02/05/2012 01:25:02
Fcafoutaises. Un comit Pro Iya Mohamed cre
La Fécafoot a visiblement un nouveau collège d’avocats. Ils se recrutent parmi les anciens footballeurs, les entraîneurs de football et promoteurs des écoles et centres de formation de football, les médecins sportifs, les supporteurs des clubs de football, les agents de joueurs, les journalistes de sport et les personnalités de la société civile...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Iya Mohammed

Réunis vendredi 27 avril 2012 à Yaoundé, les membres du Collectif républicain du football camerounais (Crefc) ont adressé au peuple et aux autorités camerounaises une déclaration avec pour point d’ancrage une apologie de la bonne gestion de l’équipe actuelle de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) depuis plus d’une décennie.

La Fécafoot a visiblement un nouveau collège d’avocats. Ils se recrutent parmi les anciens footballeurs, les entraîneurs de football et promoteurs des écoles et centres de formation de football, les médecins sportifs, les supporteurs des clubs de football, les agents de joueurs, les journalistes de sport et les personnalités de la société civile. Réunis autour du Collectif républicain du football camerounais (Crefc), ceux-ci sont déterminés à défendre à grand renfort de faits et d’arguments, l’équipe actuelle de la Fécafoot qu’ils disent avoir beaucoup œuvré pour la splendeur et le rayonnement du football camerounais au lendemain de la Coupe d’Afrique manqué de 1996.

A preuve, « dès l’entrée en fonction de Iya Mohamed, vers le milieu de l’année 1998, les Lions indomptables rugissent de nouveau et l’ensemble du football camerounais connaît des embellies avec des résultats positifs aussi bien sur les plans sportif, infrastructurel, matériel, humain que sur la gestion », triomphe Ange Sama, président et tête de proue du Crefc. Mieux, la Fécafoot s’étant désolidarisée de certains de ses membres reconnus coupables de malversations de toute nature ; « ces sanctions constituent la preuve palpable de l’engagement et la détermination du président de la Fécafoot à imposer un devoir d’exemplarité à son entourage ».

En outre, rappellent les membres du Crefc, le gouvernement a instruit une profonde réflexion sur le football camerounais à travers deux événements majeurs que sont le forum sur le football camerounais qui s’est tenu du 25 au 27 mai 2010 et les états généraux du sport et de l’éducation physique du 15 au 17 novembre 2010 à Yaoundé. Le collectif brandit comme autre argument la mise en place de la direction technique nationale (Dtn), de la Ligue de football professionnelle, du règlement intérieur des équipes nationales et d’un mécanisme scientifique de lutte contre le phénomène des faux âges, qui constituent selon le Crefc, la preuve concrète de la volonté affichée des dirigeants de la Fécafoot de mettre en œuvre les recommandations des différentes assises ci-dessus citées.

Récriminations

En conséquence de quoi «nous manifestons notre ferme détermination de faire savoir à tous et par tous les moyens de communication que la phase actuelle de restructuration est salutaire, pour notre football qui a connu des avancées majeures que personne ne peut nier ni occulter, et qu’il est de notre devoir de préserver les acquis de la Fécafoot ; de travailler au rassemblement et au dialogue entre tous les acteurs du football camerounais ; de nous opposer fermement à toute forme vicieuse et viciée de déstabilisation, de violation des statuts et règlements du football ou de volonté d’occulter les bons résultats de l’équipe actuelle », peut-on lire dans la déclaration que ceux-ci ont remis aux médias au sortir d’une conférence de presse vendredi dernier. Une véritable preuve de sympathie à l’endroit de l’équipe Iya à qui certains imputent pourtant la gestion calamiteuse de l’instance faîtière du football camerounais.

Pour couronner le tout, le Crefc s’engage à démontrer au peuple camerounais que l’équipe actuelle est ouverte à toute proposition constructive mais aussi, promet-elle, de dénoncer tout dysfonctionnement au bureau exécutif de la Fécafoot et de refuser toute utilisation du football à des desseins inavoués de troubles sociaux. Toutefois, on peut s’interroger sur cette naissance soudaine du Crefc qui survient deux semaines seulement après la mise sur pied du Comité de redressement du football camerounais qui a pour crédo le départ sans condition du président de la Fécafoot.

Les chefs de file dudit comité que sont Roger Milla et Emmanuel Mve Elemva estiment par ailleurs que pour avoir injustement été punis, Samuel Eto'o, Enoh Eyong et les autres joueurs bannis doivent réintégrer l'équipe nationale. Autres objectifs auxquels s'est assigné le comité, le recrutement d'un entraîneur digne de ce nom pour les Lions indomptables et la mise en place urgente d'un dispositif permettant l'organisation des élections anticipées et transparentes à la Fécafoot. Des récriminations compilées dans un document intitulé « déclaration du comité de redressement du football camerounais» qui rame à contre courant des objectifs visés par le Crefc. Vous avez dit guerre des comités ?

Focal. Guerre de comités pour quels résultats ?

Le premier est un comité citoyen ; le second est un collectif républicain. L’un regorge en son sein des anciens footballeurs internationaux et autres « bannis » de la Fécafoot pendant que l’autre a comme têtes de proue des anciens sportifs et autres présidents de clubs de football. Si l’un dénonce avec véhémence la décrépitude du football camerounais née sous l’ère Iya ; l’autre estime que la situation du football camerounais sous la présidence Iya Mohamed a de quoi faire des envieux.

Le comité de redressement du football camerounais veut faire la peau à Iya pendant que le collectif républicain estime que l’équipe actuelle de la Fécafoot est ouverte à toute proposition et par conséquent mérite d’être maintenue. Face à cette guerre de comités entre les pros et les anti-Iya Mohamed, comment ne pas croire que toutes ces luttes (vaines) éloignent plutôt le peuple camerounais des questions essentielles? Comment ne pas s’interroger sur la légitimité et la crédibilité même de ces comités qui pullulent ?

L’interpellation apparaît forte aussi bien pour la fédération que pour le ministère de tutelle à un moment où se mettent déjà, en place sous d’autres cieux, des stratégies en vue d’une participation compétitive efficace à la prochaine coupe d’Afrique des nations en 2013 et à la phase finale de la coupe du monde au Brésil en 2014.

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE