13/07/2011 03:56:02
Mondial juniors 2011: Les Lionceaux en stage sans Aboubacar, Matip et Zoua
Leur clubs respectifs ont catégoriquement refusé de les libérer.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dans le but de mieux préparer la compétition, les vices champions d’Afrique en titre quittent le pays ce mercredi en direction du Venezuela, où ils disputeront trois matches amicaux. Sont absents de l’expédition, les sociétaires de Valenciennes, Shalke 04, Fc Bâle et Young Boys Berne. 

 « Nous sommes très confiants. Mes coéquipiers et moi abordons cette phase préparatoire avec beaucoup de sérénité, comme c’est le cas pour plusieurs compétitions. Nous sommes conscients de l’enjeu et nous espérons qu’avec votre aide et celle de tout le peuple camerounais nous ferons bonne impression lors de ce mondial », dixit Jean Efala Komguep, capitaine de l’équipe nationale des juniors. Répondant à une question du ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep) qui a voulu en savoir davantage sur l’ambiance qui règne au sein du groupe à la veille de leur départ pour le Venezuela, le gardien de but de cette sélection profite pour dresser le carnet de santé de l’équipe dont il fait partie.

Pour Efala Komguep, comme pour Serges Tchaha, un vent d’assurance et de quiétude souffle sur la tanière. Tout ce qui manque à leur bonne préparation, « ce sont nos primes que nous souhaitons voir augmenter ; les babouches, les paires de tennis et les godasses ». Toutes choses (futiles) pour lesquels Michel Zoah refuse de s y étendre puisque « ce genre de préoccupations n’est pas du ressort d’un ministre. Vous verrez tout ça avec le Directeur administratif des équipes nationales. Les responsables de l’intendance doivent résoudre tous ces problèmes avant votre départ  », tranche le patron des sports qui est venu à l’hôtel des Lionceaux ce mardi 12 juillet 2011 leur souhaiter bonne chance avant leur départ.

Guatemala

Côté staff médical, le Dr Abela rassure que la trousse à pharmacie actuellement mise à sa disposition peut suffire à couvrir toute la période de préparation et même le premier tour de la compétition. Mais ne saurait l’être si le Cameroun arrive à se qualifier pour la finale. Seul hic pour le moment, « sur 26 joueurs convoqués pour le stage, 12 n’ont pas encore passé les traditionnels examens médicaux tels que exigés par la Fédération international de football associé (Fifa). » Il s’agit pour la plupart, confie le Toubib, de certains joueurs de Coton sport de Garoua qui n’ont jusqu’ici pas encore été libérés par le club. Une situation compromettante qui risque de voir le Cameroun être frappé par une sanction. Pour éviter le scandale, « assurez-vous qu’ils vont passer tous ces examens une fois au Venezuela », prescrit le Minsep au médecin.

Parole au staff technique que dirige Martin Ntoungou Mpilé. Selon le coach principal, l’agenda des Lions juniors prévoit trois matchs amicaux avant le début du Mondial. D’abord le 20 juillet où ses poulains vont affronter une équipe de première division vénézuélienne. Ensuite, le 24 juillet contre les – 20 ans du Guatemala et enfin le 26 juillet contre les – de 20 ans du Venezuela. Ces trois confrontations, expliquent le technicien, permettront non seulement de rôder l’effectif, mais également de mieux huiler les automatismes aux fins de plonger les joueurs dans la compétition.

Petit regret cependant, Aboubacar Vincent, Joël Matip, Jacques Zoua Daogari et Freddy Mveng ne seront pas de l’expédition vénézuélienne. Raison évoquée par Ntoungou Mpilé « leur clubs respectifs ont catégoriquement refusé de les libérer ». Ce qui n’est que normal, croit savoir Tombi à Roko Sidiki. Le secrétaire général de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) estime que « selon les règles édictées par la Fifa , les clubs sont dans leurs bons droits. Il n’y a d’ailleurs pas lieu d’en faire un drame. Les joueurs locaux qui vont être retenus au terme du stage doivent plutôt se battre pour prouver qu’ils ont et mérite leur place au sein de cette équipe. » Les maillots sont à terre

Focal. Des primes à payer cash

Pour assurer aux Lionceaux, une bonne préparation et une bonne Coupe du monde, la direction administrative des équipes nationales de football (Daenf) a revu à la hausse la bourse des « ambassadeurs » du Cameroun. Ainsi, les primes de participations s’élèvent à 1 000 000 Fcfa par joueur et par encadreur. En cas de match gagné au premier tour, ils reçoivent le même montant, tandis qu’au 8ème de finale, la cagnotte monte à 1,7 000 000 Fcfa ; 2 000 000 Fcfa aux quarts de finales ; le même montant s’ils obtiennent leur ticket de qualification pour les demi finales et trois millions chacun au cas où ils remportent la finale.

Ainsi en a décidé l’équipe que dirige André Ngudjol Nlend qui précise que des primes de bonne séparation d’une valeur de 1 000 000 Fcfa seront remis à chacun des joueurs qui ne seront pas retenus pour le voyage de la Colombie. De quoi motiver les poulains de Ntoungou Mpilé qui suppliaient le Minsep de revoir leurs primes à la hausse. Craignant sans doute que le syndrome de l’affaire des primes impayées de Samuel Eto’o ne se répande chez les lionceaux, Michel Zoah a recommandé à Nguidjol Nlend d’éviter la familiarité avec les joueurs en remettant personnellement à chacun son dû en mains propres. En bon entendeur !

Christian TCHAPMI


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE