15/04/2009 16:36:32
Boxe : Yaoundé, capitale du noble art
Un championnat international s’est ouvert ce matin à Yaoundé, avec les représentants de la zone IV
Ateba Biwol
Le Jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Des boxeurs du Cameroun, du Gabon, de la République démocratique du Congo, de la Guinée équatoriale, du Congo, le Tchad, le Rwanda, la Centrafrique et le Burundi sont attendus au championnat de boxe amateur zone IV que le Cameroun organise dès aujourd’hui au foyer Bandjoun de Yaoundé.
Il est question pour les boxeurs de ces neuf pays de réaliser des performances, afin de valider leur ticket pour le prochain championnat d’Afrique prévu le mois prochain à Lomé au Togo. Considérés comme favoris, les boxeurs camerounais ont le devoir, d’après Justin Tchuem, l’entraîneur national principal, de « hisser le Cameroun en haut du podium pour assurer leurs places au championnat de Lomé ». La compétition se tiendra sur 11 catégories chez les messieurs et 10 chez les dames.

A cet effet, les pugilistes camerounais se retrouvent tous les jours depuis un mois au camp de l’Unité de Yaoundé pour travailler leurs techniques et améliorer leur niveau. « Nous travaillons tous les jours, car nous avons toutes le souci de donner le meilleur de nous-mêmes pendant ce tournoi », confiait, hier, Raoulle Kouamen, boxeuse dans la catégorie des super-welters.  La préparation est donc intense. Surtout que les boxeurs camerounais disent ne rien savoir de leurs adversaires. Chez les dames, la séance d’entraînement d’hier, que dirigeait en matinée Jean-Paul Moyomo, leur entraîneur, a regroupé une dizaine de filles et toutes ont principalement travaillé sur la protection des surfaces de frappe, la gestuelle de frappe. Ensuite, elles s’y sont mises deux à deux pour peaufiner des techniques comme les coups de poings usuels comme le straight-punch (direct), le crochet, le rising-punch (uppercut), etc.   La séance d’entraînement des messieurs, plus courue et plus animée, s’est tenue dans l’après midi sous la houlette de Justin Tchuem, l’entraîneur principal, et Martin Ndongo Ebanga, son adjoint. Au cours de cette séance, il a été question pour les 11 boxeurs camerounais et leurs encadreurs de mettre l’accent sur les techniques de défense. « Du fait que mes gars ne savent pas quelles seront les techniques de leurs adversaires, je travaille aussi bien la défense que l’attaque avec eux, pour qu’au départ, ils sachent défendre et sortir de leurs gonds dès que nécessaire », a dit Justin Tchuem.

Parmi les boxeurs camerounais, Martin Ndongo Ebanga dit avoir misé sur la jeunesse. Ainsi, des jeunes boxeurs comme Felix Manga (-75kg), Blaise Mendoua (+91kg)  et alain Moumi (-51kg),  ont récemment intégré l’équipes nationale et seront appelés à défendre le Cameroun au même titre que David Assiene,  Denis Nyolo Nyebe,  Ablon Mewoli, Smaïla Mahaman, Joseph Mulema, Donfack Adjoufack et Thomas Essomba.

Ateba Biwol

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE