20/07/2009 12:57:13
Samuel Eto'o : "Il faut que mon pays soit cette coupe du monde"
L’international camerounais croit mordicus que le Cameroun se qualifiera pour la Coupe du Monde Afrique du Sud 2010. Ils souhaitent la bienvenue à Paul le Guen et sollicite le soutien de  tous les supporters des Lions indomptables.
Franois Xavier Eya
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

«Je sais que la situation que l’équipe nationale traverse depuis un certain temps est difficile pour tous les Camerounais. Ce d’autant plus que nous portons beaucoup d’amour à notre équipe.

Je reviens sur les dires, certaines personnes ont essayé de porter l’attention ou alors de dévier ... en me pointant du doigt. Ce qui ne me gène pas. Avec mon rôle à l’équipe nationale, je sais que je dois prendre des coups. Mais je ne m’attendais pas à ce que certaines personnes devaient aller aussi bas pour essayer de  dévier l’attention, des problèmes de l’équipe nationale du Cameroun. Je voudrais vous dire, l’équipe nationale, c’est la maison de tous les Camerounais. Jusqu’à présent j’ai eu une très bonne carrière grâce à vous, grâce au bon Dieu et à tout le peuple camerounais. Je suis devenu l’un des cadres de cette équipe nationale, pas certainement parce que je suis le plus âgé, parce que dans cette équipe j’ai des grands frères mais qui ne sont pas cadres. C’est certainement à cause de la qualité de ma carrière.

L’équipe nationale du Cameroun aujourd’hui a besoin du calme, de la tranquillité parce que nous sommes entrain de construire une équipe. Mais n’oublions pas qu’on ne peut pas avoir une grande équipe si on se précipite à faire les choses. Je sais qu’on est dans l’urgence d’avoir les résultats et nous aurons ces résultats.

Il y a eu pas mal de désordre, il y a quelque temps, je me suis permis d’intervenir en direct dans une émission d’un frère ; je crois ce jour-là, j’avais dis que je me retenais à donner mon avis sur le départ du coach Gweah. ..  Ceux qui ont voulu prendre cette décision, nous l’avons assumé. Ils ont choisi un collège de quatre entraîneurs qui ont tous le rang d’être numéro un. Comment voulez-vous qu’on puisse avancer comme çà. Ce n’était pas une bonne idée. C’était une erreur et aujourd’hui je me retrouve en train de porter un chapeau qui n’est pas le mien…Je continuerais à prendre des décisions  à l’équipe nationale pour que cette équipe avance.

Dans chaque groupe il y a des patrons, je ne me cache pas pour dire. Quand il faut frapper la main sur le table je le fais ! C’est toujours dans le respect, toujours dans l’espoir de faire avancer les choses pour que vous soyez fier de nous, pour que les coéquipiers qui sont appelés dans l’équipe donne le meilleur d’eux-mêmes et apporter le bon résultats que vous attendez tous, ça c’est le premier point. Je ris parce que je sais qui était derrière toutes ces petites manipulations. Je vous dis : je ne discute rien avec personne ! Et personne ne peut changer la volonté de Dieu. Si je suis là, c’est par la volonté de Dieu. J’ai voulu devenir footballeur professionnel, le bon Dieu m’a donné la chance, j’ai travaillé et je suis le joueur que je suis. Chaque fois que je descends dans l’aire de jeu, en  sélection ou avec mon club, je vous porte tous en cœur. Je ne rentre pas dans le débat d’être le meilleur joueur camerounais, parce que ceux qui ont été là avant nous, nous ont permis de rêver et de devenir les footballeurs que nous sommes aujourd’hui. Ils ont fait un bon boulot, ils ont fait un grand boulot, mais il faut bien à un moment passer à autre chose. Et le présent, ça passe par nous. Aujourd’hui, il faut composer avec les joueurs actuels...

Moi, ce que je propose et d’autres ont anticipé pour amener le calme. Ils ont amené un encadreur qui nous apporte son prestige, et son expérience, moi je vous demande à mon tour, s’il vous plaît soyons positifs… L’équipe nationale du Cameroun c’est l’affaire de tous. Ce que certains de vos confrères oublient, c’est que je dois être à cette coupe du monde.  Je veux être à cette coupe du monde, c’est le rendez-vous de tous les grands joueurs. Il faut que mon pays soit à cette coupe du monde. Mais, je ne peux pas le faire seul, nous ne pouvons pas le faire seul. Nous avons besoin de vous, du soutien de tous!»

Franois Xavier Eya

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE