16/07/2009 12:42:02
Collège d'entraneurs : Un bilan mitigé
Visite du parcours de Thomas Nkono et compagnie à la tête des Lions.
Lindovi Ndjio
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les faits
 
L'officialisation de la désignation ce 15 juillet 2009 du Français Paul Le Guen par Michel Zouah, le ministre des Sports et de l'éducation physique (Minsep), marque définitivement la fin du séjour du collectif qui trônait à la tête des Lions indomptables du Cameroun. 30 avril 2009-15 juillet 2009.

Soixante quinze jours exactement que Thomas Nkono, Jean Paul Akono, Michel Kaham et Martin Ndtoungou Mpilé ont passé à la tête de l'équipe nationale de football du Cameroun. Après avoir remplacé d'abord Gwéha Ikouam, limogé par une décision de l'ex-Minsep, les adjoints de Martin Otto Pfister se verront abandonner l'équipe nationale en terre belge le 28 mai 2009, suite à la démission du septuagénaire allemand à l'arrivée de l'encadrement technique à Bruxelles, pour le stage bloqué en prélude du match Cameroun-Maroc. Puis le 1er juin, Augustin Edjoa nomme l'entraîneur adjoint en charge des gardiens des buts, à la tête du collège d'entraîneurs camerounais restés en poste.

La bande à Thomas Nkono n'y est donc restée que 44 jours. Séjour court dans la durée, mais suffisant pour évaluer le travail de le groupe qui avait à sa charge deux matches officiels. Ainsi, le bilan est en réalité celui de Thomas Nkono et autres. Tout commence par une victoire (2-0) contre l'Afc Tubize, un club de deuxième division belge. Ce sera la seule victoire de l'équipe conduite par Thomas Nkono ; car lors du plat de résistance, le match Cameroun-Maroc du 5 juin, les fruits ne tiennent pas la promesse des fleurs. Les Lions "arrachent" un nul (0-0) au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Au cours d'une rencontre qui a vu des Lions très en deça des espoirs suscités par la sélection d'un bon nombre de jeunes "talentueux". Notamment Eyong Enoh, très impérial dans l'entrejeu défensif ; Aurélien Chedjou et Alo'o Efoulou très ambitieux sur les deux flancs offensifs. Mais aussi des retours prometteurs comme Pierre Wome Nlend en latéral gauche, ou encore Achille Emana en milieu organisateur du jeu sur le plan offensif.

Autant de signes positifs qui, au finish, n'ont pas satisfait les attentes de près de 40 000 spectateurs particulièrement exigeants dans l'antre de Mfandéna, pour avoir été privé de succès depuis quelques temps. En admettant l'influence des choix de Martin Otto Pfister, responsable de la présélection, et le climat peu serein qui a régné autour de l'équipe peu avant la nomination du staff, l'opinion accorde un sursis à l'encadrement technique. Echéance, le match amical contre la Côte d'ivoire du 13 juin. Les Lions seront encore peu convaincants. Ils sont défaits par 2-1.

Sérénité retrouvée

Ce qui relance le débat sur la capacité des locaux à pouvoir gérer la sélection fanion, avec ses fortes personnalités. D'aucuns ont estimé que le collectif n'avait de fortes personnalités que contre Otto Pfister. Puisque durant la rencontre contre le Maroc, Samuel Eto'o par exemple, sur qui était fondé beaucoup d'espoir, était régulièrement hors jeu. Alors que la plupart des ballons lui sont adressés. Pour un confrère, "les jeunes et nouveaux comme Alo'o et Chedjou jouaient comme s'ils n'étaient pas libres de prendre des initiatives personnelles ; c'est pour cela qu'ils cherchaient à tout prix à faire la passe à Eto'o".

Les performances du collège d'entraîneurs ont certainement influencé le dernier classement Fifa qui voit le Cameroun perdre son 1er rang africain en même temps que dix places à l'échelle mondiale. En étant derniers de leur poule dans les éliminatoires Can/coupe du monde. Autant d'éléments qui, ajoutés au report du match Gabon-Cameroun, (suite au décès de l'ex-président gabonais le 8 juin), ont certainement contribué à écourter le séjour du collectif à la tête des Lions. Pour autant, le collectif a certainement le mérite d'avoir ramené la sérénité au sein de l'équipe. A considérer le retour "réussi" d'Achille Emana et Wome Nlend au sein des Lions.

Lindovi Ndjio

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE