04/04/2012 01:05:05
Cameroun. Quand Jean Manga Ongun flicitait un animateur de quartier
Qui l’eût cru ? Dans une correspondance adressée à Denis Lavagne le 29 février 2012, le Directeur technique nationale de football, qui a récemment déclaré que la nomination de l’ancien manager de Coton sport de Garoua comme entraîneur des Lions Indomptables est une honte pour le Cameroun...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Jean Manga Onguené

Qui l’eût cru ? Dans une correspondance adressée à Denis Lavagne le 29 février 2012, le Directeur technique nationale de football, qui a récemment déclaré que la nomination de l’ancien manager de Coton sport de Garoua comme entraîneur des Lions Indomptables est une honte pour le Cameroun, salue la victoire de l’équipe nationale sur la sélection Bissau-guinéenne.
 
Un email très bref, des mots aimables, à la limite flatteurs ; le tout saupoudré de cordialité. « Cher M. Lavagne, bonsoir. La Direction technique nationale a le plaisir de vous présenter ses vives félicitations à l'occasion de votre brillante victoire, remportée cette après-midi en Guinée-Bissau. Ces félicitations s'adressent également à l'ensemble de votre staff technique. Nous restons convaincus que ce match représente la rame de lancement pour un nouveau départ de notre sélection nationale. Bon retour au Cameroun et bonne chance pour la suite ».

Ainsi se résume la lettre adressée à l’entraîneur sélectionneur des Lions Indomptables au lendemain de la victoire sur le fil des coéquipiers de Nicolas Nkoulou sur la « petite » équipe de Bissau-guinéenne (1-0). Une copie de cette correspondance a été envoyée au gratin des journalistes sportifs du Cameroun hier mardi 3 avril 2012 par les bons soins de Linus Pascal Fouda. Facteur de circonstance, le Team press manager de l’équipe nationale senior a cru bon de préciser en avant propos de son mail « je vous fais tenir pour votre information complète et à toutes fins utiles ce message de félicitations adressé par la Dtn… »

Même si ce dernier inscrit sa démarche fondamentale dans le souci de mieux communiquer autour de l’équipe fanion et éviter des interprétations superflues, on se demande bien ce qui peut justifier cette ampliation à la presse d'un message du Dtn, daté du 29 février 2012, adressé à l'encadrement technique des Lions Indomptables. Certes pour son premier match test le technicien français a peut-être eu la chance et le mérite de réaliser là un exploit. Mais ce n'est pas, pour autant, un fait nouveau dans l'histoire du football au Cameroun puisque les prédécesseurs de Lavagne ont porté cette équipe au firmament sans qu’on en fasse pour autant un tel tapage médiatique.

Au lieu de ventiler ce message qu’on attribue à la Dtn, pour une victoire obtenue dans la douleur et laissant trahir des balbutiements et une confusion de rôles sur le banc de touche des Lions, les  journalistes se seraient attendus à recevoir dans leur boite électronique, le contenu du rapport acerbe de la même Dtn sur instructions du Minsep, vis-à-vis du « sorcier blanc ». Lequel rapport a été ensuite énergiquement démenti par ses initiateurs.

Manipulation ?

Face à ce nouveau pavé qui vient d’être jeter dans la mare, la polémique autour de la désignation de Denis Lavagne comme patron du banc de touche des Lions, ne cesse d’enfler. On a même la faiblesse de penser que ce message très cordial de félicitation n’est finalement qu'une vaine manipulation, tendant à rallier la personne morale de la Dtn au sort presque scellé du coach principal des Lions. On se rappelle que sans prendre de gants, la Dtn avait tranché cet épineux débat en affirmant que le sélectionneur actuel n’à pas les diplômes requis pour entraîner les Lions.

Pour crever l’abcès, Jean Manga Onguéné avait conclut que Lavagne n’avait qu’un diplôme d’animateur de quartier. Cette prise de position, résumé dans un pamphlet remis entre les mains d’Adoum Garoua, démontrait bien que la Dtn jouait enfin  là son véritable rôle et redonnait ainsi un sens à cette structure qu’on commençait à considérer comme un « machin » de plus pour dilapider les fonds publics.

Certes, la prise de position de Jean Manga Onguéné et ses hommes avait engendré des passions, entre les pro Lavagne qui estimaient que le vécu peut compenser l’absence de diplôme, et les anti Lavagne qui pensaient que malgré un background éloquent, si on a pas les diplômes requis on  n’a pas le droit d’être nommé entraîneur en chef des Lions Indomptables. Malheureusement tout cet argumentaire ne nous renseigne en rien sur l’opportunité et la légitimité de ce fameux message de félicitations, surtout à un moment où les fans de l’équipe nationale attendent de juger la juger face aux grands enjeux (Can 2013 et Mondial 2014) qui les attend.

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE