01/11/2011 16:45:45
Cameroun : La face cache de Denis Lavagne
« Sale Singe noir ». Selon nos investigations, voilà l’expression qu’aime employer invariablement le sorcier blanc, ex-entraineur manager de Coton sport de Garoua, lorsqu’il lui arrivait d’avoir un accrochage avec un autre entraineur ou un arbitre à la main courante des stades de football au Cameroun.
Starafrica
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Denis Lavagne, coach des lions indomptables du cameroun

« Sale Singe noir ». Selon nos investigations, voilà l’expression qu’aime employer invariablement le sorcier blanc, ex-entraineur manager de Coton sport de Garoua, lorsqu’il lui arrivait d’avoir un accrochage avec un autre entraineur ou un arbitre à la main courante des stades de football au Cameroun.

« Sale Singe noir »

Selon nos investigations, voilà l’expression qu’aime employer invariablement le sorcier blanc, ex-entraineur manager de Coton sport de Garoua, lorsqu’il lui arrivait d’avoir un accrochage avec un autre entraineur ou un arbitre  à la main courante des stades de football au Cameroun. « Il me l’a dit à Garoua lors d’un match décisif de demi-finale de coupe du Cameroun » témoigne un ancien membre de l’encadrement technique des Astres de Douala. Si certains coaches, victimes des insultes racistes de Denis Lavagne n’ont pas souhaité témoigner à visage découvert, ils se sont cependant confiés à certains responsables de leur corps de métier. «Durant son séjour à la tête de Coton port, Lavagne  n’a pas porté à cœur les entraineurs camerounais. A maintes reprises, il a traité certains de singe, de vaut rien, etc. Maintenant, ironie du sort, il se voit contraint de travailler au sein de la sélection nationale avec un adjoint qu’il a aussi méprisé par le passé. J’espère seulement qu’il va changer pour une meilleur collaboration » déclare Laurent Djam, secrétaire général de l’association camerounaise des entraineurs de football branche du Littoral.

Si les propos racistes de Denis Lavagne sont souvent passés sans laisser de trace chez les entraineurs, tel n’est pas le cas lorsqu’ils sont balancés en plein visage des officiels. Cas de figure: Mars 2010, pendant un match du championnat d’élite one au stade Mankon de Bamenda, Denis Lavagne aurait traité l’arbitre Kamdoum de « Sale singe noir » quand ce dernier a décidé de le renvoyer dans les tribunes à la suite d’un comportement anti sportif. Toujours est-il que, statuant sur le rapport des officiels, la commission d’homologation et de discipline de la fédération camerounaise de football avait alors décidé de suspendre pendant une période d’un mois de toutes les activités de la Fécafoot le technicien français pour avoir «contesté en des termes peu courtois, une décision de l’arbitre… ».

Lavagne se défend

Presque le même scénario s’est produit quelques mois plus tard à Garoua lors d’un match capital de championnat entre Coton sport de Garoua - Canon de Yaoundé. C’est l’arbitre Baboulé Jean de Dieu qui reçoit le désormais célèbre « sale singe noir » quand il tente de discipliner Denis Lavagne en le renvoyant dans les tribunes. « De tel comportement mérite d’être condamné jusqu’à la dernière énergie. Comment la Fecafoot a pu recruter pour les Lions, quelqu’un qui a passé tout son temps à manquer cruellement de respect aux autres corps de métier de cette fédération. C’est un exploit qui sort du bon sens » s’indigne Assong François, président de l’association camerounaise des arbitres de football, branche du Littoral.

Face à toutes ces accusations, Denis Lavagne avait juré la main sur le cœur lors d’une interview à Radio Equinoxe, une chaine émettant de la capitale économique Douala, qu’il n’a jamais insulté ni un entraineur, ni un arbitre. « Je ne me souvient pas avoir avancé de propos racistes à  qui que ce soit. Je n’ai pas l’habitude d’insulter les gens » se défend le sorcier blanc avant d’accuser à son tour : « Par contre, quand on a joué contre Astres de Douala, il y a des gens qui m’ont insulté avant le match, les gens de l’équipe des Astres et même le commissaire du match qui m’ont traité d’imbécile et de colonialiste ».

Ce qui est certains, c’est que Denis Lavagne, dans l’histoire du football camerounais, est le technicien expatrié qui a écopé le plus de sanctions au sein de la commission d’homologation et de discipline de la Fécafoot. Ces deux dernières saisons, celui qu’on présente comme un irréductible récidiviste,  a été suspendu au moins quatre fois pour des périodes allant d’un à deux mois. « Je ne sais même pas pourquoi la Fécafoot a pris l’habitude de me suspendre. Il y a quelque chose qui est grave au niveau de cette fédération. C'est-à-dire que là-bas, on vous condamne sans vous avoir permis de prendre connaissance des accusation, sans vous donner le droit de vous défendre… Je pense qu’il y a des gens à la fédération qui veuillent ma peau et moi ça me dérange pas du tout » a conclu le nouveau patron du staff technique des Lions indomptables.


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE