06/03/2012 04:18:04
Unisport du Haut-Nkam. Alexandre Belinga lche le Flambeau de l'Ouest
Le patron du banc de touche du Flambeau de l’Ouest - qui a pourtant contribué à sa qualification  samedi, 3 mars 2012 pour le second tour de la Coupe de la Confédération africaine de football (Caf) face à Sewé sport de San Pedro- évoque le manque de communication entre le président du club et le staff technique, de même que le non respect des engagements contractuels.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le patron du banc de touche du Flambeau de l’Ouest - qui a pourtant contribué à sa qualification  samedi, 3 mars 2012 pour le second tour de la Coupe de la Confédération africaine de football (Caf) face à Sewé sport de San Pedro- évoque le manque de communication entre le président du club et le staff technique, de même que le non respect des engagements contractuels.

C’est au détour d’un entretien téléphonique entre le reporter du Messager et un ancien collaborateur de celui qui était jusqu’à dimanche 4 mars 2012 entraîneur d’Unisport du Haut-Nkam que l’info est tombée : « Je viens de discuter avec un joueur qui m’a confirmé que Belinga a démissionné ce matin (hier). Il m’a fait savoir que c’est l’intéressé lui-même qui est venu leur annoncer la mauvaise nouvelle alors que ceux-ci étaient en pleine séance de décrassage », confie notre source. 

Quelques minutes plus-tard, la nouvelle s’est répandue telle une trainée de poudre dans les chaînes de radios Fm locales et dans la corporation des journalistes de sports disséminés sur toute l’étendue du triangle national. Selon des sources concordantes, Alexandre Belinga a débarqué alors que les joueurs se donnaient à cœur joie à des petits trots et des séances d’exercices physiques au stade de Bafang. C’est ainsi qu’il a laconiquement annoncé à ses poulains qu’il n’est plus leur coach. Une nouvelle qui a bouleversé certains joueurs qui rêvaient pourtant de poursuivre avec celui qu’ils appelaient affectueusement José Mourinho, l’aventure à la Coupe de la Caf. Joint au téléphone, l’entraîneur démissionnaire n’a pas voulu s’étendre sur la décision de son départ. « J’ai reçu des dirigeants du club une lettre me demandant des explications sur mes  interviews  tendancieuse, le refus de la nomination du Pierre Njili Ndjengue au poste de directeur technique...

En outre ils m’ont retiré la gestion de l’encadrement technique lors de la réunion du 27 février 2012 », déclare Alexandre Belinga qui promet d’en faire copie aux hommes de médias en temps opportun. Cette lettre d’explication, confie l’entraîneur, est tombée comme une goutte d’eau de trop dans son vase. Déjà parce que « la communication entre le président Emmanuel Leubou et moi était quasiment inexistante », explique Belinga. En marge de ces tensions, apprend-on, le club lui devait des arriérés de six mois de salaire. C’est autant de raisons qui l’auraient poussé à déposer les clés. Joint au téléphone, Emmanuel Leunou le président d’Unisport s’est abstenu de tout commentaire. « Entrez en contact avec le communicateur du club pour toute information », s’est t-il contenté de dire.

Bombe à retardement

Des collaborateurs d’Alexandre Belinga croient savoir que cette démission trouve toute sa raison dans le refus de nommer il y a une semaine au poste de directeur technique, son collaborateur et ami de longue date Pierre Ndjili Ndengue. Technicien avisé et compagnon fidèle avec qui il a préparé la Coupe du Cameroun 2011 remportée par Coton sport de Garoua, ce dernier qui a quitté Yaoundé hier soir pour Bafang confie que cette décision était en fait une bombe à retardement puisqu’ « il m’a longtemps parlé de son envie de démissionner car il disait mal supporter l’ambiance qui régnait entre lui et Gregory Guionnet, le nouveau préparateur physique du club qu’il trouvait trop autoritaire et pas très conciliant. Mais à chaque fois je lui disais de balayer cette idée du revers de la main et de continuer à travailler. Il ne m’a pas écouté et j’apprends aujourd’hui qu’il a finalement claqué la porte. Dans tous les cas, je n’ai pas d’autre choix que de respecter sa décision », confie l’ancien entraîneur du Canon sportif de Yaoundé.

Très souvent critiqué pour ses choix tactiques, Alexandre Belinga qui aura passé 18 mois sur le banc de touche de l’équipe chérie du Haut-Nkam restait ferme et n’avait pour baromètre que les performances de ses protégés sur le terrain car répétait-il, « je ne suis pas là pour gérer les émotions du public. Je suis là pour gérer une équipe appelée à jouer 26 matchs, si les gens ne peuvent pas comprendre ça, ils viennent au stade, après deux erreurs on commence à me demander de changer des joueurs. Je crois que c'est des choses qui ne sont pas faites pour construire. Malheureusement les gens voient la Coupe d'Afrique, mais je suis dans Unisport pour construire. Je suis à un an et quelques mois, on est là pour construire, si les gens veulent nous mettre au firmament (...) moi je dis que nous ne sommes pas encore au firmament, on est encore en train de construire, c'est déjà bien ce que nous faisons ». Troisième au classement Mtn Elite one avec trois victoires, deux nuls et une défaite, l’avenir du Flambeau de l’Ouest qui affronte Panthère du Ndé demain, semble déjà se dessiner en pointillés.

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE