22/07/2009 16:02:37
Sports nautiques : La quatrième journée du championnat écourtée
Plusieurs disciplines déprogrammées à cause de la marée haute.
Arnaud Ntchapda
Le Jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La victoire d’Anaconda Lac Ossa de Dizanguè n’aura pas été des plus aisées. Non pas que ses adversaires des pirogues Ngand’a Bolo et Ewodi Junior se soient montrés coriaces dimanche dernier. Simplement parce que le plan d’eau  du Wouri, choisi pour abriter les épreuves de la quatrième journée du championnat national des sports nautiques était déchaîné.

Les vagues ont secoué l’un des versants du fleuve qui longe la capitale économique.   Des pirogues (Ewodi Junior et Ngand’a Bolo) ont chaviré. Au grand désespoir de beaucoup de spectateurs et encadreurs de ces formations. A contrario, Paul Longo Sosso, le président de la fédération camerounaise de sports nautiques (Fécasnau). Micro en main, il a au moment ou beaucoup s’indignaient et réclamaient l’arrêt de l’épreuve, déclaré que « la course ne peut pas être arrêtée ».  Il a aussi suggéré aux pirogues en difficulté de se séparer de certains de leurs occupants. « On peut faire la course à sept », lâche-t-il.

Etienne Mbosso, l’un des douze rameurs de Ngand’a Bolo du Nkam rejoint la terre ferme. En se plaignant. « Beaucoup de vent, marée haute », maugrée-t-il. Il est suivi peu après par Alexandre Belokè d’Ewodi Junior (Wouri). Celui-ci parle de « beaucoup de vagues », de « marée haute ». Et en conclut qu’il est « impossible de ramer ». Etienne Mbosso indexe « le retard » accusé au démarrage des  compétitions. Elles  ont en effet commencé plus de trois heures après l’horaire initial. Aux environs de 13 heures et demie au lieu de 10 heures. Les concours d’aviron, de canoë et de kayak. Des spécialistes pensent qu’il aurait mieux valu que tout commence à l’heure prévue. Ils expliquent qu’à partir de l’après-midi, la navigation sur le fleuve Wouri devient  difficile. La faute au débit qui augmente et fait monter la marée.

Résultats

1er Anaconda Lac Ossa ( Dizanguè, Sanaga-Maritime) 57’08
2ème Ewodi Junior (Douala, Wouri) 1h07’19”
3ème Ngand’a Bolo (Yabassi, Nkam) 1h21’20”

Réactions

Théophile Charles Epée Kamè, président du conseil d’administration de Ngand’a Bolo : « Les vagues ont faussé le jeu »

C’était une très bonne compétition malgré les vagues qui l’ont perturbée. Elles ont faussé le jeu.  L’équipe qui a gagné aujourd’hui l’a mérité, mais les perdants n’étaient pas faibles. Il reste trois journées. Si nous les gagnons, nous pourrons être champions ».

Pierre Edimo, capitaine d’Anaconda Lac Ossa : « On a su gérer la situation »

Nous éprouvons de la joie pour avoir fini premiers de cette quatrième journée. Il fallait absolument battre Ewodi Junior qui prenait déjà le dessus. Mais la course n’a pas été facile. Il y a eu les vagues qui ont perturbé tout le monde. Nous, avons su gérer la situation  et avons gagné la course. On n’a pas beaucoup de moyens. La Fédération ne nous en donne pas, mais nous travaillons pour décrocher le titre ».

Emmanuel André Bedimo, rameur d’Anaconda Lac  Ossa : « On est sûr  d’être champion » 

On a bien ramé. On a encore des lacunes, mais on va essayer de les combler. Lors de la cinquième  journée  qui se dispute le week-end prochain chez nous à Edéa, nous ferons tout pour l’emporter. On est sûr d’être champion et de gagner la coupe nationale ».

 

 

Paul Longo Sosso : « J’ai des garçons très déterminés »

Le président de la Fédération camerounaise des sports nautiques juge le niveau du championnat.

Etes-vous vraiment satisfait de la façon dont la 4ème journée du championnat national de sports nautiques s’est déroulée ?


(Il est surpris) Bien, écoutez, je suis satisfait ! D’ailleurs, je suis même d’autant plus satisfait. que ramer dans les conditions que nous avons  vécues ici tout à l’heure  voudrait tout simplement dire que j’ai des garçons, au niveau des pirogues, très déterminés et qui sont prêts à braver tout obstacle.

Donc, je ne peux qu’être heureux, content de savoir que dans ces conditions, et je le répète, nous n’avons pas eu de catastrophe. Des pirogues ont chaviré. Et ça fait partie de la règle du jeu. Il faut s’attendre à ce qu’une pirogue chavire. Mais, aucune d’elle ne nous a causé de souci. Ceux des concurrents qui ont compris ce qu’il fallait faire ont réduit leur effectif, sont remontés dans leurs pirogues et sont repartis. Une pirogue  a  même rattrapé une autre alors qu’il y avait une distance importante entre les deux.

L’annulation des autres compétitions de la 4ème journée n’est-elle pas  la  conséquence d’une certaine inorganisation ? 
    
 
Nous avons eu, cette journée, une particularité. Il fallait, tout au moins essayer de nous mettre d’accord sur un certain nombre de choses.  Je n’accuse ni les rameurs, ni la Fédération. Il fallait que nous mettions un certain nombre de choses au point. Nous nous sommes réveillés ce matin (dimanche 19 juillet, ndlr) sous une pluie extrêmement   forte. Ces intempéries n’ont par permis à l’ensemble de l’organisation de mettre les pendules à l’heure. Nous devions aussi respecter l’engagement avec notre partenaire Mtn.  En attendant, le temps s’est écoulé et il est arrivé que le vent se déchaîne. Par ailleurs, la pirogue de la Sanaga Maritime qui est partie très tôt ce matin a eu une panne, ce qui a contribué à retarder le début des compétitions. Il n’était dès lors pas question, comme en football, de remettre les épreuves. Il était question d’attendre qu’Anaconda Lac Ossa arrive. Et c’est lorsque leur car est arrivé que nous avons lancé les compétitions.

Arnaud Ntchapda

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE