03/08/2009 13:06:15
Coupe du Cameroun: Le fauve du Ndé entre préparatifs et intrigues
A la veille de la finale de la coupe du Cameroun, de sons discordants se font entendre dans les rangs des dirigeants.
Blaise Nzupiap Nwafo
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le vendredi 31 juillet dernier, une réunion de concertation s’est tenue dans la ville de Bangangté.

Convoquée par Mboke Godlive Ntua, préfet du Ndé, l’ordre du jour portait essentiellement sur la mobilisation des élites, supporters et sympathisants de Nzuimanto en vue d’une participation sans faute à la coupe du Cameroun. C’est dans ce sillage que les différents chefs de villages du département ont été coptés comme étant les messagers du club dans leurs localités respectives. En plus de la mobilisation des hommes, ils se chargeront également de la collecte des fonds qui permettra au club de faire sa mise au vert en toute quiétude. Des dispositions qui ont été saluées par l’assistance qui ne jurait que par une victoire de Nzuimanto devant Les Astres de Douala. A ce jour, des efforts incontestables ont été fournis par Célestine Ketcha Courtes, maire de Bangangté, et le président général de la Panthère, Joseph Feutcheu, pour que l’équipe se hisse à ce stade de la compétition. Dans les autres régions du pays, le même mécanisme sera mis sur pied au sein des communautés du Ndé. Avant cette rencontre de vendredi qui se veut désormais routinière jusqu’à la finale, avait été convoquée une semaine auparavant. Sur les quelques 300 participants attendus, seule une trentaine avait répondu présents. Ce qui a poussé le préfet à la renvoyer.

De sources proches du club, les populations seraient intoxiquées par des détracteurs de l’actuelle équipe dirigeante du club. La pomme de discorde serait inévitablement le transfert de Charley Fomen, désormais sociétaire de l’Olympique de Marseille en France. Les informations véhiculées à Bangangté font état de ce que le président Joseph Feutcheu aurait empoché la rondelette somme de «400 millions de francs Cfa représentant les frais de transfert du joueur.» La polémique a d’ailleurs été accentuée, il y a de cela quelques jours, par des déclarations, sur les antennes du poste national de la Crtv, de l’ancien président général, monsieur Noutsa. Il accusait le président Joseph Feutcheu de gérer le club sans rendre compte à qui que ce soit. Au sujet du transfert de Charley Fomen, il a laissé entendre que le trésorier lui a confié que les caisses du club étaient vides au lendemain de la transaction. Répondant à cette «intrigue», le colonel Yamba, président interrégional de la Panthère pour le Centre-Sud, parlant au nom du président général, a fait remarquer que «Panthère n’est pas le club formateur de Fomen et ne saurait empocher tout l’argent du transfert. Il ne faudrait plus que les gens continuent de parler de ce qu’ils ne maîtrisent pas. Quand les choses vont se mettre au clair, tout le monde saura», soutient-il. Le manque de mobilisation autour du club qui prépare la finale de la coupe du Cameroun serait donc la conséquence de cette situation qui amène les supporters et sympathisants à penser que leur équipe vient de décrocher un jackpot à la faveur d’un contrat signé par l’un de leurs anciens joueur.

Moral au beau fixe

Pendant que les dirigeants se regardent en chien de faïence, les poulains de l’entraîneur Charles Kamdem essayent de maintenir la forme, question d’être prêts le jour «J». Après 12 jours de mise au vert, avec 19 joueurs, dans la ville de Mbouda, ponctué par un match amical joué et remporté 1 but à 0 devant les Lions juniors au stade omnisports de Yaoundé, un congé de deux semaines a été accordé aux joueurs pour récupérer. Avant de quitter Bangangté pour Mbouda, les dirigeants de Panthère avaient sollicité et obtenu des responsables de la Fécafoot et du Minsep l’autorisation de s’entraîner au stade municipal de Mbouda ; fruit du partenariat entre l’instance faîtière de football et une société de téléphonie de la place qui sponsorise le championnat. A leur grande surprise, les portes du stade leur seront fermées pendant tout leur séjour et sans que des raisons fondées soient avancées. Le souci des dirigeants était de permettre aux joueurs de s’habituer davantage au gazon avant la descente dans l’arène à Yaoundé.

Finalement, c’est à l’air libre, sur les stades des établissements secondaires, et sans discrétion aucune, que les entraînements se faisaient à Mbouda. Ce qui n’a pas empêché la victoire 1 but à 0 devant les poulains de l’entraîneur national Alain Wabo. Joint au téléphone hier matin, Charles Kamdem a confié au reporter de La Nouvelle Expression que le stage bloqué reprend le 15 août. Pour ce qui est de l’ambiance sein du groupe, il a assuré qu’il y règne la sérénité. «Les joueurs sont au repos et ceux qui ont été blessés profitent pour se soigner. Nous espérons que d’ici à la reprise tous seront là. Il n’y a pas de crainte à se faire», conclut-il. Après sa première couronne remportée en 1988 face à Racing de Bafoussam, le fauve du Ndé est en quête de sa deuxième médaille. Mais il faudra d’abord résoudre l’équation des Astres de Douala, son adversaire, qui n’est pas un enfant de cœur.

Blaise Nzupiap Nwafo

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE