08/05/2012 01:10:02
Cameroun. Aux sources d'une grosse injustice...
Au Cameroun « il n’y a ni sports majeurs, ni sports mineurs encore moins des sports réservés ». Ce slogan creux, a toujours été évoqué partout mais uniquement pour des visées politiques puisque sur le terrain, la réalité est toute autre.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Au Cameroun « il n’y a ni sports majeurs, ni sports mineurs encore moins des sports réservés ». Ce slogan creux, a toujours été évoqué partout mais uniquement pour des visées politiques puisque sur le terrain, la réalité est toute autre. Eternelles laissées pour compte, certaines disciplines sportives qui ont pourtant remporté plusieurs trophées dans des compétitions outre atlantique par le passé, sont aujourd’hui sans le vouloir, victimes de forfaits en cascade.

Pour se dédouaner à chaque fois, le ministère des sports et de l’éducation physique (Minsep) évoque les restrictions budgétaires opérées dans les fonds alloués aux compétitions internationales. Résultats de courses ? De janvier à avril 2012 par exemple le Cameroun a été déclaré « non partant » pour au moins une dizaine de compétitions. En vérité, malgré les déclarations de bonnes intentions des autorités sportives, les fédérations mineures continuent d’assister en spectateurs au financement du football avec en toile de fond les Lions indomptables seniors à qui on réserve généralement un traitement princier sans équivoque. En face, rien pour les autres qui n’en demandent que des miettes ; les fédérations dites de seconde zone n’ont pas hélas le simple accompagnement.

Et pourtant lorsqu’il s’agit de l’équipe nationale fanion, la délégation pléthorique  qui se déploie tout autour bénéficie des faveurs du gouvernement, à travers l'octroi des billets d'avion et autres royalties. Tous passent à la caisse de l'Etat à travers des émargements en bonne et due forme. Le gouvernement, par l'entremise du Minsep se donne alors à cœur joie pour la location des véhicules lors des stages, des regroupements ou des matchs internationaux.

Le programme des Lions indomptables pour les deux ou trois mois à venir n’est-il pas déjà connu, et à chaque occasion, des moyens colossaux seront mis à la disposition de Denis Lavagne et de ses poulains pour éviter des sanctions, des amendes, mais surtout pour sauver l'image de marque du pays.

Pas besoin donc d’être surpris de voir les présidents des autres fédérations raser à longueur de journées les murs du Minsep la veille d'importantes échéances dans les disciplines les concernant. Combien de fois plusieurs athlètes camerounais, judokas, volleyeurs, boxeurs, nageurs et cyclistes sont restés cloués au sol justement à cause du manque de moyens. Triste et implacable injustice.

C.T

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE