Francis Mveng, c’est en sa qualité de Dtn que le coach démissionnaire avait négocié ledit stage. Dixit donc, la possibilité de se frotter à des équipes étrangères avant le Mondial en Egypte ? La Fécafoot ne perd pas espoir. « Nous avons sollicité d’autres organisateurs pour deux ou trois matches amicaux », apprend-on du vice-président de la Fécafoot sus-cité. Son propos semble contredit par des prestataires qui accusent la Fécafoot d’avoir balayé leurs propositions d’un revers de la main. Soupçonnant au passage la fédération de faire de la chasse aux sorcières, histoire de se débarrasser des proches de l’ex-ministre en charge des Sports. « Faux ! », rétorque Francis Mveng. Il affirme que la Fécafoot reste ouverte à toutes les propositions. Et s’insurge du fait que l’un de ces groupes d’organisateurs de stage n’a pas honoré le rendez-vous pris dans la journée d’hier. Loin de ces quiproquos, les Lionceaux rongent leur frein…

Edouard TAMBA

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE