27/01/2012 03:10:52
Can 2012: Ngando Picket, mascotte des Panthres du Gabon...
Celui qui était officieusement reconnu comme le porte-étendard de l’équipe fanion du Cameroun officie désormais aux côtés du onze gabonais non sans déplaire à une certaine opinion camerounaise qui crie à la prostitution.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Celui qui était officieusement reconnu comme le porte-étendard de l’équipe fanion du Cameroun officie désormais aux côtés du onze gabonais non sans déplaire à une certaine opinion camerounaise qui crie à la prostitution.

Plusieurs Camerounais qui ont effectué le déplacement du Gabon ont été surpris de voir cet homme au physique de déménageur souvent paré du vert rouge-jaune camerounais, arborer fièrement les couleurs nationales du pays de Ali Bongo Ondimba.

Méprisé, ridiculisé et abusé dans son Cameroun natal, Ngando Picket, natif de Bonadibong à Douala, est désormais reconnu à l’international. Ne dit-on pas que nul n’est prophète chez soi. Cette sagesse des saintes écritures à tout son pesant d’or lorsqu’on évoque le cas Ngando Picket. D’abord présenti comme la mascotte des Lions Indomptables, ce dernier va connaître des mésaventures et sera simplement éloigné de l’entourage du onze camerounais.

Cette fois-ci, son talent, ses compétences sont appréciés et mis en exergue au bénéfice du…Gabon. N’en déplaise à ceux, qui considèrent cette démarche comme une sorte de prostitution quand « on sait que Ngando Picket a porté les couleurs camerounaises » ont-ils tancé. Seulement, comme pour répondre à cette opinion, un chroniqueur sportif émérite en retraite pense pour sa part que considérer cette offre des pouvoirs publics gabonais comme une prostitution, démontre à suffire qu’au Cameroun, « on est parvenu à tout  politiser au point de  bannir et d’ignorer les génies et les talents susceptibles d’engranger des lauriers au label Cameroun.».

Et d’ajouter, « on ne saurait défendre au voisin ce que l’on a réservé pour la poubelle ». Heureusement pour Ngando, même si les clauses de son contrat sont jusqu’ici méconnues, force est de reconnaître que l’homme a réalisé un bon coups qui fera certainement réfléchir les autorités du sport camerounais. Mais si et seulement si elles ont encore un peu le sens de l’honneur.

Jacques willy NTOUAL

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE