23/09/2011 02:26:23
Joseph Antoine Bell nomm consultant au Minsep
La cérémonie de signature d’une convention entre l’auteur de « vu de ma cage » et le patron des sports camerounais a eu lieu hier jeudi 22 septembre à Yaoundé.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

« L’Etat a sa part de responsabilité dans la dégringolade de notre football parce qu’il a délégué la gestion quotidienne de ce sport à une fédération dont les dirigeants ont failli. On ne peut pas déléguer sans élaborer un cahier des charges, sans une surveillance rigoureuse... C’est l’État seul qui est propriétaire du label « Lions indomptables ». On l’a vu en France : l’État a mis de l’ordre après le scandale de Knysna et ce en dépit des gesticulations de la Fifa. Chez nous, rien ne s’est passé, comme si l’État était complice de l’incompétence de la fédération camerounaise», dixit Joseph Antoine Bell. L’ancien gardien de buts des Girondins de Bordeaux et de l’Olympique de Marseille répondait aux questions de Georges Dougueli, reporter du mensuel Jeune Afrique  le 22 juillet dernier. Et le journaliste qui voulait savoir pourquoi le Cameroun ne gagnait plus de lui demander : « Seriez-vous prêt à aider à réformer le football camerounais ? » Réponse : « j’accepterais par devoir et parce que j’aime mon pays »

Ces paroles n’étaient pas tombées dans les oreilles de sourds puisque, Michel Zoah qui a toujours caressé le rêve de voir le football camerounais retrouver ses marques, vient de s’attacher les services de quelqu’un de très avisé dans le domaine. D’ailleurs il l’a rappelé hier dans son allocution de circonstance : « depuis les états généraux du sport et de l’éducation physique, les pouvoirs publics ont engagés une vaste réforme. Une structure interne a été mise en place pour réfléchir. Laquelle structure avait pour but de redonner vie au mouvement sportif camerounais. Joseph Antoine Bell a donc été convié à cette réflexion pour apporter toute son expérience et son engagement. Nous avons donc pensé approfondir ce travail. Voilà pourquoi la collaboration doit être formalisée à travers cette convention », a-t-il expliqué. En effet, l’auteur de « vu de ma cage » est depuis hier le consultant permanent du Minsep « pour suivre l’essentiel des réformes sur le football et la Ligue de football professionnel (Lfp) », comme a tenu à le souligner le patron des sports en paraphant le document.

Beach soccer

Et de préciser en s’adressant à Joseph Antoine Bell, « nous vous donnons là une occasion en or de mettre votre expertise au service du pays. Vous travaillerez avec l’ensemble du mouvement sportif. Je vous invite à faire  appel à votre expérience, à votre expertise et à votre patriotisme qui ne vous ont jamais quitté. Nul ne connaît autant le football professionnel que vous. Je sais que c’est difficile de vous mettre dans un canevas. Vous avez toujours été un électron libre ; mais vous allez vous habituer, même s’il est vrai que les génies n’aiment pas les canevas ».

Pour l’ancien gardien des buts des Lions, cette lourde responsabilité lui donne l’opportunité de mettre en pratique ce qu’il a toujours eu à faire mais de façon théorique. « J’ai toujours travaillé gratuitement. Maintenant, si je dois être payé ce n’est que normal. Ces reformes ne sont pas nouvelles. Je sais où on va aller, car sur la dizaine de textes signés par le ministre ces dernières années, j’ai toujours contribué à leur élaboration. Certes je suis un consultant, mais mon travail exige ma disponibilité quotidienne. Pour cela, je vais impliquer tout le monde. Mes idées sur le football me permettront de développer le professionnalisme », promet-il.

Raisons disciplinaires

Jojo, comme on l’appelle affectueusement, n’arrive pas à ce poste comme un cheveu dans la soupe. Connu pour son franc parler et son expertise dans le domaine de football, il avait déjà offert à la sélection nationale de beach soccer son premier trophée lors de la coupe d’Afrique des nations (Can) en 2006.   Faute de moyens financiers l’aventure s’était finalement évanouie. Certains pourront penser à tort ou à raison que cette nouvelle marque de confiance du Minsep apparaît aussi comme une récompense. D’autant plus que Joseph Antoine Bell reste l’un des seuls Lions de la cuvée de 90 à n’avoir été promu à aucun poste de responsabilité.

Lui qui débarque à l'Om à l'âge de 31 ans. Il reste 3 ans à Marseille avant de filer pour Toulon pour une saison. Par la suite, il va jouer à Bordeaux ; avec une mission : remplacer Dominique Dropsy, ce qui est chose faite avec la 2e place des Girondins en 1989-1990. Mais l'année suivante est difficile pour son club qui se voit rétrogradé en D2. En 1991, il quitte Bordeaux pour Saint-Etienne où il termine sa carrière à l'âge de 40 ans. Il est invité en janvier 1988 au Jubilé Roger Milla sans son rival de toujours, Thomas NKono. Joseph-Antoine Bell ne fait pas partie de l'équipe camerounaise lors du Mondial 1990 en Italie pour des raisons disciplinaires, où les Lions indomptables atteignent les quarts de finale. Gardien réputé pour son caractère bien trempé, il est élu meilleur gardien africain du siècle par le journal Afrique Asie, C’est il y a 30 ans. Une riche expérience qu’il saura certainement mettre au service du football camerounais. Croisons les doigts et attendons de voir le maçon au pied du mur.

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE