29/02/2012 01:55:57
Can 2013. Cameroun, Egypte, Nigeria et Algrie sur un air revanchard
Grands absents de la dernière Coupe d’Afrique des nations qui s’est disputée au Gabon et en Guinée équatoriale, les sélections nationales de ces quatre pays savent que pour cette « rentrée des classes » elles n’ont plus droit à l’erreur. Une seconde absence au rendez-vous de 2013 en Afrique du sud ne leur sera pas pardonnée.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Grands absents de la dernière Coupe d’Afrique des nations qui s’est disputée au Gabon et en Guinée équatoriale, les sélections nationales de ces quatre pays savent que pour cette « rentrée des classes » elles n’ont plus droit à l’erreur. Une seconde absence au rendez-vous de 2013 en Afrique du sud ne leur sera pas pardonnée.

C’est ce mercredi 29 février que les grands absents de la Can 2012 retrouvent le chemin des pelouses à la faveur des éliminatoires tronquées en raison du changement intervenu dans le calendrier d’une Coupe d’Afrique désormais passée aux années impaires. Si la pilule a été dure à avaler pour le Cameroun, l’Algérie et le Nigeria, il n’en reste pas moins vrai que le challenge reste grand pour cette nouvelle campagne qualificative. De ces trois équipes, le Cameroun dont la non-qualification des Lions Indomptables a constitué un tel camouflet que les autorités locales ont longtemps préféré nier la réalité des faits est le moins mal loti.

Avec pour adversaire une Guinée Bissau qui lors des éliminatoires précédentes n’avait remporté qu’une seule victoire en six sorties (1-0 contre le Kenya) terminant dernière de son groupe derrière l’Angola, l’Ouganda et le Kenya. Les poulains de Denis Lavagne sont bien partis pour faire de cette première sortie un simple voyage d’agrément.  Même sans leur leader et capitaine emblématique Samuel Eto’o, suspendu pour huit mois par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), Nicolas Nkoulou et ses coéquipiers devraient logiquement s’imposer. Le technicien français qui en sera à son premier match test pourrait alors avoir raison de ses détracteurs qui estiment qu’il n’est pas l’homme de la situation.

L’année 2010 avait marqué le renouveau des Fennecs, longtemps en sommeil, avec une 4e place à la Can et une participation au Mondial sud-africain. Mais la sélection algérienne est vite rentrée dans le rang et ne s’est jamais relevée de sa lourde défaite en juin 2011 au Maroc (4-0). Une humiliation qui a coûté son poste au sélectionneur Abdelhak Benchikha, remplacé par Vahid Halilhodzic. Le technicien serbe a ensuite tenté de limiter les dégâts mais le mal était déjà fait. Peut-on être certain que l’Algérie ne sera pas en difficulté devant la Gambie cet après midi? Difficile de répondre par l’affirmative puisque de part et d’autre, on n’a certainement pas oublié qu’en juin 2008 les deux sélections s’étaient déjà affrontées lors des éliminatoires jumelées Coupe du monde/Can 2010 et que si les Algériens avaient gagné le deuxième match 1-0, c’est sur un score identique qu’ils s’étaient inclinés quelques jours plus tôt à Banjul.

Nouveaux entraîneurs

Depuis 1998, les Super Eagles n’avaient manqué aucune édition de la Can. Le couperet est cette fois tombé pour une sélection qui sombre dans l’anonymat après avoir fait figure de poids lourd continental grâce à une génération exceptionnelle dans les années 1990-2000. Mais les Kanu, Okocha, Amokachi et Cie ont depuis longtemps pris leur retraite et personne ne les a réellement remplacés. Pour ces éliminatoires, le Nigeria n’est certainement pas plus rassuré à l’idée de croiser la route du Rwanda. C’est le genre d’opposant dont on ne se méfie jamais assez. Toujours est-il que ces trois rencontres-là vont servir de révélateur aux nouveaux entraîneurs, Vahid Halilhodzic, Denis Lavagne et Stephen Keshi. Ce sera pour chacun un véritable baptême du feu. Eux aussi, un échec ne leur sera pas pardonné.

En somme, les dix autres rencontres pourraient provoquer quelques surprises. La plus grosse surprise verrait la Rd Congo, désormais placée sous la coupe de Claude Le Roy, chuter face aux Seychelles. Les éliminatoires de 2012 ont démontré que le plus vraisemblable n’était jamais une certitude. Pour tous il s’agit donc à la fois d’un tour sans repêchage et d’une répétition générale avant l’épreuve de vérité qui se déroulera en septembre et en octobre sur deux matches face à l’une des seize équipes qui viennent de participer à la Can Orange 2012. Ces duels-là seront, on s’en doute, très chauds. Le match qui devait opposer la Centrafrique aux Pharaons d’Egypte a été reporté au mois de juin, en raison de la tragédie de Port-Saïd. La première manche aura lieu les 15, 16 ou 17 juin au Caire et le match retour le 30 juin à Bangui.

Le programme

Ethiopie - Bénin
Rwanda - Nigeria
Congo - Ouganda
Burundi - Zimbabwe
Gambie - Algérie             
Kenya – Togo
Sao Tomé - Sierra Leone
Guinée Bissau - Cameroun
Tchad - Malawi
Seychelles - RD Congo
Tanzanie – Mozambique
Madagascar - Cap Vert
Liberia – Namibie
Egypte - Centrafrique (reporté au mois de juin)

Christian TCHAPMI


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE