04/01/2012 01:18:22
Makoun et Angbwa menacent de ne plus porter le maillot des Lions
Solidarité à l’africaine.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Jean II Makoun

Mardi 27 décembre 2011, les sociétaires de l’Olympiakos en Grèce et le coéquipier de Samuel Eto’o à Anzhi Makachkala en Russie, ont par voie d’huissier, signifié à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), qu’ils n’entendaient plus répondre aux futures convocations de l’équipe nationale tant et aussi longtemps que les sanctions prises contre le capitaine et son vice n’auront pas été levées.

Solidarité à l’africaine. La sympathie des fans de Samuel Eto’o est de plus en plus grandissante. Après la sortie musclée des anciennes gloires du football camerounais sous la houlette de S.E. Albert Roger Milla ; puis celle du syndicat de défense des droits des footballeurs conduite par David Mayebi suivie de celle du Comité national olympique et sportif du Cameroun portée par la voix de son président Col Kalkaba Malboum, c’est au tour des coéquipiers du capitaine des Lions indomptables à faire bloc face à la décision rendue publique le 16 décembre 2011 par la Commission d’homologation et de discipline de l’instance faîtière du football au Cameroun. En effet, deux cadres de la sélection camerounaise, Jean II Makoun et Benoît Angbwa, menacent de ne plus porter le maillot des Lions indomptables si les sanctions contre Samuel Eto’o (15 matchs de suspension) ne sont pas levées.

A la suite des sanctions infligées par l’organe juridictionnel de la Fécafoot au capitaine Samuel Eto’o et à Enoh Eyong, les deux joueurs ont saisi les autorités fédérales pour exprimer officiellement leur soutient et leur solidarité aux leaders sanctionnés. Et comment? « Motif pris de ce que la décision de ne pas aller à Alger avait été prise par l’ensemble des joueurs, nous manifestons notre solidarité à l’égard de nos coéquipiers qui ne sont que nos portes-paroles et contestons formellement les sanctions prononcées à leur encontre » ont fait remarquer les deux cadres de la sélection fanion dans une notification servie par voie d’huissier au président de la Fécafoot. « Aussi, n’entendons-nous plus répondre de notre présence à l’équipe nationale tant que les sanctions décriées n’auront pas été levées » indiquent les deux joueurs qui qualifient par ailleurs la sanction infligée à leurs coéquipiers « d’injustifiées et iniques ».

Les joueurs, sanctionnés et notifiés autour du 16 décembre 2011, avaient un délai de dix jours pour interjeter appel. Le délai a expiré en principe le mardi 27 décembre. Et selon toute vraisemblance, Samuel Eto’o qui avait juré de ne point saisir la commission de recours, a tenu parole. Pareil pour le sociétaire de l’Ajax d’Amsterdam dont la réaction est restée lettre morte.

C.T


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE