09/11/2011 06:08:48
Agenda: Comment Paul Biya a pris la Coupe du Cameroun en otage
Cette année encore, le mystère reste entier sur la date de la clôture de la saison sportive au Cameroun. Alors que les finalistes (qui sont connus depuis plus de quatre mois) se tuent à la préparation de ce grand événement, le Cabinet civil, organe chargé de fixer les Camerounais sur la date du dernier match de l’année, entretient toujours le suspens.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Cette année encore, le mystère reste entier sur la date de la clôture de la saison sportive au Cameroun. Alors que les finalistes (qui sont connus depuis plus de quatre mois) se tuent à la préparation de ce grand événement, le Cabinet civil, organe chargé de fixer les Camerounais sur la date du dernier match de l’année, entretient toujours le suspens. 

Les voies du cabinet civil de la présidence de la République sont décidément insondables. Le 26 novembre 2011, cela fera exactement trois mois, jour pour jour, que le championnat national Mtn Elite one est arrivé à son terme. Environ trois mois que les finalistes que sont Unisport du Haut-Nkam et Coton sport de Garoua (qui ont respectivement décroché leurs qualifications face à Sahel de Maroua et As Forces armées et police  de Yaoundé), sont rentrés en stage à l’effet de préparer la finale de la coupe du Cameroun. Dans l’une et l’autre équipe, on multiplie les séances d’entraînements, on renforce le système de jeu, on met l’accent sur les matchs amicaux… Bref chacune affûte ses armes. En attendant désespérément le fameux jour-j. A force d’attendre, joueurs et encadreurs sont même parfois tentés de prêter le flanc au découragement. Las de supporter ce rythme, les deux équipes finalistes éprouvent déjà d’énormes difficultés financières, puisque les budgets votés en début de saison n’avaient pas intégré les matches de finale. Les Cotonculteurs, encore moins le Flambeau de l’Ouest, n’étaient assurés de disputer l’ultime derby de la saison devant le « premier sportif camerounais ».

Malgré les multiples complaintes, les éclats de voix et le courroux des dirigeants des clubs qui disent ne plus supporter cette interminable espérance, rien n’est fait. Les autorités en charge du sport au Cameroun restent de marbre. C’est que cette année encore, comme les années antérieures, la fédération camerounaise de football est incapable de situer les deux clubs et leurs milliers de supporters sur la date de la finale dont elle ne maîtrise pas les tenants et les aboutissants. Ici, certains parlent de « début décembre » pendant que d’autres situent la date « vers la fin du mois de novembre ». Tous les responsables disent ne plus attendre que le signal du cabinet civil qui gère le calendrier du chef de l’Etat. En fait, « ils nous ont demandé de nous tenir prêts puisque la date peut être dévoilée d’un moment à l’autre. Surtout en ce moment où le président de la République a bouclé la campagne, la proclamation des résultats et la prestation de serment. Il n y a plus visiblement d’autres événements majeurs qui puissent le pousser à reporter la finale», confie sous cape un administrateur de l’instance faîtière du football camerounais. 

Grande parade

Au ministère des sports et de l’Education physique (Minsep), on n’en finit plus avec les réunions techniques. Même si personne n’ose se prononcer sur l’état des préparatifs de cette grande messe qui marque également la fin de la saison sportive au Cameroun, Michel Zoah et ses collaborateurs ont le cœur à l’ouvrage. Comme par le passé, l’Institut de la jeunesse et des sports (Injs) a été sollicité pour apporter sa touche colorée à la réussite des manifestations prévues lors de cette finale. Laquelle se veut spéciale cette année où Paul Biya a de nouveau brigué un nouveau mandat de sept ans à la tête de l’Etat.

La preuve, « la fréquence normale des cours a subi quelques modifications depuis trois semaines. La part belle est consacrée aux répétitions qui ont généralement lieu dans l’après midi. A l’occasion, nous passons plus de quatre heures à réviser les mouvements d’ensemble et les modifications du défilé des sportifs qui va constituer la grande parade de l’événement », explique une étudiante de l’Injs. A en croire cette dernière, des instructions ont été données par la haute hiérarchie afin que le cérémonial de cette nouvelle édition de la finale de la coupe du Cameroun reflète l’éclat qui doit être le sien. Et dire que pendant que toutes les attentions sont portées sur le volet folklorique de cette finale que l’on veut inédite, Unisport de Bafang et Coton sport de Garoua continuent de trinquer. 

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE