21/12/2011 04:20:02
Lions indomptables. A quand la signature du contrat de Denis Lavagne ?
Amateurisme à la camerounaise ? Près de deux mois après leur nomination, l’entraîneur-sélectionneur des Lions indomptables et ses adjoints n’ont toujours pas paraphé le contrat qui fait d’eux les membres du staff technique. Michel Zoah débouté, son successeur qui vient à peine de prendre les rênes du Minsep, tarde à se pencher sur de dossier.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Amateurisme à la camerounaise ? Près de deux mois après leur nomination, l’entraîneur-sélectionneur des Lions indomptables et ses adjoints n’ont toujours pas paraphé le contrat qui fait d’eux les membres du staff technique. Michel Zoah débouté, son successeur qui vient à peine de prendre les rênes du Minsep, tarde à se pencher sur de dossier.
 
C’est depuis le 26 octobre 2011 que Denis Lavagne, Martin Ndtougou Mpilé et Pierre Mbarga ont été officiellement nommés au banc de touche de l’équipe nationale de football du Cameroun. Ces hommes dont la désignation avait pour premier effet de tourner définitivement la page de l’ère Clemente, étaient également aux yeux de Michel Zoah, l’ex ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep) ainsi que des responsables de la Fécafoot, comme des oiseaux rares. Autrement dit, l’antidote prompt à guerrir le mal qui avait hanté la tanière depuis l’arrivée du technicien basque. Dans l’euphorie qui avait accompagné ces nominations, une précision importante figurant dans la décision signée de Michel Zoah avait été carrément ignorée par l’opinion publique : le texte n° 287 du ministre des Sports qui parle « d’entraîneurs intérimaires », sans plus de précision. Pourquoi avoir désigné des entraîneurs par intérim ? Jusqu’à quand durera l’intérim ? Lavagne et ses collaborateurs n’étaient-ils finalement que des fusibles ? Autant de questions restées sans réponse. Puis, l’ancien coach de Coton sport de Garoua s’est aussitôt mis au travail, notamment avec la préparation du tournoi Lg Cup de Marrakech auquel les Lions ont pris part et remporté du 11 au 13 novembre 2011.

Après ce premier test réussi, Lavagne et ses adjoints attendaient toujours de parapher le contrat qui ferait officiellement d’eux les responsables de l’encadrement technique de la sélection nationale. 56 jours après, ces derniers continuent de travailler sans être fixés sur leur statut. Lundi dernier, apprend-t-on, Iya Mohammed, le président de la Fédération camerounaise de football a profité de son premier contact avec le tout nouveau patron des sports pour poser sur la table le problème de la signature du contrat du technicien français et de ses adjoints. De sources dignes de foi, Adoum Garoua aurait donné son accord de principe et aurait même instruit le service juridique du Minsep de se pencher sur le dossier. On croyait alors être sorti de l’auberge lorsque Denis Lavagne qui s’apprêtait jeudi dernier à quitter Yaoundé pour les Pays-Bas (où il allait superviser le jeune Camerounais Willie Overtoom, ndlr) a été saisi à la dernière minute par les services du Minsep, lui ordonnant de « ranger ses affaires et de se présenter au ministère des sports le lendemain pour la signature de son contrat ».
Débarras ?

Denis Lavagne qu’accompagnaient ses deux collaborateurs va se rendre comme convenu au Minsep où ils vont retrouver Tombi A Roko Sidiki, le secrétaire général de la Fécafoot, lui aussi convoqué. Après plusieurs heures d’attente, Adoum Garoua va inviter les entraîneurs à revenir ultérieurement ; sans donner la véritable raison de ce revirement. Débarras ou simple envie de voir plus clair sur la question ? Peut-être les deux.

Interpellé sur le sujet samedi 17 décembre 2011 alors qu’il présidait les finales nationales de danses sportives à l’institut national de la jeunesse et des sports (Injs),  Adoum Garoua s’est montré peu disert : « la signature du contrat de l’entraîneur de l’équipe nationale est en bonne voie, c’est tout ce que je peux vous dire pour le moment ». Lavagne qui avait juré aux premières heures de sa nomination de créer une seine concurrence entre professionnels et amateurs, réconcilier les joueurs et restaurer l'harmonie dans la sélection, réussira-t-il d’éradiquer tous ces maux  qui ont terni l'image de l’équipe nationale ? On ne perd rien à attendre ?

Christian TCHAPMI


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE