02/12/2011 23:18:30
Coupe du Cameroun 2011: Et si la finale se disputait ce dimanche !
Les finalistes sont toujours dans l’expectative, le ministère des Sports et de l’Education physique accentue les préparatifs, le public ne sait plus où donner de la tête ; le mouvement sportif camerounais est pris en otage. Pendant ce temps, le cabinet civil de la présidence de la République entretient le mystère.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les finalistes sont toujours dans l’expectative, le ministère des Sports et de l’Education physique accentue les préparatifs, le public ne sait plus où donner de la tête ; le mouvement sportif camerounais est pris en otage. Pendant ce temps, le cabinet civil de la présidence de la République entretient le mystère.

Le mystère reste entier quant à la date de la coupe qui mettra aux prises cette année Coton sport de Garoua et Unisport du Haut-Nkam. Après quatre mois éprouvants ponctués de stages préparatoires et de matchs amicaux, les deux équipes ne sont pas toujours au bout de leur peine. Une overdose de préparation qui ne saurait être sans conséquences d’autant plus que ni la fédération camerounaise de football ni le Minsep n’a prévu une ligne budgétaire susceptible d’alléger les lourdes charges qu’ils endossent au fil des semaines et leur faire oublier ce supplice qu’ils endurent depuis leur qualification.  Pris au dépourvu, les dirigeants des deux clubs n’ont d’autre choix que de continuer d’assurer l’hébergement, les primes d’entraînement, les frais de transport, les frais médicaux et autres dépenses inhérentes à cette préparation.

La semaine dernière, des signes prémonitoires laissaient pourtant présager que cette finale aurait lieu dimanche 27 novembre 2011. D’abord ce communiqué rendu public par la Fécafoot invitait les responsables des deux équipes finalistes à venir retirer leurs équipements à Tsinga. Croyant que cette annonce marquait la fin du chemin de croix, la délégation du Flambeau de l’Ouest avait alors effectué le déplacement de Yaoundé. Supporters, sympathisants et quelques élites avaient pris la route.

Plus prudents, les Cotonculteurs se sont fait représenter. Ce n’est que tard dans la soirée du samedi que les deux finalistes vont apprendre qu’ils devaient encore attendre. Un jour avant, c’est Issa Tchiroma Bakary qui faisait son show. Dans un communiqué lu sur les antennes de la Cameroon radio and television (Crtv), le ministre de la Communication rappelait aux directeurs des organes de presse désireux d’assurer la couverture médiatique de la finale de la coupe du Cameroun qu’ils avaient jusqu’à vendredi 25 novembre 2011 avant 12 heures, pour déposer leurs demandes d’accréditation. Un communiqué qui a provoqué branle bas dans les services de sports de certains organes de presse. Puis plus rien.

Saison sportive 2011/2012

Conséquence, la Fécafoot, au même titre que l’opinion publique continue de surfer sur la vague d’impatience. La Confédération africaine de football (Caf) a fixé au 30 novembre, la date limite de demande d’engagement des clubs pour les compétitions africaines. Réunie le 24 novembre dernier à son siège au Caire, l’instance faîtière du football africain a rappelé aux fédérations affiliées le délai de recevabilité des demandes d’engagement en compétitions interclubs pour la saison 2012 était fixé à fin novembre.

Visiblement, les clubs camerounais semblent ne pas être concernés par cette mesure. Plus grave, ces multiples « reports » conduiront inéluctablement au report du démarrage de saison 2011/2012. Initialement prévue pour démarrer le 03 décembre 2011, la première saison du «championnat de football professionnel du Cameroun» sera certainement renvoyée sine die.

Parade culturelle

Hier après midi, Michel Zoah a assisté à la « dernière » séance de répétition générale de la grande parade culturelle conçue pour cette grande messe qui marque également la fin de la saison sportive au Cameroun. Comme par le passé, l’Institut de la jeunesse et des sports (Injs) a été sollicité pour apporter sa touche colorée à la réussite des manifestations prévues lors de cette finale. Une chorégraphie de trente minutes exécutée par plus de 600 jeunes issus des établissements scolaires de la capitale politique. Le spectacle peut-il enfin commencer ? Sans doute que cette fois pourrait être la bonne.

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE