30/07/2009 14:33:57
Taekwondo : Les financements se font toujours attendre
Le championnat d’Afrique devrait débuter demain à Yaoundé, mais le comité d’organisation n’a encore perçu aucune subvention du ministère des Sports.
Ateba Biwol
Le Jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

A ce jour, tout ce qui témoigne de l’organisation du 9ème championnat d’Afrique de Taekwondo par le Cameroun, ce sont les six délégations étrangères qui ont déjà fait le déplacement de Yaoundé pour attendre la compétition qui débute demain au palais des sports par les qualificatifs.

Sur la trentaine des délégations attendues, la Tunisie, Le Niger, Le Ghana, le Gabon, la Lybie, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Maroc, dont nous avons rencontré les athlètes hier, sont les seules délégations présentes à Yaoundé, comme si les autres étaient au courant de ce que tout n’était pas encore prêt. En effet, la Fédération camerounaise de taekwondo (Fécatae), que dirige Edouard Tchokessi n’a encore perçu aucun sous, alors qu’elle a reçu l’accord du ministère des Sports pour l’organisation de ce championnat. « Quelle que soit la situation, la compétition débute demain, et actuellement, nous sommes prêts », dit Edouard Tchokessi que nous avons joint au téléphone hier.

 Le président de la Fécatae semble sûr, alors qu’au ministère des sports (Minsep), dont le comité d’organisation continue d’attendre les financements pour la compétition, la question n’est pas à l’ordre du jour. Trois jours après le départ de Paul Le Guen, dont la cérémonie d’accueil a coûté plus de 100 millions, ce sont les discussions sur le nouvel entraîneur des Lions indomptables de football qui continuent d’animer les couloirs de cette structure. Mardi dernier, Edouard Tchokessi y a passé son après midi, espérant obtenir les financements de la direction des affaires générales, mais tout ce qu’il a pu recevoir comme réponse, c’est qu’ « il faut patienter ». « Madame Betala [directrice du développement du sport de haut niveau, ndlr] nous a dit qu’avant de penser à organiser un événement, chaque président de fédération doit commencer pas s’assurer lui-même qu’il sera apte », nous apprend un membre du comité d’organisation. Une source au Minsep nous apprend d’ailleurs que « si le ministère n’a pas pu donner les financements pour le championnat d’Afrique de taékwondo, c’est parce qu’il venait d’obtenir les financements pour l’accueil de Paul Le Guen ».

Le budget demandé pour l’organisation de cet événement est estimé à 59 millions 700 mille Fcfa. « Nous avons obtenu l’accord d’Augustin Edjoa, l’ancien ministre des Sports avant son départ, et il était question que l’actuel suive le dossier, mais jusqu’ici, nous n’avons pas encore reçu les financements escomptés, car on nous a fait savoir qu’il n’y a pas de ressource au ministère. Néanmoins, nous sommes prêts et la compétition va commencer ; nous ne pouvons pas attendre que le ministère réagisse, alors que des délégations sont déjà sur place », confiait hier, Malick Atur Evele, président du comité d’organisation.

Liste des taekwondoistes camerounais

Chez les messieurs

-          54 kg Boniface Issa
-          58 kg Hassana Dzire
-          63 kg Bilé Eloundou
-          68 kg Victor Mbelvou
-          74 kg Axel Ngako Yoga
-          80 kg Thierry Tchaouke
-          87 kg Cedric Kaptchuang
+ 87 kg Pierre Nyok Nyok


Chez les dames
-          46 kg Adeline Madie
-          49 kg Claudine Kenne Difouo
-          53 kg Christelle Ondigui Mballa
-          57 kg Josseline Eyenga
-          62 kg Marie Ngo Ebem
-          67 kg Marcelle Edith Ombga
-          73 kg Chrystelle Naami Yang
+ 73 kg Alberta Kekuna

 

 
Edouard Tchokessi : « Un véritable défi pour nous de réussir »

Président de la Fécataé, il confirme la tenue de l’événement dès demain.

Le Cameroun abrite dès demain les 9èmes Championnats d'Afrique de taekwondo Comment se prépare cet événement ?

En effet le Cameroun organisera pour la première fois un championnat d'Afrique de Taekwondo. C'est d'ailleurs la première fois aussi pour un pays de l'Afrique Centrale ; un véritable défi pour nous de réussir ou alors de tout mettre en œuvre pour réussir l'organisation de cette grande compétition. Dès l'instant que nous avons reçu l'avis favorable de l'Union Africaine de taekwondo pour organiser ce championnat, la commission d'organisation s'est mise au travail. Les sous commissions sont aussi à pied d'œuvre

Malgré le manque de financement, confirmez-vous la tenue du championnat ?

Oui, et nous allons d’ailleurs tout mettre en œuvre pour que ce championnat fasse vraiment rayonner le taekwondo camerounais.

Une trentaine de pays sont attendus à ce championnat : y entrevoyez- vous un favori ?

Le Cameroun, bien sûr. Même si l'Egypte, le Maroc ou la Tunisie ont plus d'une trentaine d'années d'histoire de taekwondo. Notre pays est encore à ses premiers pas, et pourtant, il va falloir relever le défi. Nos espoirs se fondent particulièrement sur certains Camerounais comme Ngo Ebem Marie, qui a remporté tout récemment une médaille de bronze lors de la Coupe du monde francophone de Taekwondo organisée à Lille en France les 03 et 04 Mai 2009. Ou alors Claudine Kenne,  chez les  moins des 49 Kg, qui a remporté la médaille de bronze du Challenge espoir francophone du 04 Mai 2009 à Lille. Toujours lors de cette compétition Josseline Eyenga, chez les moins de 57 Kg dames, a remporté la médaille d’or, alors que Boniface Issa de la catégorie des moins de 58 Kg messieurs complétait le panier avec une médaille d'argent. Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d'autres.

Quel est le soutien que vous espérez de la tutelle ?

Le soutien que nous espérons de la tutelle est très simple, à savoir tout ce qu'elle a toujours fait pour les disciplines sportives moins connues comme le taekwondo et bien autres.

Ateba Biwol

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE