29/05/2012 03:58:01
Les clubs de football boycottent le championnat en rclamant les financements de l'Etat
Les promesses faites en début de saison par la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) et le gouvernement à travers le ministère des Sports et de l'Education physique (MINSEP) n'ont que partiellement été tenues, ce qui oblige les équipes de première et de deuxième division à déserter les aires de jeu tant qu'elles n'auront pas reçu la subvention évaluée à 1,12 million USD environ.
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

Programmée pour démarrer le 27 mai, la phase retour des championnats nationaux de première et de deuxième division de football a été renvoyée à une date indéterminée. Les raisons de ce report sont contenues dans le communiqué signé par tous les présidents de clubs affiliés dans la Ligue de football professionnel (LFP) du Cameroun et dont Xinhua a obtenu une copie.

"En attente des subventions de l'Etat qui traînent, l'association des clubs de première division, remplacée par le Comité provisoire de gestion, annonce le report du championnat", indique le communiqué des présidents de clubs.

Le gouvernement camerounais avait promis une subvention de 1,12 million USD, répartis en trois trimestres pour soutenir les clubs à payer les salaires des joueurs. En première division, où quatorze équipes s'affrontent, le salaire minimal est fixé à environ 200 USD, contre 100 USD pour les joueurs évoluant en deuxième division.

Les équipes ayant reçu la première tranche exigent pour le moment le paiement des deux tranches restantes avant de fouler à nouveau les pelouses.

D'après le ministre des Sports et de l'Education physique, Adoum Garoua, "le décaissement de la somme prévue par le gouvernement se fera de manière progressive. Les clubs étant des associations, ils doivent eux-mêmes prendre en charge l'ensemble des frais liés à leur fonctionnement".

"L'Etat du Cameroun n'a pas recruté des footballeurs. Les joueurs appartiennent aux clubs qui sont leurs employeurs et par conséquent le paiement de leurs salaires leur incombe", a-t-il ajouté.

Devant cette situation, le président de la LFP, Pierre Semengue a demandé aux clubs de jouer en attendant le décaissement de la subvention. Une proposition rejetée en bloc par l'ensemble des équipes.

"Je ne sais pas pourquoi l'argent est bloqué. Posez la question au ministre des Sports et de l'Education ou au directeur de l'administration générale de ce département ministériel", a indiqué à la presse M. Faustin Domkeu, président de New Star, équipe de première division.

Face à ces difficultés financières, certains clubs demandent aux membres de leurs conseils d'administration d'apporter des fonds supplémentaires pour pouvoir supporter les charges. D'autres équipes par contre contractent des prêts auprès des institutions financières avec des taux de remboursement très élevés.

En plus des financements attendus de l'Etat, deux autres postes de recettes sont clairement identifiés. La subvention de la FECAFOOT s'élève à 500.000 USD environ. La moitié seulement de cette somme est parvenue dans les caisses de la LFP. Mais, le plus embarrassant, c'est que cette somme qui devrait permettre quant à elle de couvrir les charges du secrétariat général et les salaires des employés de la LFP, est insuffisante.

Seule la subvention du sponsor du championnat, MTN, d'un montant de 1,2 million USD environ a été entièrement décaissée depuis janvier.

Après la phase aller, les clubs ne peuvent plus supporter les charges de ce championnat. Et pourtant, à l'ouverture de la saison en janvier, cette Ligue de football professionnel avait suscité beaucoup d'espoirs. Il s'agissait en effet, de faire du football un véritable métier avec ses exigences.

Mais, en réalité, dans la plupart des clubs, les footballeurs camerounais n'ont pas de contrat de travail. En plus, les salaires revalorisés sont une utopie pour le moment.

De plus, la convention tripartite MINSEP-FECAFOOT-Caisse nationale de prévoyance sociale signée en juin 2011 et qui porte sur la couverture sociale des footballeurs n'a jamais été appliquée.

Le malaise prend chaque jour des proportions démesurées. Les joueurs démotivés ne donnent pas le rendement escompté. D'où l'exode massif observé des jeunes vers des championnats plus huppés en Europe, en Asie, en Afrique du Sud ou au Maghreb.

Au terme de la phase aller qui s'est achevée le 22 avril, Coton sport de Garoua, formation basée au Nord Cameroun, domine le championnat de première division avec 24 points, suivi de Panthère qui en compte 23, tandis que trois clubs totalisent 21 points: Union de Douala, Yong sport academy et Canon de Yaoundé. Au bas du classement, se trouvent Aigle, Njalla Quan sport et Scorpion. En attendant une hypothétique reprise, le championnat de deuxième division par contre, est dominé par Fovu et Tonnerre de Yaoundé, qui totalisent 28 points chacun.

 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE