31/07/2009 16:24:52
Minsep-FécaBoxe : Des champions d'Afrique camerounais l'abandon
Revenus de Maurice mardi dernier où ils ont gagné des médailles, ils ont quitté l’hôtel hier dans l’indifférence des autorités en charge du sport.
Tudal-Yvan Mboa Tsilla (stagiaire), Achille Chountsa
Le Jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est mardi, 28 juillet 2009 à 22h que les boxeurs camerounais ont regagné Yaoundé. L’équipe de boxe du Cameroun revenant de l’Ile Maurice où elle a pris part au championnat d’Afrique de boxe amateur, avec dans ses valises 3 médailles en or et 1 médaille d’argent. Les médailles ont été remportées dans différentes catégories.

David Assiené chez les lourds (+91 kg) ;  Antoine Boya chez les lourds (91 kg) ; Thomas Essomba dans la catégorie des 48 kg ont remporté des médailles d’or,  alors que  Achille Happi, dans la catégorie des 60 kg, a obtenu la médaille en argent. Ces boxeurs camerounais ayant remporté des médailles et représenteront le Cameroun au prochain championnat du monde de boxe en septembre prochain en Italie. A leur arrivée à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen mardi dernier cependant, aucune autorité en charge du sport n’est venue les accueillir. Pourtant, selon le président de la Fécaboxe, elles avaient été informées du programme du voyage retour des Lions de la boxe. Néanmoins, les boxeurs ont été logés dans un hôtel.

Rencontrés avant-hier à l’hôtel Méli Mélo au quartier Fouda, où ils logent depuis leur retour, Thomas Essomba et Antoine Boya ne cachent pas leur déception. « Ce n’est pas normal, fulminent-il, nous sommes déçus de l’accueil qui nous a été réservé. On ne s’attendait pas à cet incident.

Depuis quatre ans, le Cameroun n’a pas obtenu ce genre de lauriers. Comment peut-on être insensible à de telles performances réalisées par des boxeurs? ». Achille Happi, le capitaine de l’équipe nationale de boxe, et médaillé d’argent à ce championnat est tout aussi étonné de l’incertitude qui plane sur leur programme de voyage retour. « Depuis ce matin, indique-t-il, nous sommes bloqués à l’hôtel attendant qu’on nous libère, mais on ne nous fait aucun signe pour la suite du programme ».

La conversation que Boya aura au téléphone avec le président de la Fédération n’apaisera pas davantage le groupe, bien qu’il leur ait demandé de ne guère s’inquiéter. Hier, chacun a retrouvé son domicile familial sans qu’une attention des responsables du sport ait été portée à leur égard.

 

Bertrand Magloire Mendouga : «Nous avons été désappointés par l’indifférence»


Le président de la Fécaboxe marque sa surprise sur le silence qui a été réservé aux boxeurs revenus du championnat d’Afrique avec des médailles.

Quel en est le bilan du championnat d’Afrique seniors auquel ont participé les boxeurs camerounais en Ile Maurice du 20 au 27 juillet dernier ?

Le Cameroun avait engagé 7 boxeurs et, à l’issue de ce tournoi, nous sommes rentrés avec 4 médailles, dont 3 champions d’Afrique et un vice-champion d’Afrique.

Pour les médaillés d’or, on a Thomas Essomba pour les 48kg ; dans les 91kg, Antoine Boya,  dans les plus de 91kg, Assiene Boyomo, qui sont champions d’Afrique, et le vice-champion d’Afrique dans les 60kg, Achille Happi, le capitaine de l’équipe nationale, qui a eu une médaille d’argent.

Quel est l’accueil qui vous a été réservé à votre retour mardi dernier ?

Nous sommes rentrés mardi soir et avons été désappointés par l’indifférence, il ne faut pas taire le mot, à notre égard. Nous sommes là et peut-être veut-on nous voir pour réagir. Je vous avoue que rien que pour les résultats, rien que pour la qualité du travail que ces jeunes ont fait, ils méritaient quand même une attention.

Allez-vous rencontrer les responsables du ministère de Sports pour que quelque chose soit fait ?

En réalité la récompense n’est pas ce qui nous gêne le plus. C’est la reconnaissance que nous recherchons davantage parce qu’au fond, les gars ne sont pas gâtés par leur quotidien. Ce sont des jeunes qui se battent dans la vie, comme tous les autres, et qui ont décidé de faire de la boxe leur métier. Lorsqu’ils participent à une compétition au nom de leur pays, ce n’est pas mal.

C’est l’occasion ici pour moi de remercier le ministre, qui a tout fait pour que nous puissions participer à cette compétition. Maintenant, je pense que le minimum serait de pouvoir suivre et nous attendons. Ce n’est pas la récompense éventuelle qui arriverait qui va annuler l’indifférence dans laquelle on a fait face.

Après ce championnat d’Afrique, quelles sont les prochaines échéances ?

A très court terme, ces quatre boxeurs sont qualifiés pour le championnat du monde qui va se dérouler à Milan, en Italie. Nous allons présenter ce dossier au ministre des Sport,s en espérant obtenir son accord pour la participation du Cameroun. C’est une opportunité extraordinaire, parce que cela permettra de préparer les Jeux de la francophonie qui vont embrayer juste après. Nous allons remettre ces médailles chèrement acquises en jeu aux Jeux de la Francophonie. Ce sont les mêmes pays qui se présenteront là-bas, en plus de la France, la Roumanie, le Canada et d’autres pays francophones.

Quelle préparation pour ces échéances futures ?

Nous avons donné cinq jours de congé aux boxeurs et dès lundi nous les remettons au travail.

Avez-vous les moyens pour tout cela ?

Nous ne fonctionnons pas en terme de moyens ou pas. Nous avons une feuille de route et les garçons doivent se préparer pour pouvoir répondre à ces différentes échéances. Nous prenons les charges sur nous et c’est comme cela que la Fédération fonctionne depuis.

Tudal-Yvan Mboa Tsilla (stagiaire), Achille Chountsa

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE