14/12/2011 01:46:18
Minsep-Fcafoot: Adoum Garoua va-t-il (enfin) ramener de l'ordre dans le mnage ?
Pour éviter de vivre le même destin que son prédécesseur, le nouveau ministre des Sports et de l'Education physique devra se rappeler que le poste qu’il occupe est réputé très difficile. La guéguerre Minsep-Fécafoot ayant toujours sacrifié les ministres à l’autel de l’équipe nationale de football.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Pour éviter de vivre le même destin que son prédécesseur, le nouveau ministre des Sports et de l'Education physique devra se rappeler que le poste qu’il occupe est réputé très difficile. La guéguerre Minsep-Fécafoot ayant toujours sacrifié les ministres à l’autel de l’équipe nationale de football.

C’est dans un panier à crabes qu’Adoum Garoua a atterri. Celui qui était jusqu’à vendredi 9 décembre 2011, ministre de la Jeunesse, le sait et doit pouvoir user de sa riche expérience d’athlète de haut niveau pour ménager la chèvre et le chou afin de se tirer d’affaire. En le nommant à ce poste, Paul Biya avait conscience que la tâche, loin d’être impossible, est pour le moins une entreprise ardue. Certains de ses prédécesseurs n'avaient pu appréhender leur mission dans sa globalité, éblouis qu'ils furent par les feux des projecteurs sous lesquels ils se retrouvaient subitement. Sans compter les avantages qu'offre la gestion de l’équipe nationale de football, une vache à lait. Le nouveau patron des sports devra donc, même si la tentation est grande, se garder de plonger dans la gabegie. Outre le développement d'infrastructures sportives qui manquent cruellement au Cameroun, il devra également axer sa politique sur la formation et l'encadrement des éducateurs sportifs, lesquels pourraient mieux préparer la jeunesse à conquérir de nouvelles victoires.

Autre challenge non moins important, Adoum Garoua devra tout faire pour ramener la sérénité dans la maison des Lions Indomptables et mettre l’équipe nationale sur la voie des victoires à conquérir.  Cela fait plus d’un an que les Lions indomptables ont la queue entre les pattes. Depuis la piètre participation à la coupe d’Afrique des nations (can) 2010 en Angola, suivie de la déconfiture au mondial sud africain, les rois de la forêt ne font plus peur. A cause des matchs amicaux annulés et autres  rencontres avortées, du non paiement des primes des joueurs, de la guerre de leadership, de l’inertie et du clientélisme des responsables de la fédération de football de connivence avec le Minsep, l’équipe nationale fanion s’est retrouvée, dans les abyssales de la bourse des valeurs du classement Fifa.

Pire, le cafouillage qui entoure sa gestion est venu démontrer aux yeux du monde toute l’impuissance managériale et l’incompétence notoire des responsables de la fécafoot.  Il est question de sortir la tête de l’eau. Un an après la foireuse coupe du monde, la querelle ne s’est pas toujours estompée. C’est peut-être pourquoi Adoum Garoua devra trouver la formule idoine pour instaurer un climat serein, voire sain aussi bien au Minsep, à la Fécafoot qu’au sein des équipes nationales, gage de résultats probants.

Luttes d’intérêts égoïstes

Jadis, le ministère des Sports a toujours eu cette imprudence de jouer un rôle de tutelle, visible à travers des actions improvisées, des prises de contrôle unilatéral qui ont fini par le mettre dos au mur, pris en otage par les lois et les règlements de la Fédération internationale de football association (Fifa) qui régissent le football et la collaboration entre les fédérations nationales de football et le ministère de tutelle. Michel Zoah en sait quelque chose. Lui qui venait comme sapeur pompier.

Adoum Garoua et la nouvelle équipe qu’il va certainement dresser très bientôt, devront mouiller le maillot dans leurs missions de supervision, d’organisation et de renforcement des attributions et des capacités au sein de la sélection nationale de football. L’ancien champion du Cameroun de volley-ball devra veiller comme certainement jamais auparavant pour tordre le cou à certaines pratiques obsolètes et inefficaces qui ont longtemps rythmé l’environnement du football camerounais au point d’annihiler l’espoir de nouveaux défis des sportifs camerounais.


Pour espérer une longue espérance de vie à la tête de ce département ministériel, cet ancien diplômé de l'Institut national de jeunesse et des sports devra faire preuve de rigueur, de tact mais surtout d’autorité. Sinon… Beaucoup ont encore en mémoire, le cas d’un certain Théodore Lando qui détient le record du bail le plus bref à la tête du Minsep. Nommé dans le gouvernement du 09 avril 1992, il sera débarqué sans façons le 27 novembre de la même année. Une image qui a valeur de leçon.

Christian TCHAPMI


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE