31/07/2009 16:38:01
Jolle Myriam Mboe Meyong : Une sprinteuse en or
Double médaillée d'or aux Jeux de l'Avenir des Personnes Handicapées d'Afrique Francophone (Japhaf) de Niamey, l'athlète rêve de participer aux Jeux Olympiques pour personnes sourdes.
Jacques Eric Andjick
Mutations
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

Joëlle Myriam Mboe Meyong


En fin mai dernier, Joëlle Myriam Mboe Meyong a remporté deux médailles d'or aux 100 m et 200 m , lors des Jeux de l'Avenir des personnes handicapées d'Afrique (Japhaf), disputés à Niamey au Niger. Et après avoir été couverte d'or aux Japhaf, la sprinteuse malentendante et déficiente orale rêve de prendre part aux Jeux Olympiques pour personnes sourdes, qui auront lieu en septembre prochain à Taipei en Chine. "Ce qui serait pour elle, la consécration", explique Timothée Mete, entraîneur national chargé des malentendants à la Fédération camerounaise des sports pour handicapés (Fécash).

Mais quoiqu'il arrive, l'heure de Joëlle Myriam Mboe Meyong semble avoir sonné cette année. Puisque en 2007, la sprinteuse rate les Japhaf pour avoir perdu son passeport seulement quelques jours avant la compétition. Pourtant cette année, Mboe Meyong tient sa revanche avec la double médaille d'Or glanée aux 100 et 200 m à Niamey.

"Cette performance exceptionnelle est le fruit d'un travail de longue haleine et d'une préparation minutieuse tant au Cameroun qu'au Niger. Car les Lions indomptables handicapés ont été mis dans des conditions optimales pour les Japhaf 2009", explique le coach Timothée Mete.

Joëlle Myriam Mboe Meyong qui est née sourde - muette en 1983, débute le sport en 2003 par le hand-ball à l'Ecole spécialisée pour enfants déficients auditifs (Eseda). Mais Timothée Mete, l'entraîneur national des personnes sourdes la convainc plutôt de pratiquer l'athlétisme. Puisqu'il lui trouve plus de qualités en athlétisme qu'en hand-ball. "Mais entre 2003 et 2006, l'apprentissage de l'athlétisme est pénible pour la jeune Mboe Meyong qui est même tout proche d'abandonner à cause d'une lente progression. Mais grâce à l'encadrement des coachs, elle continue et en 2007, sa persévérance paie. Puisqu'elle est sélectionnée dans l'équipe du Cameroun pour les Japhaf au Sénégal. Mais malheureusement, elle perd son passeport et ne peut pas honorer cette compétition africaine de sa présence", raconte son coach Timothée Mete.

Mais ayant la chance de côtoyer la double championne olympique Françoise Mbango Etonne à l'entraînement à l'Injs à Yaoundé, Joëlle Myriam Mboe Meyong a le bonheur de se voir allouer de l'argent pour l'établissement d'un nouveau passeport par la médaillée olympique.

Et l'argent accordé par Françoise Mbango à la jeune handicapée porte ses fruits. Puisque lors de sa première compétition internationale pendant les Jeux d'Afrique centrale pour personnes handicapées à Yaoundé en 2008, Mboe Meyong avait été sacrée "Reine des Jeux". Lors de ladite compétition qui s'est déroulée dans la capitale camerounaise, la jeune sourde - muette remporte également une médaille de bronze en Saut en longueur.

Mais malgré tous ces lauriers, la vie quotidienne n'est pas rose pour Joëlle Myriam Mboe Meyong. Selon son entraîneur à l'Injs, la jeune handicapée vient à l'entraînement à pied. En plus, elle n'a aucune activité qui puisse lui donner un revenu certain. C'est pourquoi elle caresse le rêve de participer en septembre prochain aux Jeux Olympiques pour personnes sourdes à Taipei. Où une bonne performance pourrait pourquoi pas la faire bénéficier d'une bourse.

Jacques Eric Andjick

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE