21/07/2011 04:09:22
Primes impayes d'Eto'o: O sont passs les rsultats de l'enqute du Minsep?
Plus de dix jours après la date « butoire » annoncée par le ministre des sports et de l’éducation physique, le mystère reste entier sur la question. Michel Zoah serait-il pris entre deux feux ?
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Plus de dix jours après la date « butoire » annoncée par le ministre des sports et de l’éducation physique, le mystère reste entier sur la question. Michel Zoah serait-il pris entre deux feux ?

« Dans une semaine, les résultats de l’enquête relative à l’affaire des primes non payées de Samuel Eto’o seront connus», annonçait  solennellement le patron des sports du haut du pupitre de l’Assemblée nationale le 05 juillet 2011. Michel Zoah  venait d’essuyer un tir plus que nourri des élus de la nation dans le cadre de la dernière phase du traditionnel rituel des questions orales aux membres du gouvernement. Pour calmer la furie des députés et prouver que le tripatouillage qu’on dit avoir élu domicile dans la gestion du sport en général et de l’équipe nationale fanion de football en particulier n’est qu’une vue de l’esprit, le Minsep n’avait alors trouvé mieux que de conclure son propos sur une note d’espoir.

A travers cette déclaration forte, certains y voyaient la détermination du Minsep de mettre définitivement un terme à cette scabreuse histoire des primes impayées du capitaine des Lions indomptables. Dans la foulée, Michel Zoah avait confié le dossier au secrétaire général qui à son tour avait instruit l’inspecteur général des services du Minsep de faire de toute la lumière sur cette affaire qui n’avait de cesse de rebondir. Ce dernier avait alors servi une demande d’explication à André Nguidjol Nlend, Directeur administratif des équipes nationales (Daenf). Après, plus rien. Silence radio.

Dix sept jours après les déclarations du Minsep, pas l’ombre des résultats de cette enquête dont on disait pourtant avoir connu la contribution de certains fins limiers de la Primature. Où sont donc passés les résultats de la fameuse enquête ? La question fait aujourd’hui les gorges chaudes dans les quartiers, dans les marchés et même dans les bureaux de certaines institutions administratives. A l’observation, les sept jours que Michel Zoah annonçaient à grande pompes sont élastiques. Le délai a expiré, le temps passe ; mais personne n’ose se prononcer sur la question. Rendu déjà à deux semaines et demie, on risque de frôler un mois, voire un an ou dans le pire des cas, ranger ce brulant dossier dans le tiroir des « affaires classées »

Zoah a-t-il peur de Nlend ?

Au ministère des sports où l’auteur de ces lignes s’est rendu, pas de date précise. La seule réponse que certains ont pu donner sous cape c’est « très bientôt. Les services compétents y travaillent. Quoi qu’on fasse les résultats vont tomber incessamment». Ceux-ci justifient le retard qu’à connu la publication des résultats de cette enquête par l’agenda très chargé du maître des céans. Entre organisations de compétitions, visite des grands chantiers engagés par le Minsep et élaboration de la Charte des sports, celui-ci n’aurait finalement pas de temps libre pour se consacrer au suivi de ladite enquête.

Un argument (bancal) que récusent des sources à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Ces derniers pensent en fait que pendant les enquêtes, Michel Zoah aurait découvert qu’une vraie mafia se tramait dans la gestion des primes de plusieurs joueurs de l’équipe nationale séniors. Toutes choses qui incrimineraient à tort ou à raison tous les responsables de la Direction administrative des équipes nationales. En fait, « le ministre a peut être peur de jeter à la vindicte populaire certains de ses amis », croient savoir nos sources.

Une autre source au Minsep révèle plutôt que l’enquête ouverte par l’Inspecteur général de service piétine pour la simple raison qu’elle intègre la période allant de 2008 à 2011. Une tâche babylonienne car il est question explique-t-il, « d’établir les responsabilités de tous les intervenants autour des Lions indomptables en matière de paiement de primes. Tout porte à croire qu’on s’achemine vers un nouveau système de paiement : le virement direct des primes dans les comptes des joueurs ». Info ou intox ? C’est à voir.

Cette affaire de primes impayées, dont Michel Zoah dit avoir pris connaissance comme tout le monde à travers la télévision, éclate lorsque le capitaine des Lions indomptables, interviewé par nos confrères de Stv le 12 juin 2011, annonce que depuis trois ans, il n’a pas touché le moindre franc dans le cadre de ses primes. Les déclarations du Pichichi tombent comme un véritable pavé dans la mare. Difficile d’admettre que depuis trois ans Eto’o ne perçoit pas ses primes. La surprise est générale. C’est même un scandale.

Coupe du Monde

Très rapidement, d’aucuns ont vu sous ce « tour de magie » la main d’André Nguidjol Nlend. Pris pour cible à tort ou à raison par certains médias, l’homme s’est curieusement muré dans un silence inquiétant. Une attitude qui ne l’a pas du tout sorti d’affaire puisque à la veille de son audition au conseil de discipline de la Fecafoot , Samuel Eto’o Fils aurait montré à des proches des fiches de décharge des primes de la Coupe du monde 2010 où des individus ont émargé en son nom.

Sur le même document, des noms et les signatures de Song Bahanag, Stéphane Mbia et Gérémi Njitap, devant la somme de 45 millions de francs Cfa. Samuel Eto’o aurait également montré des billets d’avion qu’il payait lui-même pour venir prendre part à toutes les rencontres des Lions Indomptables. Tout ce dont les camerounais attendent aujourd’hui, c’est de connaître toute la vérité sur cette affaire qui est loin d’honorer le Cameroun, encore moins cette équipe nationale qui a déjà tout perdu cette année. Michel Zoah devrait y songer sérieusement.

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE