19/10/2011 03:44:39
Yaound: Franois Omam Biyick l'afft des jeunes talents
Répondant à l’invitation de la présidente Béatrice Laurence Ndougou, l’entraîneur adjoint de l’équipe nationale de football senior a rendu visite aux pensionnaires de la San Etieno futbal asociacion (Sefa) jeudi 13 octobre 2011.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Répondant à l’invitation de la présidente Béatrice Laurence Ndougou, l’entraîneur adjoint de l’équipe nationale de football senior a rendu visite aux pensionnaires de la San Etieno futbal asociacion (Sefa) jeudi 13 octobre 2011.

Bain de foule, haie d’honneur, animation des groupes de danses, pluie de cadeaux, hymne spécial dédié à l’hôte du jour… Les responsables du Sefa ont pratiquement déroulé le tapis rouge à l’ancien sociétaire de l’Olympique de Marseille, du stade Rennais et de Rc Lens qui leur a rendu visite jeudi dernier. Le temps d’un après midi, les locaux de ce centre de formation de jeunes footballeurs se sont transformés en une véritable salle de fête. Tous vêtus aux couleurs dudit centre, les pensionnaires ont tenu à réserver à l’ancien Lion indomptable un accueil des plus chaleureux.

Normal puisque, « aux grands hommes qui ont écrit les belles lettres de notre football comme François Omam Biyick, il faut savoir les célébrer et leur montrer à quel point nous leur sommes grandement reconnaissants », a confié, toute émue, Béatrice Laurence Ndougou. La présidente fondatrice de cette « pépinière de jeunes talents » qui a dirigé la visite guidée du centre a expliqué à Omam Biyick que la devise : « travail - persévérance – perfection » traduit la volonté des jeunes de ce centre de se démarquer des autres ; dans l’espoir de devenir des exemples à l’image du sélectionneur-adjoint des Lions indomptables.

Des aveux qui n’ont pas laissé indifférent l’auteur du magnifique but de la tête contre l'équipe nationale d'Argentine de Diego Maradona lors du match d'ouverture du Mondial 1990. « Je suis très touché de constater qu’il y a encore des jeunes qui vouent un amour profond au football. Je leur demande juste de suivre leur rêve ; en restant attentifs aux conseils de leur encadreur. Qu’ils sachent également que le football n’est pas une fin en soi car taper dans le ballon c’est peut-être beau, mais poursuivre ses études c’est encore mieux », a-t-il recommandé aux protégés de Béatrice Ndougou. Un conseil qui va en droite ligne avec les valeurs cardinales que défend le Sefa depuis sa création en 2006.

Mani football forever

En fait, en dehors de la pratique du football, le centre offre à ses pensionnaires la possibilité de se former en informatique, comptabilité, français et en anglais. Bref, « nous accueillons ici les jeunes de toutes les classes sociales dont l’âge varie de 6 à 21 ans. Etant donné que la plupart sont  issus de familles démunies, nous prenons sur nous le soin de les loger, de les vêtir, de les nourrir, de leur apprendre à jouer au football, mais surtout nous les inscrivons tous dans des établissements situés au voisinage du centre », confie celle que les enfants appellent affectueusement « Tata Béatrice ». Au Sefa, un accent est par ailleurs mis sur la spiritualité, car selon la promotrice, «il faut toujours rendre grâce au Seigneur avant toute chose ». A en croire les responsables dudit centre, l’effectif est aujourd’hui estimé à 250 jeunes en internat comme en externat.

Sur le terrain, les résultats sont plutôt satisfaisants. Tenez par exemple « en 2009, nous avons placé 7 enfants en Argentine, 5 au Brésil, 1 en Suisse, 2 au Portugal et 2 en France. En 2010, nous avons déjà permis à 14 seniors d'évoluer en Asie et une dizaine en Europe», se félicite Béatrice Laurence Ndougou. Dans son engagement à préparer la relève, l’ancienne pouliche de Robert Corfou a affilié une équipe de benjamins, issue de son centre, à la ligue de Mbalmayo et une autre de juniors en 2e division dans la région du Sud.

Toutefois et ce malgré le partenariat qui lie le Sefa au Mani football Forever, une association sportive qui défend la maltraitance des enfants en Afrique, le Sefa est confronté à d’énormes difficultés de multiples ordres. Cri de cœur donc en direction des pouvoirs publics et aux âmes de bonne volonté dans l’espoir que ceux-ci pourront venir en aide aux encadreurs dans cette lourde tâche qui est celle de l’encadrement des  futurs Lions indomptables.

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE