25/08/2011 14:28:52
Fcafoot-Milla :La nouvelle guguerre des ennemis insparables
Une nouvelle crise secoue les deux parties au sujet des critiques du Vieux Lion. L’honorable Wémbé Samuel et ses camarades n’ont pas voulu laisser passer inaperçu le silence du président Iya Mohammed, sur la présence de Roger Milla à la réunion du comité exécutif de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) qui se tenait hier à l’hôtel Mont Fébé de Yaoundé.
La nouvelle expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Une nouvelle crise secoue les deux parties au sujet des critiques du Vieux Lion. L’honorable Wémbé Samuel et ses camarades n’ont pas voulu laisser passer inaperçu le silence du président Iya Mohammed, sur la présence de Roger Milla à la réunion du comité exécutif de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) qui se tenait hier à l’hôtel Mont Fébé de Yaoundé. A peine le patron de l’instance a terminé la présentation de l’ordre du jour que l’ancien député de la Mifi prend la parole pour souhaiter qu’il soit ajouté un point sur «l’affaire Fécafoot-Son Excellence Roger Milla», et un autre sur la situation de l’équipe nationale.

Dans un ton doux que Pierre Batamack n’a pas bien apprécié. Surtout que si Iya Mohammed accepte d’inscrire le cas de la sélection nationale à l’ordre du jour, il estime en revanche qu’«il n’y a pas de problème Milla-Fécafoot ; en tout cas, en ma qualité de représentant de la Fécafoot».Ce qui irrite l’autre, au regard de l’ampleur de la situation : «On en a marre !», crie Batamack qui se fait de plus en plus menaçant : «Président, cette affaire est très grave ; Roger Milla dit dans les médias que nous sommes des béni-oui-oui (Sic) ; que nous validons tout ce que vous proposez ; il a même dit que nous sommes des voleurs».

Et ce n’est pas tout : «président, si vous ne faites rien, c’est que vous nous avez laissé tomber», poursuit-il, le ton grave. Sans même attendre la réaction de son patron qui l’observe calmement, autant que l’accusé, l’administrateur de la Fécafoot propose déjà que le président d’honneur de la Fécafoot passe à l’abattoir. «Nous allons porter plainte contre lui ; il va nous montrer comment nous avons volé», promet le mécontent qui est sûr que «les journalistes pensent que Milla a raison». Avant même que le tribunal devant connaitre de cette affaire ne soit constituer, l’homme a même déjà le verdict : «nous allons proposer sa suspension ou sa radiation ; ou on le chasse, ou il nous chasse», tranche-t-il. En précisant que «je ne suis pas seul ; je ne suis que le porte-parole d’un groupe».

Explications

Des menaces qui ne semblent pas ébranler Iya Mohammed, encore moins le principal concerné. «Ce n’est pas le fait de se lever et gronder qui va faire peur à qui que ce soit», riposte sereinement Roger Milla à son provocateur qui pour lui, «n’est qu’un bouc-émissaire. D’ailleurs il n’a aucun poids dans le football camerounais ; donc je ne peux même pas lui répondre».

Pour le héros d’Italia 90, «mon problème c’est le football camerounais, et M. Iya seul peut y apporter des solutions», soutient le président d’honneur de la Fécafoot qui est en froid avec la Fécafoot depuis bientôt quatre ans que le ballon rond est en chute libre sur la bourse des valeurs mondiales.et que Milla accuse la Fécafoot d’être à l’origine de la mort progressive du sport roi dans ce pays qui l’a révélé au monde entier. Lui qui a été coopté par l’instance faîtière du football camerounais dans la foulée des guéguerres qui opposait jadis l’organe et le ministère en charge des sports. Avant de justifier clairement sa présence au Mont Fébé hôtel : «je ne suis pas membre du bureau exécutif de la Fécafoot, et je ne peux donc pas participer aux travaux». Et d’ajouter que «je suis là en tant que président d’honneur de l’Association des footballeurs du Cameroun (Afc) ; et je suis là pour apporter mon soutien aux footballeurs camerounais».

Tout s’est gâté dans la dernière sortie de l’ambassadeur itinérant sur le plateau de la chaîne de télévision Canal 2 international dimanche dernier. Invité dans l’émission L’arène, le Vieux Lion a violemment critiqué la gestion du football camerounais, dénonçant l’hyper-pouvoir du président de la Fécafoot sur ses collaborateurs. Pour autant, Roger Milla n’est pas prêt à démissionner de ses fonctions à la Fécafoot.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE