01/08/2009 17:07:28
Yaoundé, hte du 9e Championnat d'Afrique de Taekwondo
Les 9èmes championnats d’Afrique de la discipline se sont ouverts vendredi à Yaoundé.
Lindovi Ndjio
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La peur s’est finalement dissipée. «C’est réglé». En ces termes, un responsable de la communication de la Fédération camerounaise de taekwondo a laissé entendre, l’air soulagé, que la question du financement des 9ème championnats d’Afrique de taekwondo a été réglée.

En fait, que les fonds ont certainement été débloqués. Tout comme le palais des sports est à la disposition du comité d’organisation de la compétition. Après une courte période d’incertitude sur le bon déroulement de la compétition, du fait de l’indisponibilité des fonds devant servir à l’organisation. De même que le palais des sports n’était pas toujours disponible. Du coup, l’on avait à un moment tablé sur le gymnase de l’Institut national de la jeunesse et des sports (Injs) pour abriter l’événement.

Alors que les pays étrangers devant prendre part à la compétition sont présents au Cameroun depuis mercredi, comme le prévoyait le programme. Au total, quinze délégations : le Mali, la Tunisie, la Libye, le Niger, le Maroc, le Nigeria, le Gabon, l’Egypte, l’Algérie, le Tchad et le Cameroun, pays organisateur. Tous ces pays qui comptent parmi les meilleurs du continent dans la discipline. Et en principe, chacun de ces pays devrait aligner 16 athlètes, mais, à en croire des responsables de la Fédération camerounaise de taekwondo (Fécatae), tous n’ont pas fait le déplacement avec ce nombre. « Certains ont 16 athlètes et d’autres un peu moins », dit-on à la Fécatae.

Pendant deux jours, ce sont près de 160 athlètes africains qui vont rivaliser et aller à l’assaut des points. D’après Calmette Kepsou, directeur technique national de taekwondo, « c’est à partir de là que les bourses olympiques seront attribuées pour les jeux olympiques et les master cup».  Les «master cup » étant des compétitions d’envergure intercontinentale regroupant les meilleurs de tous les continents, au pointage. D’autant plus que : « Au taekwondo, on fonctionne avec un système de pointage qui permet aux plus méritants de pouvoir participer à la haute compétition», explique-t-il. C’est dire l’enjeu du tournoi.

Le Cameroun, pour sa part, ne fera pas de la figuration. Les 16 athlètes camerounais sortent de près de deux semaines de stage interne à Yaoundé. Et qui a permis au directeur technique national de croire fermement que : «Les Camerounais ont toutes leurs chances». S’appuyant notamment sur le fait que : « 70% de nos athlètes ont déjà eu à se frotter à la compétition internationale», dit-il. Et «depuis deux ans, les performances des athlètes camerounais sont croissantes», soutient-il.

Lindovi Ndjio

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE